Le point de vue du LEEM sur la dispensation des médicaments à l’unité 

Médicaments à l'unité, la fausse bonne idée

- Théragora le 9 décembre 2019 N° 28 - Page 0 - crédits iconographique Frantz Lecarpentier

Le dispositif de dispensation des médicaments à l’unité par les pharmaciens fait son retour sur les bancs de l’Assemblée nationale à l’occasion de l’examen du projet de loi relatif à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire, à partir du 9 décembre 2019. 

 

 

Les entreprises du médicament partagent pleinement les objectifs de bon usage du médicament et de lutte contre le gaspillage. Elles sont en revanche très réservées sur la dispensation à l’unité pour une raison très simple : celle-ci est totalement incompatible avec la sérialisation à la boîte entrée en vigueur le 9 février 2019 et fait peser des risques réels sur la sécurité et la traçabilité des médicaments lors de leur distribution aux patients. 

 

La traçabilité des médicaments altérée 

La sérialisation à la boîte, prévue dans le cadre de la Directive européenne de 2011 relative aux médicaments falsifiés, impose, pour chaque boîte de médicament de prescription médicale obligatoire dispensée dans les pharmacies d’officine et les pharmacies hospitalières, un numéro d’identification unique. Ce « marquage à la boîte », rigoureusement appliqué par les entreprises du médicament depuis 2019, complété par des systèmes d’inviolabilité apposés sur toutes les boîtes de médicaments, garantit l’authenticité des médicaments et l’intégrité des boîtes contre l’effraction. Au-delà des coûts que génèrerait une nouvelle adaptation des lignes de production et ce, uniquement pour la France, la dispensation à l’unité aurait pour effet de rendre inopérant un dispositif d’à peine un an destiné à sécuriser l’accès des patients à des médicaments de qualité.

 

Un dispositif polluant

La dispensation à l’unité est également un dispositif énergivore qui va à rebours des objectifs environnementaux portés par le projet de loi contre le gaspillage. Pour dispenser des médicaments à l’unité, les entreprises du médicament devraient en effet passer d’un blister « classique » à un blister avec prédécoupes individuelles de manière à faciliter le travail de déconditionnement du pharmacien. Au-delà de l’adaptation nécessaire des lignes de conditionnement, ces blisters prédécoupés, bien plus grands que les blisters classiques, sont susceptibles de générer 30 % de déchets supplémentaires (aluminium et PVC), ce qui est en totale contradiction avec l’objectif de réduction des déchets prôné par la loi anti-gaspillage.

Le Leem rappelle que :

  • Ce sont les autorités sanitaires qui décident du nombre d’unités de médicaments dans les boîtes et que ce nombre est adapté à la posologie et à la durée de traitement.
  • Généraliser la dispensation à l'unité pour les traitements des maladies de longue durée (10 millions de malades en affection longue durée en France aujourd’hui) est totalement inapproprié puisque les traitements sont renouvelés en pharmacie mois après mois.
  • Pour les traitements courts, l’expérimentation de délivrance à l’unité de 14 antibiotiques, réalisée en 2014 dans 100 pharmacies françaises, n’a pas permis de confirmer une amélioration significative de l’observance. D’autres dispositifs bien plus efficaces vont voir le jour notamment la réalisation de tests rapides d’orientation diagnostique (TROD) de l’angine par les pharmaciens d’officine à compter du 1er janvier 2020. Selon l’Assurance maladie, 80 % des 9 millions de cas annuels d’angine sont dus à des virus et ne nécessitent pas d’antibiotiques. Les TROD, en distinguant précocement angines virales et angines bactérielles, entendent limiter la dispensation inutile d’antibiotiques. 

 

Le Leem souligne enfin que la principale cause de gaspillage ne provient pas des conditionnements mais de prescriptions inappropriées et d'un mauvais suivi du traitement prescrit par des patients. D’après les derniers chiffres de l’éco-organisme Cyclamed en charge de la collecte des médicaments non utilisés (MNU), la quantité de médicaments recyclés par Français était de 162 grammes en 2018. On est loin, très loin des « 1,5 kg de médicaments jetés chaque année par Français » cités dans les débats parlementaires.

 

LEEM le 9/12/2019

 

Voir aussi le petit film réalisé par L'USPO, syndicat de pharmaciens d'officines

Les entretiens de Théragora
Les nouvelles armes contre le cancer (2)
Deuxième partie de la série : un arsenal thérapeutique renouvelé. Le président de la Ligue nationale contre le cancer Axel Kahn nous explique le mode d'action des thérapies ciblées, des immunothérapies et le rôle futur du microbiote intestinal. Mais la cellule cancéreuse, produit de plusieurs milliards d'années d'évolution semble toujours capable de déjouer les armes chimiques et biologiques mises au point par les chercheurs et les cancérologues.
Archives vidéos Carnet Le Kiosque Théragora Mots de la semaine Derniers articles en ligne
Références
Contactez-nous

Théragora est le premier site d'information sur la santé au sens large, qui donne la parole à tout ceux qui sont concernés par l'environnement, la prévention, le soin et l'accompagnement des personnes âgées et autres patients chroniques.

contact@theragora.fr

www.theragora.fr

Suivez-nous et abonnez-vous sur nos 5 pages Facebook

Facebook Théragora
Facebook Théragora Prévenir
Facebook Théragora Soigner
Facebook Théragora Acteurs de ma santé
Facebook Théragora Soutenir

Linkedin Théragora