IQVIA - Étude exclusive

Crise sanitaire : quel impact sur la médecine de ville ?

- Théragora le 4 mai 2021 N° 45 - Page 0

La situation sanitaire a chamboulé la pratique des professionnels, ainsi que les habitudes des patients, et en premier lieu la fréquence et le format des visites.  En effet, si une tendance à la baisse d’activité des médecins généralistes est observable depuis le début de l’année 2021, on observe en parallèle une augmentation du nombre de consultations sans prescription, qui peut notamment s’expliquer par l’augmentation des consultations de « prévention » pour symptômes légers de la Covid-19. En parallèle, la pratique de la téléconsultation semble s’être largement installée dans le quotidien des médecins généralistes, notamment sous l’impulsion des plus jeunes médecins. 

 

Plusieurs enseignements principaux sont à tirer de cette étude :

 

  • Le début de l’année 2021 confirme la reprise de l’activité des médecins généralistes :
    • L’activité a été très fortement impactée pendant le 1er confinement de 2020, avec en moyenne autour de 70 consultations par semaine et par MG, versus une activité autour de 115 en temps normal (baisse de près de 40%)
    • L’impact a été beaucoup plus faible pendant le second confinement, en novembre 2020, avec un ralentissement de l’activité de l’ordre de 5% seulement
    • Le couvre-feu, en vigueur depuis janvier 2021, ne semble quand a lui pas avoir d’impact sur le nombre moyen hebdomadaire de consultations des MG. le niveau d’activité du mois de mars 2021 est extrêmement proche de celui des mois de mars 2019 et début mars 2020 (avant démarrage du confinement).

 

  • Il est intéressant de noter que le poids des consultations sans prescriptions augmente régulièrement depuis le début de la crise, passant par exemple à 38% en mars 2021, vs 31% en mars 2019 et mars 2020.  Cette tendance peut s’expliquer par deux hypothèses : l’augmentation du nombre de consultations de « prévention » à cause de symptômes légers ne nécessitant pas de traitement, et l’augmentation des consultations pour avis médical ou prescription de tests de dépistages du Covid-19

 

  • Globalement, le niveau de prescriptions en médecine générale semble impacté durablement par la crise sanitaire. Un nombre de prescriptions en chute pendant le 1er confinement (-50%) mais qui repart progressivement à partir de Pâques, sans jamais retrouver le niveau de prescriptions de l’an passé; le 2nd confinement a eu moins d’impact sur le niveau de prescriptions mais la prescription a tout de même diminué (-20%) par rapport à la même période l’an passé. Les chiffres de l’après-confinement et les 9 premières semaines de l’année n’ont pas montré de remontées significatives des prescriptions.

 

  • La téléconsultation est une pratique qui a explosé depuis le début de la crise, même si elle reste une part plutôt minoritaire de l’activité des médecins généralistes :
    • En mars 2021, 50% des médecins généralistes ont effectué au moins une consultation en téléconsultation – ils n’étaient que 4% en janvier 2020 !
    • Cette proportion est montée à 62% en avril 2020 pendant le 1er confinement elle a ensuite un peu baissé pendant l’été 2020, pour finalement sembler se stabiliser autour des 50% depuis le début du second confinement (novembre 2020).

 

  • Le poids de la téléconsultation varie selon l’âge du médecin, les plus jeunes semblant les plus adeptes. Chez les médecins généralistes de moins de 50 ans, en mars 2021, 11% a effectué une part importante de son activité en téléconsultation (+ de 10%). Chez les 60 ans et plus, ils n’étaient que 8%. 

 

  • Chez les médecins spécialistes, les impacts de la crise sont moins spectaculaires. Après une baisse conséquente des consultations au 1er confinement jusqu’à mi-avril 2020, on a noté une reprise progressive jusqu’à fin mai puis le niveau de consultations chez les spécialistes libéraux est revenu à un niveau habituel, même pendant le second confinement. Début 2021 confirme la tendance. 

 

Jean-Marc Aubert, président d’IQVIA France, réagit à ces données : "Ces données montrent le chamboulement induit par la gestion de la crise sanitaire dans la pratique des médecins de ville, notamment chez les généralistes. La baisse des consultations est un élément inquiétant : les généralistes sont un maillon essentiel de la chaîne de soin en général, et en particulier de la lutte contre la Covid-19. Par ailleurs, l’augmentation des téléconsultations est une tendance qui devrait probablement se stabiliser dans les prochains mois, entraînant de nouvelles habitudes de pratiques pour les médecins de ville après la crise ».

 

 

Voir l'étude IQVIA

 

Source IQVIA

Les entretiens de Théragora
Les données de santé au coeur d'un nouveau projet né en Corrèze
Installé sur le plateau de Millevaches, en Haute Corrèze, Antoine Prioux est l’initiateur du projet « Papillon ». Visant à améliorer la prise en charge des patients en favorisant l’interprofessionnalité, en particulier par la mise en commun des données de santé de la population vivant sur ce territoire rural et par le développement d’un logiciel commun, « Papillon » a eu pour effet de lutter contre la désertification médicale. Dans un entretien accordé à Théragora, Antoine Prioux explique, sans langue de bois, sa vision d'un système de santé vertueux où les soignants chercheraient à préserver la santé d'une population d'"actients".
Archives vidéos Carnet Le Kiosque Théragora Mots de la semaine Derniers articles en ligne
Contactez-nous

Théragora est le premier site d'information sur la santé au sens large, qui donne la parole à tout ceux qui sont concernés par l'environnement, la prévention, le soin et l'accompagnement des personnes âgées et autres patients chroniques.

contact@theragora.fr

www.theragora.fr

Suivez-nous et abonnez-vous sur nos 5 pages Facebook

Facebook Théragora
Facebook Théragora Prévenir
Facebook Théragora Soigner
Facebook Théragora Acteurs de ma santé
Facebook Théragora Soutenir

Linkedin Théragora