Les Etudes de la Drees

Pour huit Français sur dix, profiter le plus longtemps possible de la retraite reste la principale motivation de départ

- Page 0 - crédits iconographique Phovoir

La Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES) publie une nouvelle étude sur les motivations de départ des personnes ayant pris leur retraite entre juillet 2019 et juin 2020. Il s’agit de la première exploitation d’une enquête réalisée en partenariat avec le Conseil d’Orientation des Retraites, la Direction de la Sécurité sociale, et cinq régimes de retraite : le régime général, le régime complémentaire des salariés du secteur privé, les deux régimes de fonctionnaires, et la caisse de retraite des agents de la SNCF.

 

 

 

L’enquête « Motivations de départ à la retraite », réalisée tous les 3 à 4 ans, vise à analyser les comportements de départ à la retraite et, le cas échéant, de prolongation d’activité, ainsi que la connaissance du système de retraite. Pour la 5e vague de cette enquête barométrique, 5 500 personnes ont été interrogées au premier semestre 2021 parmi les nouveaux retraités, résidant en France, du régime général (CNAV), des régimes de la fonction publique (SRE et CNRACL) et du régime spécial de retraite de la SNCF (CPRPSNCF).

 

L’âge idéal de départ à la retraite s’établit à 61 ans

D’après les personnes interrogées, 61 ans est l’âge idéal auquel elles auraient souhaité partir à la retraite, soit 5 mois plus tard que les participants aux deux précédentes enquêtes de 2014 et 2017 ; 40 % considèrent désormais que cet âge idéal est de 60 ans, alors qu’elles étaient 50 % dans ce cas lors des précédentes vagues de l’enquête (ayant débuté en 2010). Les nouveaux retraités sont 65 % à déclarer être partis à l’âge qu’ils souhaitaient. Par ailleurs, près de trois personnes sur quatre déclarent avoir pris leur retraite dès que cela a été possible.

 

Profiter de la retraite le plus longtemps, atteindre l’âge légal d’ouverture des droits ou bénéficier du taux plein sont les principaux motifs de départ

En 2021, les motivations de départ à la retraite les plus souvent citées sont les mêmes qu’en 2017 : profiter de la retraite le plus longtemps possible (81 % des personnes interrogées indiquent que ce motif a joué pour elles, dont 60 % qu’il a beaucoup joué), avoir atteint l’âge légal minimal de départ (78 %) et bénéficier du taux plein (68 %). La moitié des personnes citent également le fait ne plus vouloir travailler. Pour les personnes sorties précocement de l’emploi, des problèmes de santé (57 %) ou un licenciement (38 %) ont également pu jouer sur la sortie anticipée du marché du travail.

 

Raisons financières et intérêt pour le travail sont les principales motivations de la prolongation de l’activité

Les personnes qui prolongent leur activité au-delà de l’âge minimum possible le font très souvent pour des raisons financières : vouloir augmenter leur retraite future (69 %), conserver encore quelques années leur rémunération (67 %) ou éviter une minoration de leur pension via une décote (56 %). Elles sont par ailleurs 67 % à mettre en avant l’intérêt porté à leur emploi ou des conditions de travail satisfaisantes. Des disparités s’observent cependant selon les régimes de retraite, notamment au vu des différentes règles de calcul de la pension.

 

Près de la moitié des retraités qui auraient pu bénéficier d’une surcote ne souhaitaient pas retarder leur départ

48 % des retraités partis au taux plein et qui auraient pu bénéficier d’une surcote en prolongeant leur activité disent qu’ils ne souhaitaient pas retarder leur départ. Parmi ceux qui, au contraire, ont retardé leur départ à la retraite et bénéficient d’une surcote, 46 % déclarent qu’ils l’ont fait car ils voulaient augmenter leur pension. Enfin, les retraités partis avec une décote disent dans la majorité des cas (60 %) que la perte de la pension n’était pas trop importante.

 

Plusieurs dispositifs de retraite sont encore largement méconnus

Près de trois personnes sur quatre se disent satisfaites du niveau d’information dont elles ont bénéficié concernant leurs droits à la retraite. Interrogées sur leur connaissance de certains dispositifs, 74 % des nouveaux retraités affirment savoir à quoi correspond le taux plein ; il s’agit du dispositif le mieux connu. La décote et la surcote sont quant à elles moins bien connues. C’est aussi le cas des dispositifs de transition entre l’emploi et la retraite ainsi que ceux qui permettent un départ anticipé au taux plein pour inaptitude au travail ou pour incapacité permanente.

 

Plus de deux personnes sur trois ne changeraient pas leur âge de départ si elles le pouvaient

Les personnes interrogées disent avoir commencé à réfléchir sérieusement à leur départ à la retraite à 58 ans et 5 mois en moyenne, soit environ 4 ans avant leur départ effectif. Pour celles qui, à ce moment-là, avaient une idée du montant de leur pension future, 61 % considèrent que la somme qu’elles touchent effectivement est à peu près équivalente à celle qu’elles avaient anticipé. Avec du recul, un peu plus de deux personnes sur trois feraient le choix de partir au même âge, conservant ainsi le même niveau de pension, et 27 % préféreraient finalement partir plus tard et percevoir une pension plus élevée.

 

Plus de la moitié des retraités sont aussi satisfaits avant et après le départ à la retraite

23 % des nouveaux retraités se disent plus satisfaits actuellement qu’avant leur départ à la retraite. Pour la plupart d’entre eux (78 %), le fait d’être désormais à la retraite a beaucoup joué dans ce constat. Ils sont à peu près autant à être moins satisfaits (22 %), mais la majorité (56 %) déclarent être autant satisfaits avant et après leur départ.

 

Sources

L’enquête Motivations de départ à la retraite est réalisée régulièrement auprès de personnes qui viennent de partir à la retraite ; les entretiens de la cinquième vague ont été conduits durant le premier semestre de 2021. Cette opération est le fruit d’une collaboration entre la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES) du ministère des Solidarités et de la Santé, le secrétariat général du Conseil d’orientation des retraites (COR), la Direction de la Sécurité sociale (DSS), la Caisse nationale d’assurance vieillesse (CNAV), l’Association générale des institutions de retraite des cadres et l’Association pour le régime de retraite complémentaire des salariés (Agirc-Arrco), le Service des retraites de l’État (SRE), la Caisse des dépôts (CDC), ainsi que la Caisse de prévoyance et de retraite du personnel de la SNCF (CPRPSNCF), qui y participe pour la première fois. Les quatre premières vagues de l’enquête ont été réalisées en 2010, 2012, 2014, et 2017.

 

 

Lire E&R 1216

Pour en savoir plus

Les entretiens de Théragora
Les industries de santé européennes en danger
Le prix Nobel d'économie Jean Tirole estime que le secteur stratégique des industries de santé européen est menace par la Chine et les Etats-Unis. Selon lui l'effort de recherche fondamentale du vieux continent est insuffisant face à ses concurrents. Il préconise des investissements publics massifs pour faire face aux défis à venir dans le monde de la recherche médicale.
Archives vidéos Carnet Le Kiosque Théragora Mots de la semaine Derniers articles en ligne
Contactez-nous

Théragora est le premier site d'information sur la santé au sens large, qui donne la parole à tout ceux qui sont concernés par l'environnement, la prévention, le soin et l'accompagnement des personnes âgées et autres patients chroniques.

contact@theragora.fr

www.theragora.fr

Suivez-nous et abonnez-vous sur nos 5 pages Facebook

Facebook Théragora
Facebook Théragora Prévenir
Facebook Théragora Soigner
Facebook Théragora Acteurs de ma santé
Facebook Théragora Soutenir

Linkedin Théragora