Un gouvernement sous pression, une administration sourde

Malaise des urgences : rejeter la faute sur soignants et patients serait irresponsable

Par Jacques Degain -  Journaliste

Théragora - www.theragora.fr - Année 2019 - Théragora 2019 N° 22 - Page 0

La grève des services d’urgence hospitaliers dure depuis trois mois et gagne chaque jour de nouveaux établissements. Les soignants - médecins, infirmières, aides soignantes – demandent des moyens supplémentaires et un renforcement des effectifs ; les patients s’insurgent contre des conditions d’accueil qui se dégradent et des  attentes interminables. Le gouvernement compte sur sa nouvelle loi Santé pour calmer les esprits.

 

 

Le malaise des urgences ne cesse de croitre. A Lariboisière, des soignants ont déclaré être en arrêt maladie et n’ont pas pris leur service; à Lons Le Saunier dans le Jura,  le préfet a été contraint de faire appel à la gendarmerie pur réquisitionner des personnels et dans les hôpitaux de l’Assistance Publique de Marseille, les absences se multiplient et des conflits se font jour….Près de cent services d’urgence dans la France entière se sont déclarés en grève.

Face à ce qui est une colère, les pouvoirs semblent naviguer à l’aveugle et paraissent déboussolés, ce qui revient au même. La ministre de la santé, Agnès Buzyn,  tance le matin les urgentistes pour plusieurs de leurs actions,  puis dit comprendre l’après – midi leur impatience ; le directeur de l’Assistance publique de Paris, Martin Hirsch,  après avoir vivement regretté lui aussi certaines positions des grévistes, a assuré entendre leurs inquiétudes  et a proposé « d'ajouter une centaine de postes aux urgences »  et affirmé que « les effectifs continueront à augmenter en fonction du nombre de passages »,  s'engageant même « sur la durée, pour les années qui viennent ». Cela ne suffira pas à calmer le courroux des urgentistes. Car des promesses, ils en ont eu. « Une vaste blague »  a ironisé le Dr Christian Prudhomme, de la CGT, « je suis très déçu »  a insisté le Dr Patrick Pelloux, président de l’association des urgentistes de France, « le gouvernement ne mesure pas l’ampleur de la contestation ».

 

Loi Santé et hôpitaux de proximité

Du coté des usagers, la rancœur est grande et l’inquiétude forte. Les exemples d’une  attente démesurée aux urgences se multiplient. La ministre de la santé et le Premier Ministre conscients des ces colères, de moins  en moins  rentrées et qui, si elles perdurent et se multiplient, peuvent déboucher sur des mouvements plus radicaux, tentent de montrer qu’ils ont pris toute la mesure des problèmes. Une mission est confiée à un médecin urgentiste, député LAREM, le Dr Mesnier, et au Pr Carli, qui devront rendre leur copie en novembre, bien long ce délai, et Agnès Buzyn a redit au Sénat que sa loi santé discutée en ce moment permettra de résoudre nombre de ces difficultés. Chiche, ont répondu les intéressés.

Mais une autre musique de plus en plus insistante se fait entendre : patients et urgentistes ne seraient pas si innocents des difficultés des urgences…

Les premiers s’adresseraient sans motif réel aux urgences participant ainsi à l’encombrement des services. Peut-être. Mais c’est oublier qu’on a limité drastiquement, depuis des décennies, le nombre des médecins de ville notamment par le numérus clausus dont on voit aujourd’hui les conséquences néfastes et pas dans le seul domaine des urgences; quant aux seconds, les soignants que certains, montrent du doigt ils ont à faire face à une demande accrue, mais « il ne nous revient pas de sélectionner les patients » disent-ils.  D’où leur demande pressante de renforcer les services d’urgence. En clair rejeter une part de la responsabilité des difficultés actuelle sur les patients,  les soignants, les médecins de ville, est tout à fait irresponsable.

La loi Santé du gouvernement discutée en ce moment,  et qui devrait être publiée en Juillet, pourrait résoudre une partie du problème notamment par la création de ces hôpitaux de proximité chers à Agnès Buzyn ; des établissements qui seraient des intermédiaires entre le patient,  le médecin de ville et l’hôpital. C’est une possibilité. A condition qu’ils soient plus performants que les actuels hôpitaux locaux… . Reste que la mise en vigueur de  cette  réforme ne se fera pas du jour au lendemain ;  son efficacité ne pourra être mesurée que dans une décennie. Bien loin. En attendant les services d’urgences devront bien assurer l’essentiel: répondre aux besoins de santé et aux angoisses des patients. 

 

Sécu : le retour du déficit 

Le déficit de la Sécurité sociale sera de retour en 2019. Selon la Commission des comptes, le montant se situerait entre 1,7 et 4,4 milliards d’euros. On se souvient qu’en septembre 2018, Agnès Buzyn  et Gérald Darmanin, le ministre de l'Action et des Comptes publics, pavoisaient en annonçant  le retour à l'équilibre pour 2019. Mais la crise des Gilets jaunes est passée par là entrainant en partie le ralentissement économique. Ainsi, selon la Commission, cette dégradation inattendue pour le pouvoir « résulte pour l'essentiel d'une croissance de la masse salariale nettement inférieure à la prévision initiale » du gouvernement. Au lieu des 3,5% espérés, Bercy ne table plus que sur une progression de 3,1%, Mais surtout en raison de  la prime Macron - exonération totale de cotisations et d'impôts jusqu'à 1000 euros -  la Sécu devra se contenter de 2,9%. Soit, au bout du compte, des recettes inférieures aux prévisions de l'ordre de 1,7 milliard d'euros.

 

Les entretiens de Théragora
Les industries de santé européennes en danger
Le prix Nobel d'économie Jean Tirole estime que le secteur stratégique des industries de santé européen est menace par la Chine et les Etats-Unis. Selon lui l'effort de recherche fondamentale du vieux continent est insuffisant face à ses concurrents. Il préconise des investissements publics massifs pour faire face aux défis à venir dans le monde de la recherche médicale.
Archives vidéos Carnet Le Kiosque Théragora Mots de la semaine Derniers articles en ligne
Contactez-nous

Théragora est le premier site d'information sur la santé au sens large, qui donne la parole à tout ceux qui sont concernés par l'environnement, la prévention, le soin et l'accompagnement des personnes âgées et autres patients chroniques.

contact@theragora.fr

www.theragora.fr

Suivez-nous et abonnez-vous sur nos 5 pages Facebook

Facebook Théragora
Facebook Théragora Prévenir
Facebook Théragora Soigner
Facebook Théragora Acteurs de ma santé
Facebook Théragora Soutenir

Linkedin Théragora