Les anti-agrégants sur la sellette

Par Dr Sophie Duméry -  Journaliste médecin

Théragora - www.theragora.fr - Année 2007 - impact Médecine N° 184 - Page 0

Paru au JO du 5 janvier 2007 dernier, l’ACBUS sur les anti-agrégants plaquettaires a déjà fait réagir Christian Lajoux, PDG des laboratoires SANOFI-Aventis producteurs du clopidogrel. Cette molécule au coût nettement supérieur à l’aspirine se partage avec elle les prescriptions d’anti-agrégants de 200.000 à 300.000 assurés (dipyridamole et ticlopidine sont très minoritaires).

Grâce à cet ACBUS signé pour deux ans, le respect des recommandations internationales économiserait 23 millions d’euros puisque « 65% des dépenses de cette classe (pharmacologique) sont générés par les 25% de patients qui ne sont pas sous aspirine ». En annexe du texte, les recommandations de la HAS initient d’ailleurs la « large communication auprès des médecins » que l’ACBUS promulgue ainsi que la sensibilisation des praticiens hospitaliers.

Qu’en sort-il ? L’aspirine est l’anti-agrégant unique et préférentiel en post-pontage coronarien, dans l’angor stable, à la phase aiguë d’un AVC. Sa co-prescription au clopidogrel est seulement recommandée dans les syndromes coronariens aigus traités ou pas par angioplastie. Le choix est laissé au prescripteur entre aspirine et clopidogrel dans l’AOMI hors complications aiguës, et dans les suites d’AVC hors cardiopathies emboligènes après avis spécialisé. Rappelons que dans son AMM, le clopidogrel est aussi indiqué dans l’IDM récent (jusqu’à 35 jours) ; et une extension de cet automne cet automne l’indique « en association à l’aspirine dans la prévention de l’athérothrombose chez des patients ayant un IDM avec sus-décalage de ST ».

A première vue, pour un généraliste peu prescripteur initial d’antiagrégants lors d’événements cardiaques aigus, la marge de bascule vers l’aspirine se limite à l’artérite. Dans les faits, l’ACBUS l’appelle aussi à la remise en cause des co-prescriptions qui traîneraient abusivement après un syndrome coronarien aigu, ainsi que celles qui persistent malgré un angor officiellement stable. Pas si rares mais aussi sujettes à débat d’experts sur la prévention secondaire...

Les entretiens de Théragora
La médecine personnalisée en cancérologie est-elle possible?
Pour Claude Bertrand, vice-président en charge de la R&D chez Servier, le concept de médecine personnalisée est encore: "très loin de nous". Certes, les thérapies ciblées et les immunothérapies ont fait la preuve de leur efficacité, mais ces traitements ne concernent qu'une minorité de patients qualifiés de "bons répondeurs".
Archives vidéos Carnet Le Kiosque Théragora Mots de la semaine Derniers articles en ligne
Références

Contactez-nous

Théragora est le premier site d'information sur la santé au sens large, qui donne la parole à tout ceux qui sont concernés par l'environnement, la prévention, le soin et l'accompagnement des personnes âgées et autres patients chroniques.

contact@theragora.fr

www.theragora.fr

Suivez-nous et abonnez-vous sur nos 5 pages Facebook

Facebook Théragora
Facebook Théragora Prévenir
Facebook Théragora Soigner
Facebook Théragora Acteurs de ma santé
Facebook Théragora Soutenir