Le nouveau président de la République, Emmanuel Macron, élu largement devra agir rapidement

Macron : place aux réformes sous peine…

Par Jacques Degain -  Journaliste

Théragora - www.theragora.fr - Année 2017 - Théragora N° 2 - Page 0 - crédits iconographique Phovoir

« La France sourit » écrit ce lundi une éditorialiste. Mais attention à ce que ce sourire ne se transforme pas en grimace. Les changements sont certes  programmés.  Emmanuel Macron candidat l’a promis ; au président plébiscité par les français de les mettre en œuvre…

 

Si l’on s’en tient au seul domaine de la recherche et de la santé en général, les évolutions peuvent être sinon considérables, sachons  garder raison,  du moins  importantes.

Prenons l’exemple de la recherche. Dans un entretien avec des scientifiques, publié par le magazine « Sciences et Avenir », il y a quelques semaines, le nouveau chef de l’Etat annonçait vouloir consacrer 3% du PIB (produit intérieur brut, la richesse nationale,) à la recherche et au développement dans le cadre disait-il d’une « stratégie quinquennale ». Cette annonce ne concernait évidemment pas le seul domaine de la recherche médicale,  mais il est essentiel qu’elle ait eu lieu au moment où les chercheurs s’inquiètent des financements futurs. Ils l’ont encore manifesté dans un passé récent.

Emmanuel Macron souhaite aussi que des partenariats plus nombreux se nouent entre le public et le privé pour dynamiser la recherche et le développement.

 

Prévention et politique hospitalière

Conduire « la révolution  de la prévention, pour réduire les inégalités entre classes sociales et diminuer les dépenses de santé », en créant notamment un « service sanitaire » de trois mois pour tous les étudiants en santé et en faisant évoluer la rémunération des médecins de ville en afin de mieux valoriser les actions de prévention, sont autant de réformes qui ne sont pas minces même si elles paraissent parfois délicates à appliquer rapidement. Le nouveau président devra en tout état de cause les préciser

De même affirmer qu’aucun soin essentiel ne sera déremboursé en cinq ans, tout en s’engageant à ce que lunettes, prothèses dentaires et auditives soient prises en charge  à 100 % dans le délai du quinquennat, et généraliser la vente des médicaments à l’unité,  sont des  réformes qui peuvent entrainer une adhésion très large. Le pari en est d’autant plus important pour le nouvel élu.

Les recettes timides de « repeuplement » des déserts médicaux risquent « a contrario » de provoquer des mécontents, si le nouveau président ne se montre pas plus audacieux. On doute que le doublement des maisons de santé en cinq ans ( promesse difficile à tenir,  le passé l’a montré) ou le développement de la télémédecine pour rapprocher le patient du médecin, suffise à calmer ceux qui parcourent des kilomètres pour trouver un médecin et les édiles qui réclament à cors et à cris des mesures audacieuses susceptibles d’attirer dans leurs communes généralistes ou spécialistes

La politique hospitalière, n’est pas non plus très hardie.  Certes le programme du candidat annonce une grande concertation (la nième du secteur…) avant d’engager une hypothétique réforme…Acceptons en l’augure. 

Même si les propositions pour des groupements hospitaliers territoriaux (GHT) et une réforme de la tarification, le rapprochement public privé ne sont pas sans intérêt, elles ne pourront se traduire par des reformes rapides et surtout, elles risquent bien de décevoir, si elles ne sont pas à la hauteur des espoirs crées par leurs auteurs.

 

Un certain flou

Enfin le nouveau président, qui veut faire 15 milliards d’économies sur les dépenses de maladie, annonce une suppression des cotisations maladie et chômage qui sera compensée par une hausse de la CSG pour tous les travailleurs et les retraités dont le revenu annuel est supérieur à 14 375 euros, soit selon les experts 60 % d’entre eux….attention au retour de bâton même si le projet de suppression de la taxe d’habitation devrait compenser, s’il est appliqué,  tout ou partie de cette hausse de la CSG .

Des annonces  qui ne sont cependant pas exemptes d’un certain flou….        

Les entretiens de Théragora
Les médecins réanimateurs face au covid-19
Les médecins réanimateurs hospitaliers sont confrontés à un énorme défi pour prendre en charge les malades en situation critique. Leurs témoignages recueillis pendant le récent webinar de la société européenne de soins intensifs illustre ces difficultés. En France, près de 6 800 patients sont hospitalisés dans ces services de réanimation.
Archives vidéos Carnet Le Kiosque Théragora Mots de la semaine Derniers articles en ligne
Références
Contactez-nous

Théragora est le premier site d'information sur la santé au sens large, qui donne la parole à tout ceux qui sont concernés par l'environnement, la prévention, le soin et l'accompagnement des personnes âgées et autres patients chroniques.

contact@theragora.fr

www.theragora.fr

Suivez-nous et abonnez-vous sur nos 5 pages Facebook

Facebook Théragora
Facebook Théragora Prévenir
Facebook Théragora Soigner
Facebook Théragora Acteurs de ma santé
Facebook Théragora Soutenir

Linkedin Théragora