L’Agence national de sécurité de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) publie les résultats de son analyse des techniques d'épuration de l'air intérieur

Purificateurs d’air intérieur : une efficacité encore à démontrer pour l'Anses

Par Rédaction -  Théragora

Théragora - www.theragora.fr

L'Anses vient de publier les résultats de son analyse sur les dispositifs d'épuration de l'air intérieur et souligne que les données disponibles ne permettent de démontrer ni leur efficacité ni leur innocuité en conditions réelles d'utilisation. Elle préconise donc de respecter des mesures de bon sens en limitant les émissions à la source, en aérant et en ventilant les espaces intérieurs des bâtiments et en informant la population.

Matériaux de construction et de décoration « dépolluants », systèmes destinés au piégeage ou à la destruction de nombreux contaminants chimiques et microbiologiques de l’air intérieur… Ces dernières années, sont apparus sur le marché nombre d'équipements revendiquant des propriétés d'épuration de l'air intérieur sous forme d'appareils autonomes, ainsi que des matériaux de construction et de décoration mettant en avant des propriétés dépolluantes.

Au point que le marché de l'épuration de l'air intérieur s'est fortement développé avec la commercialisation de pléthore de dispositifs et autres produits. Destinés à l’ensemble de la population, ils peuvent cibler particulièrement les sujets sensibles ou sensibilisés, comme par exemple des personnes asthmatiques ou allergiques. Cependant, la question de leur efficacité, et surtout celle de leur innocuité, était régulièrement posée sans qu'une analyse technique objective ne permette d'apporter une réponse.

 

Diversité de situations

C'est désormais chose faite. Face à la multiplication des dispositifs l’Agence national de sécurité de l'alimentation, de l'environnement, et du travail (Anses) s’est autosaisie afin d’identifier et d’analyser les nouvelles techniques d'épuration de l'air intérieur. Elle a ainsi recensé quelque 500 dispositifs, répartis en cinq familles de produits : appareils autonomes, sprays, climatiseurs, matériaux de construction ou de décoration, autres.

L'objectif? Evaluer l'impact de l'utilisation de plusieurs de ces dispositifs sur la qualité de l'air. En clair, analyser les polluants effectivement traités et identifier les polluants potentiellement émis par ces dispositifs en procédant à l'"analyse des techniques utilisées dans un objectif d’épuration de l’air intérieur et qui reposerait sur les principes du plasma, de la catalyse et photocatalyse, de l’ozonation et de l’ionisation".

Or l’environnement intérieur offre une grande diversité de situations d'exposition à de nombreux contaminants chimiques et microbiologiques, dont les conséquences sur la santé varient, notamment selon la nature des polluants, les caractéristiques des expositions…

 

Aérer et ventiler

Au regard des résultats de son expertise, l'Anses souligne que, d'une façon générale, les données scientifiques collectées et analysées ne permettent pas de démontrer l’efficacité et l’innocuité en conditions réelles d'utilisation des dispositifs d'épuration de l'air intérieur fonctionnant sur les principes de la catalyse ou photocatalyse, du plasma, de l’ozonation ou de l’ionisation.

L’Agence rappelle donc que pour réduire l'exposition aux polluants de l'air intérieur, il convient en premier lieu de limiter les émissions à la source, d’aérer et de ventiler les espaces intérieurs des bâtiments. Elle recommande par ailleurs la mise en place d’une certification des dispositifs d’épuration de l'air intérieur, les essais devant être conduits dans les conditions les plus proches possibles des conditions d'utilisation de ces dispositifs.

 

Recherches complémentaires sur les nanoparticules

Concernant le cas particulier des sprays revendiquant une action biocide, l'Anses recommande, lors de l'évaluation de ces produits dans le cadre du processus d’autorisation de mise sur le marché de produits biocides, de porter une attention particulière aux données scientifiques relatives aux effets sanitaires liés à l'inhalation de composés organiques volatils (COV), naturels ou de synthèse, émis par ces sprays. La raison? plusieurs des COV (COV terpéniques par exemple) émis par ces dispositifs peuvent avoir potentiellement des effets nocifs sur la santé.

La question de l'émission de nanoparticules par certains dispositifs d'épuration de l'air, notamment ceux utilisant la photocatalyse, s'est également posée lors de l’expertise. Des recherches complémentaires sur l'émission de nanoparticules dans l'air par les matériaux photocatalytiques, notamment lors de leur vieillissement, sont à conduire, ainsi que l'étude de leur innocuité.

 

Informer

L’Agence recommande en outre d'informer la population que l'utilisation de certains dispositifs d'épuration (ozonation, plasma, froid,…) peut entraîner une dégradation de la qualité de l’air intérieur suite à une dégradation incomplète de polluants conduisant à la formation de composés potentiellement plus nocifs que les composés faisant l’objet d’un traitement.

Une attention particulière doit aussi être portée aux personnes asthmatiques, du fait d’une possible aggravation de leur pathologie lors de la mise en œuvre de tels dispositifs, en particulier les sprays « assainissants » ou les appareils pouvant générer de l'ozone. Enfin, l'Agence souligne la nécessité de conduire des travaux sur l'impact sanitaire lié à l'usage d'huiles essentielles qui peuvent être présentes dans de multiples produits de consommation courante.

Télécharger le rapport de l'Anses

Les entretiens de Théragora
Les médecins réanimateurs face au covid-19
Les médecins réanimateurs hospitaliers sont confrontés à un énorme défi pour prendre en charge les malades en situation critique. Leurs témoignages recueillis pendant le récent webinar de la société européenne de soins intensifs illustre ces difficultés. En France, près de 6 800 patients sont hospitalisés dans ces services de réanimation.
Archives vidéos Carnet Le Kiosque Théragora Mots de la semaine Derniers articles en ligne
Références
Contactez-nous

Théragora est le premier site d'information sur la santé au sens large, qui donne la parole à tout ceux qui sont concernés par l'environnement, la prévention, le soin et l'accompagnement des personnes âgées et autres patients chroniques.

contact@theragora.fr

www.theragora.fr

Suivez-nous et abonnez-vous sur nos 5 pages Facebook

Facebook Théragora
Facebook Théragora Prévenir
Facebook Théragora Soigner
Facebook Théragora Acteurs de ma santé
Facebook Théragora Soutenir

Linkedin Théragora