Une réforme du système de santé dès Juin

Hôpital : Macron annonce la fin des 35 heures et de la tarification à l’activité

Par Jacques Degain -  Journaliste

Théragora - www.theragora.fr - Théragora le 6 janvier 2023 N° - crédits iconographique Frantz Lecarpentier

Emmanuel Macron veut mettre fin à la «crise sans fin » qui va détruire, dit-il, si l’on n’y prend garde et si l’on reste inactif, le système de santé français. Traitement de choc envisagé par le chef de l’Etat : réorganisation du travail à l'hôpital d'ici juin, avec en filigrane la fin  des 35 heures ; suppression de la tarification à l’activité ;  accélération du recrutement d'assistants médicaux ;  nouvelles missions pour les médecins généralistes qui pourraient être assorties d’une revalorisation de la consultation.

 

 

Présentant pour la première fois depuis son élection en 2017 ses vœux au monde de la santé et aux personnels soignants, Emmanuel Macron a voulu marquer cet événement en annonçant une réforme du système de santé. « Je sais l’épuisement personnel et collectif, ce sentiment parfois de perte de sens qui s'est installé, le sentiment au fond de passer d'une crise à l'autre », a déclaré le chef de l'Etat. Cadre symbolique de  présentation de cette réforme : le Centre hospitalier Sud Francilien (CHSF) de Corbeil-Essonnes qui a subi il y a quelques mois une cyber attaque informatique qui a largement perturbé un temps son activité.

 

« Décisions radicales »

Tout en s’engageant donc à réformer le système de santé,  le Chef de l’Etat a voulu d’abord étonner : il faut prendre rapidement des « décisions radicales », a t –il énoncé. Avec pour premier objectif : une réforme qui doit aboutir d’ici Juin. C’est à dire demain. Et bien sur en première ligne l’hôpital qui,  affirme le Chef de l’Etat,  ne « marche que par des heures supplémentaires qui sont allouées de manière hétérogène sur les services ». Première responsable de cette désorganisation, les 35 heures qui ne peuvent continuer à être appliquées dans les établissements de santé.. Et  Emmanuel Macron de prôner une grande réforme permettant de bâtir une organisation « plus cohérente avec la réalité du travail à l’hôpital pour les médecins et l’ensemble du système hospitalier,  pour une application rapide. En clair c’est la fin  des 35 heures que prône le Chef de l’Etat. Discussions difficiles en perspective..
Autre réforme intéressante, mais qui était attendue : la fin du système de tarification à l’acte, à l’activité (T2A). Cette disposition du plan hôpital 2007, voulue par Roselyne Bachelot, alors ministre de la santé, -   sera rayée lors de l’élaboration du Projet de loi de financement de la sécurité sociale 2024  discuté au Parlement à l’automne prochain. Elle devrait être remplacée par un système de « financement par objectif de santé publique ». Un peu obscur…..

Enfin, parmi les annonces concernant l’hôpital, retenons que le Président s’est prononcé pour un « tandem administratif et médical », à la tête de chaque établissement hospitalier, afin d’impliquer davantage les soignants dans  toutes les décisions.

 

Dix mille auxiliaires médicaux en 2024

S’agissant de la médecine libérale, le Chef de l’Etat - sans prendre position sur la controverse sur la hausse du tarif de la consultation – a reconnu que, malgré la suppression du numerus clausus, le nombre de médecins en activité n’allait pas augmenter avant de nombreuses années  et qu’il convenait donc de trouver des solutions alternatives, notamment pour soulager les  médecins en exercice. Solution pour le chef de l’Etat : accélérer « le recrutement des assistants médicaux »,  créés en 2018 pour porter leur nombre, de près de 4.000  actuellement à 10 000 d'ici la fin de 2024. On n’est pas certain que la solution ainsi énoncée, soit d’une efficacité telle qu’elle calme de nombreux généralistes qui attendaient du Président qu’il s’engage sur la revalorisation de la consultation. Le Chef de l’Etat a donc renvoyé la balle à son ministre de la santé,  Se contentant simplement d’affirmer qu’une revalorisation de la consultation pourrait être envisagée pour les praticiens assurant la permanence des soins et des gardes. Ainsi que pour ceux qui prendront en charge de nouveaux patients. Mais il est clair que les médecins - regroupés au sein d’un collectif de praticiens libéraux – et  qui réclament un doublement de la consultation ne devraient  guère être  rassurés par ces déclarations.

Enfin, on notera que dès la fin de 2023, tous les patients avec une maladie chronique sans médecin traitant, devraient s’en voir proposer un…A suivre de prés la mise en œuvre de cette promesse.  

Les entretiens de Théragora
Les industries de santé européennes en danger
Le prix Nobel d'économie Jean Tirole estime que le secteur stratégique des industries de santé européen est menace par la Chine et les Etats-Unis. Selon lui l'effort de recherche fondamentale du vieux continent est insuffisant face à ses concurrents. Il préconise des investissements publics massifs pour faire face aux défis à venir dans le monde de la recherche médicale.
Archives vidéos Carnet Le Kiosque Théragora Mots de la semaine Derniers articles en ligne
Contactez-nous

Théragora est le premier site d'information sur la santé au sens large, qui donne la parole à tout ceux qui sont concernés par l'environnement, la prévention, le soin et l'accompagnement des personnes âgées et autres patients chroniques.

contact@theragora.fr

www.theragora.fr

Suivez-nous et abonnez-vous sur nos 5 pages Facebook

Facebook Théragora
Facebook Théragora Prévenir
Facebook Théragora Soigner
Facebook Théragora Acteurs de ma santé
Facebook Théragora Soutenir

Linkedin Théragora