Pharma Système Qualité et le CVAO noue un partenariat pour réaliser une enquête sur les bio-médicaments et les bio-similaires.

Une étude de PHSQ démontre l’intérêt des pharmaciens pour les biosimilaires

- Théragora le novembre 2018/FL - PHSQ N° 15 - Page 0

En partenariat avec le Comité de valorisation de l’acte officinal (CVAO), l’association Pharma Système qualité (PHSQ) a interrogé les pharmaciens sur leur ressenti vis-à-vis des bio-médicaments et des bio-similaires. Résultat : une fois formés les officinaux se déclarent prêts à dispenser ces produits. L’occasion aussi pour les pharmaciens de se faire l’écho du ressenti du patient, de son usage du traitement et de leur légitimité d’en informer le médecin traitant. Une enquête qui permet de mettre en avant le rôle prépondérant du pharmacien.

 

 

« L’importance croissante que vont prendre les bio-médicaments et plus particulièrement les biosimilaires dans l’avenir de notre profession n’est plus à démontrer ». Selon la présidente de l’association Pharma Système qualité (PHSQ), Laëtitia Hible, il était donc naturel que PHSQ se joigne au CVAO (Comité de valorisation de l'acte officinal) pour interroger les pharmaciens sur leur ressenti de l’importance des biomédicaments dans leur exercice actuel et sur leurs attentes. D’autant que les bio-médicaments et leurs bio-similaires sont des produits techniques, pour des pathologies chroniques dans lesquelles l’observance est fondamentale quand bien même les traitements seraient difficiles à suivre. Les patients doivent donc bénéficier à l'officine d’une dispensation "de qualité".

Les 330 pharmacies ayant répondu à l’enquête ont ainsi largement mis en avant « leur volonté, une fois bien formés, d’être des acteurs de la substitution des bio-similaires et/ou de la sortie des bio-médicaments de l’hôpital ». D’autant que leur compréhension des bio-médicaments est très majoritairement considérée comme moyenne (64%) voire mauvaise (33%). Seulement 3 % des pharmaciens interrogés considèrent leur connaissance du sujet comme très bonne.

 

De plus en plus de bio-médicaments délivrés

L’étude révèle que près des deux tiers des pharmaciens (64 %) considèrent que les biomédicaments ne peuvent être prescrits que par des hospitaliers ou des spécialistes autorisés. Près d’un tiers (30%) déclarent cependant que les médecins généralistes peuvent prescrire des bio-médicaments.

Pour une très grande majorité des pharmaciens interrogés (65%) c’est la nature biologique qui est citée en premier pour définir les bio-médicaments, puis la spécificité de l’indication et enfin le sentiment qu’il s’agit d’un médicament comme un autre. L’impression (44 %) ou la certitude (7 %) d’un accroissement des délivrances devance celle de la stabilité des ventes depuis un an (36%).

 

Mesurer l’évolution des pharmaciens

« L’étude a également choisi d’aborder, pour la première fois, la volonté des officinaux de se faire l’écho du ressenti du patient, de son usage du traitement et de la légitimité du pharmacien d’en informer le médecin traitant », ajoute Laétitia Hible. Sur ce plan les résultats sont particulièrement encourageants et démontrent le rôle prépondérant du pharmacien.

Véritable lien entre le patient, le médicament et le médecin, les pharmaciens se sentent prêts à contribuer à la réussite thérapeutique de leurs patients par leur écoute et leur suivi. Sans trop de surprise, ils ont, pour plus d’un tiers, estimé être légitimes à transmettre au prescripteur des informations techniques. Quelque 20 % des répondants se verraient ainsi adresser des informations sur la capacité du patient à faire un bon usage de son traitement, et plus d’un quart (29%) à adresser des informations sur le ressenti du patient face à son bio-médicament.

Pour répondre au mieux à cette ambition, le pharmacien et son équipe doivent pouvoir dégager du temps à valeur ajoutée pharmaceutique. « D’où l’intérêt de s’inscrire dans la démarche qualité qui améliore l'organisation, la délégation de tâches, la gestion du back office et réduit le temps passé à gérer les dysfonctionnements répétitifs. Les pharmaciens certifiés ISO 9001-QMS Pharma® seront donc mieux armés pour renforcer la prise en charge, le professionnalisme et la disponibilité de l'équipe officinale dans le service rendu au patient », explique Martine Costedoat, directrice générale de PHSQ.

 

Pharmacien créateur d’information

Cette étude réalisée par PHSQ et le CVAO permet ainsi de mesurer la capacité des pharmaciens à se projeter dans un avenir proche et à saisir l’opportunité que représentent ces nouveaux traitements. « Au-delà de la volonté des pharmaciens de continuer à se former, s’est surtout l’occasion d’aller vers plus d’inter-professionnalité que les pharmaciens appellent de leurs voeux ; une inter-professionnalité qui ne pourra se faire sans reconnaissance mutuelle des compétences et sans une qualité des opérations et des échanges », conclut Nicolas Fauquet, pharmacien et directeur opérationnel de l’association PHSQ, lors de la table ronde qui a suivi la présentation de l’enquête.

Les pharmaciens révèlent ainsi une conscience des informations qu’ils détiennent et de l’importance du recueil de données pertinentes sur l’utilisation du médicament, du niveau de compréhension du traitement ou encore des raisons potentielles d’un manque d’adhésion. Le pharmacien se détermine ainsi de plus en plus comme un créateur.

 

PHARMASYSTEME QUALITE EN BREF
La démarche de certification ISO9001 – QMS Pharma ® rassemble aujourd’hui 2 492 pharmacies indépendantes ou adhérentes de 17 Groupements d’officines : Alphega, Apsara, Ceido, Cofisanté, Coop APM , Giphar, Giropharm, Leader Santé, Les Pharmaciens Associés, Objectif Pharma, Optipharm, Pharmactiv, Pharmavie, Pharma Group Santé, Pharma Référence Groupe, Pharmodel, Réseau Santé.

 

Les entretiens de Théragora
Unicancer s'adresse aux candidats à la présidentielle
Le groupement Unicancer qui fédère 19 centres de lutte contre le cancer en France lance un appel aux candidats à l'élection présidentielle. Le professeur Jean-Yves Blay, président d'Unicancer, et Sophie Beaupère, déléguée générale nous expliquent le contenu de ce plan stratégique destiné à améliorer la qualité des soins en cancérologie
Archives vidéos Carnet Le Kiosque Théragora Mots de la semaine Derniers articles en ligne
Contactez-nous

Théragora est le premier site d'information sur la santé au sens large, qui donne la parole à tout ceux qui sont concernés par l'environnement, la prévention, le soin et l'accompagnement des personnes âgées et autres patients chroniques.

contact@theragora.fr

www.theragora.fr

Suivez-nous et abonnez-vous sur nos 5 pages Facebook

Facebook Théragora
Facebook Théragora Prévenir
Facebook Théragora Soigner
Facebook Théragora Acteurs de ma santé
Facebook Théragora Soutenir

Linkedin Théragora