Le recommandations de l’Académie nationale de médecine pendant l'épidémie de Covid 19

Que déduire des études évaluant l’effet du climat sur la Covid-19 ?

- Page 0 - crédits iconographique Phovoir

Survenue au milieu de l’hiver, l’épidémie de Covid-19 sera-t-elle freinée par la saison estivale, à l’exemple de la grippe ou d’autres coronaviroses ?  Plusieurs travaux montrent que l’élévation de la température et du taux d’hygrométrie affecte la viabilité du virus et réduit le nombre d’infections [1-6]. L’importance de cette corrélation a pu être quantifiée, une augmentation de 1 degré de température étant associée à une diminution de 3,1 % des nouveaux cas et de 1,2 % des décès [2].

 

Afin de confirmer ces données, une enquête (soumise pour publication) a été réalisée sous l’égide de l’Académie nationale de médecine à partir d’un réseau de 19 médecins, pharmaciens et cadres de santé exerçant en zone tempérée (France et Italie), en zone africaine intertropicale (Sénégal, Côte d’Ivoire, Burkina Faso, Mali, Togo, Gabon) et dans les DOM/TOM (Guadeloupe, Martinique, La Réunion, Mayotte, St Martin, St Barthélémy, Nouvelle Calédonie).

L’objectif était d’étudier l’influence de la température sur les taux d’attaque de la Covid-19 en comparant les données issues des zones intertropicales avec celles des pays européens. Chaque correspondant local a établi des relevés hebdomadaires à partir du premier cas déclaré en discernant (i) les cas confirmés selon la définition de Santé Publique France [7], (ii) les cas « importés », (iii) les cas « autochtones » permettant d’établir l’indice de diffusion [cas autochtones / population de référence], (iv) le nombre d’hospitalisations et (v) le nombre de décès. Les températures moyennes hebdomadaires, exprimées en degrés Celsius, ont été relevées, ainsi que les densités de population, l’arrivée groupée de voyageurs malades, la prise éventuelle de chloroquine et le respect des mesures de confinement.

Les résultats de cette enquête attestent que l’indice de diffusion, de 2,67 en Europe pour une température moyenne de 11,2°C, s’abaisse à 0,03 en Afrique subsaharienne où la température moyenne s’élève à 34,8°C. Ils confirment les observations selon lesquelles les climats chauds ont un effet réducteur sur la transmission de SARS-CoV-2 et confortent l’hypothèse d’une influence saisonnière du climat sur l’épidémiologie de la Covid-19 dans les pays tempérés.

 

Sur la base de ces données préliminaires, l’Académie de médecine recommande dès à présent :

– d’intégrer le facteur climatique dans les modélisations du phénomène épidémique et de prendre en compte les prévisions météorologiques dans les instances décisionnelles relatives à la gestion de la crise sanitaire Covid-19 ;

 

– de ne pas négliger le risque de résurgence épidémique de Covid-19, notamment en France métropolitaine, surtout si la circulation du SARS-CoV-2 persiste dans l’hémisphère Sud pendant l’été, en renforçant les capacités de surveillance, de prévention et de riposte dès le mois de septembre.

 

 



Références

[1] Sobral MFF et al. Association between climate variables and global transmission of SARS-CoV-2. Sci Total Environ. 2020 ; 729 : 138997.

[2] Wu Y et al.  Effects of temperature and humidity on the daily new cases and new deaths of COVID-19 in 166 countries. Sci Total Environ. https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0048969720325687#!

[3] Chan KH et al. Effects of Temperature and Relative Humidity on the Viability of the SARS Coronavirus . Adv Virol. 2011;2011:734690. https://doi.org/10.1155/2011/734690

[4] Abdullahi IN et al. Exploring the genetics, ecology  of SARS-CoV-2 and climatic factors  as possible control strategies  against COVID-19. Infez Med. 2020 Ahead Of Print Jun 1;28(2):166-173.

[5] Prata DN et al. Temperature significantly changes COVID-19 transmission in (sub)tropical cities of Brazil Sci Total Environ. 2020 ; 729, 1338862 https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0048969720323792

[6] M.J. Araujo, B. Naimi – Spread of Sars-CoV-2 Coronavirus likely to be constrained by climate.

https://doi.org/10.1101/2020.03.12.20034728.

[7]https://www.santepubliquefrance.fr/surveillance-syndromique-sursaud-R/documents/bulletin-national/2020/bulletin-national-d-information-oscour-du-7-avril-2020

Les entretiens de Théragora
L'impossible réforme de la gouvernance hospitalière
L'économiste de la santé Frédéric Bizard commente pour Théragora le résultats du "Ségur de la santé" qui vient de se terminer. Selon lui, les augmentations de salaires obtenues sont le seul point positif de ce plan. Aucune réforme de structure à l'horizon pour un système qui reste sous la coupe totale d'une haute administration française qui refuse de partager le pouvoir avec les soignants. "On est dans une organisation qui ne peut pas fonctionner" estime cet expert.
Archives vidéos Carnet Le Kiosque Théragora Mots de la semaine Derniers articles en ligne
Contactez-nous

Théragora est le premier site d'information sur la santé au sens large, qui donne la parole à tout ceux qui sont concernés par l'environnement, la prévention, le soin et l'accompagnement des personnes âgées et autres patients chroniques.

contact@theragora.fr

www.theragora.fr

Suivez-nous et abonnez-vous sur nos 5 pages Facebook

Facebook Théragora
Facebook Théragora Prévenir
Facebook Théragora Soigner
Facebook Théragora Acteurs de ma santé
Facebook Théragora Soutenir

Linkedin Théragora