Des milliers de manifestants à Paris et en régions

L’hôpital s’invite dans les élections municipales

Par Jacques Degain -  Journaliste

Théragora - www.theragora.fr - Page 0 - crédits iconographique Frantz Lecarpentier

 

Ils étaient encore nombreux ce vendredi 14 février à manifester à Paris, dans les chefs lieux et les capitales régionales pour rappeler aux pouvoirs publics leur colère et leur désarroi. Les hospitaliers sont loin d’être rassurés et calmés par les mesures gouvernementales de l'automne. 

 

« Nous avons le cœur brisé… » En cette journée de la Saint Valentin, l’occasion était trop belle pour les personnels et les praticiens hospitaliers  de se faire entendre des pouvoirs publics avec un slogan certes facile mais surtout significatif de leur grande colère qui débouche parfois sur un désespoir bien présent. «  On ne sait plus quoi faire » expliquait ainsi un  manifestant parisien,  En criant leur « amour de l’hôpital public »  certains gardaient  l‘espoir de voir le gouvernement prendre la juste mesure de la situation plus que délicate de beaucoup d’établissements et de nombreux services.

Pourtant le gouvernement et surtout la ministre de la santé, en annonçant an novembre dernier une rallonge budgétaire pour les établissements, une reprise partielle de la dette des hôpitaux (10 milliards quand même), une augmentation des primes voire parfois des rémunérations espéraient voir revenir le calme dans les établissements.

 

Rencontre avant la fin du mois

Or, c’est presque le contraire qui s’est produit. De très nombreux  médecins ont démissionné de leurs taches administratives dans les services, créant parfois une belle pagaille; les services d’urgence sont toujours en grève.  Les personnels infirmiers et aides soignants multiplient actions et revendications. A l’évidence Edouard Philippe, en prenant ces mesures espérait bien que le calme revendrait. Il n’en a rien été. Mieux, les débats et les manifestations autour de la réforme des retraites ont eu un effet boumerang : les personnels de l’hôpital ont eu la nette impression,  pas toujours fausse au demeurant, que les français et le pouvoir exécutif les avaient un peu oubliés.

Ils se sont rappelés aujourd’hui à leur bon souvenir. Les élections municipales arrivent à point  pour remettre à la « une » ces problèmes de l’hôpital. Médecins et personnels soignants ne perdent aucune occasion pour demander aux candidats leurs projets pour sauver l’hopital. Ils sont entendus la plupart du temps, en particulier dans les villes moyennes où l’hôpital est très souvent  le premier employeur. Le citoyen, donc l’électeur, reste viscéralement attaché  « à son » hôpital, garant d’un système de soins de proximité alors que les « déserts médicaux » tendent à gagner du terrain.

Agnès Buzyn, la ministre de la santé, l’a bien compris qui a décidé de rencontrer les responsables du secteur hospitalier avant la fin du mois alors que cette rencontre à l’origine devait avoir lieu en mars. Une initiative qui s’imposait.

Les entretiens de Théragora
Les nouvelles armes contre le cancer (3)
Au cours de ce troisième entretien, le professeur Axel Kahn nous fait part de ses inquiétudes. Selon lui le coût actuel des immunothérapies et plus encore des thérapies cellulaires mises au point par les "marchands de médicaments" est prohibitif et menace l'accès universel aux anticancéreux innovants.
Archives vidéos Carnet Le Kiosque Théragora Mots de la semaine Derniers articles en ligne
Références
Contactez-nous

Théragora est le premier site d'information sur la santé au sens large, qui donne la parole à tout ceux qui sont concernés par l'environnement, la prévention, le soin et l'accompagnement des personnes âgées et autres patients chroniques.

contact@theragora.fr

www.theragora.fr

Suivez-nous et abonnez-vous sur nos 5 pages Facebook

Facebook Théragora
Facebook Théragora Prévenir
Facebook Théragora Soigner
Facebook Théragora Acteurs de ma santé
Facebook Théragora Soutenir

Linkedin Théragora