Dernier mot ajouté :


Vaccin thérapeutique (contre le cancer)

La vaccination thérapeutique consiste à induire une réponse immunitaire, lorsque cette dernière fait défaut chez le patient atteint de cancer ou à fort risque de récidive. "C’est une situation très différente de celle de la vaccination préventive car l’intrus est déjà présent dans l’organisme et les défenses sont souvent débordées  par la prolifération tumorale ou freiner par les mécanismes de contrôle", précise l’immunologiste Vassili Soumelis. L’activation du système immunitaire nécessite d’une part qu’il reconnaisse l’intrus et, d’autre part, qu’il le considère comme dangereux.

Cet apprentissage repose sur l’identification d’un morceau spécifique de la cellule cancéreuse, un antigène tumoral qui, tel un chiffon rouge, va servir à diriger le système immunitaire sur les cellules tumorales. La "présentation" de cet antigène au système immunitaire peut passer par plusieurs options.

  • Injection d’une copie synthétique de l’antigène tumoral, éventuellement "dopé" par une molécule dite adjuvante carpable de stimuler la réponse immunitaire.
  • Injection des cellules dendritiques différenciées à partir de cellules sanguines du patient, matures et chargées en antigènes tumoraux pour stimuler les lymphocytes T.
  • Injection de virus modifiés en laboratoire pour produire des antigènes tumoraux

Quelle que soit l’option, le principe est basé sur la production d’anticorps par les lymphocytes B (réponse humorale) ou l’activation les lymphocytes T (réponse cellulaire) qui réagissent spécifiquement contre les cellules tumorales.

De telles approches d’immunothérapie active ont déjà fait leur preuve. Sipuleucel-T a même été le premier vaccin à obtenir une autorisation de mise sur le marché (AMM) aux Etats-Unis pour traiter certains cancers métastatiques de la prostate hormono-résistants. Il consiste en l’injection de cellules dendritiques "boostées".

De nombreuses stratégies vaccinales utilisant d’autres antigènes tumoraux sont actuellement à l’étude.

Les vaccins contre les cancers peuvent prendre différentes formes. A ce jour, ils ne peuvent toutefois être envisagés que si les cellules cancéreuses sont assez différentes des cellules de l’organisme pour être reconnues, et si le système immunitaire n’est pas trop réduit au silence, pour pouvoir réagir.

Source Institut Curie 


A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

A


Académie Nationale de Pharmacie : Dictionnaire

 

Les premières éditions du Dictionnaire des Sciences pharmaceutiques et biologiques de l'Académie nationale de Pharmacie ont été publiées sous forme papier aux éditions Louis Pariente : 1re édition en 1997 et 2e édition en 2001. Une refonte complète a été entreprise en 2010 sous la coordination du Pr Francis Puisieux, Président de la Commission du langage de l’Académie, avec la participation de plus d’une centaine de rédacteurs représentant toutes les disciplines scientifiques et professionnelles, membres de l'Académie ou non. Il est prévu près de 22 000 définitions dans cette nouvelle édition. Pour faciliter l'accès au plus grand nombre, gracieusement, et limiter l'impact sur l'environnement, l'Académie nationale de Pharmacie a décidé de publier cette nouvelle édition sous forme électronique.

Ce dictionnaire rassemble l'ensemble des connaissances touchant le médicament et autres produits de santé, les sciences physico-chimiques en rapport avec ces domaines, la biologie, la santé publique, l’environnement et la santé, la diététique, la nutrition, la cosmétologie. Sont également décrits les symptômes majeurs des principales pathologies.

Chaque entrée du dictionnaire correspond à un mot ou à un groupe de mots associés. Elle peut comporter, selon les disciplines concernées, plusieurs définitions. Parfois, des commentaires peuvent être ajoutés en italique.

Accéder au dictionnaire : http://dictionnaire.acadpharm.org/w/Acadpharm:Accueil

 


Accidents de la vie courante

Les accidents de la vie courante ont été responsables en 2013 de 21256 décès en France métropolitaine.

Les causes principales de décès sont les chutes (10159), les suffocations (2 579), les noyades (980), les intoxications (1994), les incendies (403). Pendant les 4 mois de l’été 2015, 436 personnes de tous âges ont perdu la vie par noyade. Plus de 8 000 personnes ont été hospitalisées pour brûlures en 2012. On estime que 11,5 millions de personnes ont chaque année un accident de la vie courante avec recours aux soins, dont 840 000 avec hospitalisation.


Accidents vasculaires cérébraux (AVC)

Les accidents vasculaires cérébraux (AVC) sont des pathologies graves, handicapantes et fréquentes, recouvrant un ensemble de syndromes se manifestant par l’apparition brutale d’un déficit neurologique dû à des lésions cérébrales d’origine vasculaire. On distingue les AVC hémorragiques, dus à une rupture d’un vaisseau sanguin, et les AVC ischémiques, consécutifs à l’obstruction d’une artère cérébrale. En France, en 2013, les AVC représentent la troisième cause d’années de vie perdue, la première cause de mortalité chez les femmes (la troisième chez les hommes), la première cause de handicap moteur non traumatique et la deuxième cause de démence derrière la maladie d’Alzheimer. Les principaux facteurs de risque sont l’âge, l’hypertension artérielle, le tabagisme, l’hypercholestérolémie et le diabète. La prise en charge des AVC a largement évolué en France depuis le début des années 2000 avec, notamment, la mise en place et le déploiement d’unités neuro-vasculaires. 


Acromégalie

Campagne lancée le 28 février à l'occasion de la Journée Internationale des Maladies Rares, l'objectif de cette campagne est d'aider à réduire l'errance de diagnostique (de 6 à 10 ans) en adressant les patients plus rapidement à un endocrinologue. L’acromégalie est due à une hypersécrétion d’hormone de croissance (ou GH : growth- hormone) par l’hypophyse. L’hypophyse est une glande endocrine située sous le cerveau en dessous de l’hypothalamus, quasiment au milieu du crâne dans une petite cavité qui s’appelle la selle turcique. Elle secrète des hormones lui permettant de contrôler la fabrication des hormones par la surénale, la thyroïde, les ovaires ou les testicules et de réguler différentes fonctions métaboliques du corps humain. Cette surproduction d’hormone de croissance est due à une tumeur, toujours bénigne, de l’hypophyse appelée adénome hypophysaire. Dans la plupart des cas cet adénome hypophysaire est formé par la multiplication des cellules sécrétant l’hormone de croissance. Actuellement, les adénomes hypophysaires à GH peuvent être classés selon deux formes : les formes sporadiques qui représentent 94% des cas et les formes familiales qui ont un support génétique. Depuis une dizaine d’années des études ont démontré l’existence d’une mutation du gène AIP dans certains cas d’adénomes hypophysaires. Ces adénomes hypophysaires surviennent en général plus précocement, au moment de la sortie de la puberté. Un adénome hypophysaire peut apparaître avant la puberté chez l’enfant dont les cartilages ne sont pas encore soudés provoquant une croissance excessive et rapide. On parle alors d’acromégalogigantisme. *Source : «Les Cahiers d’Orphanet - Prévalence des maladies rares : données bibliographiques» - Juillet 2015 -Numéro 2 - http://www.acromegalie-asso.org


AES

Accident d’exposition au sang (AES) : tout contact avec du sang ou un liquide biologique contenant du sang et comportant soit une effraction cutanée (piqûre, coupure) soit une projection sur une muqueuse (œil...) ou sur une peau lésée. Sont assimilés à des AES les accidents survenus dans les mêmes circonstances avec d'autres liquides biologiques (tels que liquide céphalorachidien, liquide pleural, secrétions génitales...) considérés comme potentiellement contaminants même s'ils ne sont pas visiblement souillés de sang.


Agence de la Biomédecine

LE RÔLE ET LES MISSIONS DE L’AGENCE DE LA BIOMÉDECINE

L’Agence de la biomédecine est une agence nationale d’État, placée sous la tutelle du ministère de la santé. Créée par la loi de bioéthique de 2004, elle exerce ses missions dans les domaines du prélèvement et de la greffe d’organes, de tissus et de cellules, ainsi que de la procréation, de l’embryologie et de la génétique humaines. L’Agence de la biomédecine met tout en œuvre pour que chaque malade reçoive les soins dont il a besoin, dans le respect des règles de sécurité sanitaire, d’éthique et d’équité. Son rôle transversal le lui permet.

 

En matière de prélèvement et de greffe d’organes, l’Agence de la biomédecine

• gère la liste nationale d‘attente de greffe et le registre national des refus ;

• coordonne les prélèvements d’organes, la répartition et l’attribution des greffons ;

• garantit que les greffons prélevés sont attribués aux malades en attente de greffe dans le respect des critères médicaux et des principes d’équité ;

• assure l’évaluation des activités médicales qu’elle encadre ;

• promeut et développe l’information sur le don, le prélèvement et la greffe. 


Alcooliques anonymes

Alcooliques anonymes est une association bénévole, internationale, d’hommes et de femmes, provenant de toutes les catégories sociales, qui se réunissent dans le but de devenir abstinents et de le rester. Le désir d’arrêter de boire est la seule condition pour être membre. Les AA ne demandent ni cotisation, ni droit d’entrée.
L’alcoolisme est une maladie caractérisée par l’obsession de l’alcool et la perte du contrôle de sa consommation. Comme toute addiction, elle nuit à la santé, à la capacité de travail et au comportement relationnel et social. L’alcoolisme est une maladie émotionnelle et psychologique autant que physique.

Vous trouverez de nombreuses informations sur notre fonctionnement en parcourant le site www.alcooliques-anonymes.fr
Alcooliques anonymes est une marque déposée de Alcoholics anonymous World Services, Inc. 


Algie vasculaire de la face







L’algie vasculaire de la face (AVF) est une affection de cause inconnue caractérisée par des crises douloureuses parmi les plus atroces qui puissent exister.

Qui est atteint ?
L’AVF est rare. En l’absence d’étude épidémiologique française, on estime compris entre 10 000 et 50 000 le nombre de personnes atteintes d’AVF. L’AVF est 4 fois plus fréquente chez l’homme que chez la femme et elle débute presque toujours entre 20 et 40 ans.

Comment diagnostiquer l’AVF ?
Le diagnostic de l’AVF ne peut être porté que sur la description des crises et de leur évolution dans le temps, Il n’existe aucun examen complémentaire qui permette de diagnostiquer l’AVF. Bien que les crises soient remarquablement identiques d’un sujet à l’autre, l’AVF reste méconnue de beaucoup de médecins et il est habituel que soient incriminées à tort pendant quelques années des affections oculaires, nasales (sinus),dentaires ou une migraine, ou encore une névralgie faciale.

Quels sont les caractères des crises d’AVF ?
La crise dure environ une heure trente (de 15 minutes `a 3 ou 4 heures) et elle est caractérisée par une douleur et des signes associés.
La douleur. Elle s’installe très rapidement devenant en quelques minutes atroce, continue, intolérable, ”comme un fer rouge enfoncé dans l’oeil . . . `a se jeter par la fenêtre . . . à se taper la tête contre les murs”.
Elle est presque toujours centrée sur l’oeil d’un seul et même côté (variable selon les patients) mais elle diffuse souvent `a la moitié du visage, allant parfois jusqu’au cou, voire à l’épaule.
Les signes associés. Du côté de la douleur, l’œil est rouge, larmoyant, un peu fermé avec une pupille plus petite. La narine est bouchée ou au contraire coule. En revanche, nausées et vomissements sont rares.

Comment évoluent les crises ?
L’évolution dans le temps des crises d’AVF est spécifique à cette affection : les crises sont habituellement quotidiennes, se répétant d’une à six ou sept fois par 24 heures, notamment la nuit, et parfois avec une régularité d’horloge, par exemple 2 heures du matin et 14 heures.
Dans 90 % des cas, l’AVF est dite ”épisodique” car les crises surviennent par épisodes (ou salves) de un à trois mois séparés par des intervalles libres pouvant aller de quelques mois à quelques années. Là encore, il peut y avoir une étonnante régularité avec, par exemple un épisode au printemps et un autre à l’automne. Parfois l’AVF est chronique, c’est-à-dire, sans période de rémission.
L’évolution à long terme est variable : les crises disparaissent habituellement en vieillissant mais malheureusement, le plus souvent après seulement 20 ou 30 années d’évolution.

Est-ce une maladie grave ?
Oui et non. Oui, par l’extrême sévérité de la douleur et son retentissement parfois dramatique sur la vie personnelle, familiale et professionnelle. Non, au sens où elle n’est ni mortelle, ni en rapport avec une affection vasculaire ou tumorale du cerveau. Elle ne fait pas partie de la liste des 30 affections bénéficiant de l’exonération du ticket modérateur (prise en charge Sécurité Sociale 100% ) mais lorsqu’elle est chronique, elle est tellement invalidante qu’elle justifie que votre médecin effectue une demande dite de 31e maladie
auprès de votre centre de Sécurité Sociale.

Quelle en est la cause ?
La cause de l’AVF est à ce jour totalement inconnue. On sait seulement qu’il existe une certaine susceptibilité génétique et une implication d’une région du cerveau appelée l’hypothalamus qui joue un rôle dans les phénomènes chronobiologiques. Pendant les crises elles-mêmes, il y a une dilatation des branches de l’artère carotide interne et une souffrance des nerfs dits ”sympathique” et ”parasympathique”. Néanmoins, ces connaissances demeurent tr`es fragmentaires et l’AVF est incontestablement une des affections les plus mystérieuses qui soit.

Comment traite-t-on l’AVF ?
Il n’existe pas à ce jour de traitement qui guérisse définitivement l’AVF. Toutefois, les traitements actuels apportent un soulagement important (il faut cependant noter que certains de ces traitements n’ont pas ce que l’on appelle l’AMM (autorisation de mise sur le marché) pour cette affection et réglementairement ne peuvent donc pas vous être remboursés. Les traitements se divisent en deux groupes : traitement de crise et traitement de fond.
Traitement de crise. Il n’existe que deux traitements dont l’efficacité est scientifiquement démontrée (disparition de la douleur en moins de 15 minutes dans 70 à 80% des cas) : 1) le sumatriptan injectable, médicament dit d’exception qui doit vous être prescrit sur une ordonnance spéciale et qui est remboursé à 65% SS ; 2) l’oxygène normobare en inhalation nasale à 7 litres/minute. (Cette indication n’étant pas reconnue officiellement, votre neurologue devra effectuer une demande exceptionnelle auprès du médecin de votre caisse afin que vous puissiez obtenir l’installation d’une bouteille d’oxygène à domicile).

Traitement de fond. On entend par traitement de fond un traitement quotidien `a prendre durant les épisodes pour diminuer la fréquence des crises (il n’existe malheureusement pas de traitement qui puisse être pris entre les épisodes pour empêcher leur survenue). Le traitement le plus efficace - mais qui n’apas l’AMM dans cette indication - est le verapamil, par ailleurs largement utilisé en cardiologie. D’autres médicaments tels que l’indométacine et les corticoïdes dans les formes épisodiques, ainsi que le lithium dans les formes chroniques peuvent aussi être utilisés avec un maniement néanmoins plus difficile.
Source : A.D.N.L.A. (Association pour le Développement des Neurosciences à l’Hôpital Lariboisière)

Allaitement maternel

L’allaitement maternel est recommandé au niveau international par l’OMS (Organisation mondiale de la santé) et la promotion de l’allaitement maternel était l’un des objectifs spécifiques à l’enfant du Programme national nutrition santé (PNNS) 2011-2015. L’OMS recommande l’allaitement maternel exclusif pendant les six premiers mois du bébé, puis sa prolongation avec la diversification alimentaire pendant les deux premières années de vie de l’enfant. En France, le PNNS préconise un allaitement exclusif jusqu’à 6 mois, et au moins jusqu’à 4 mois. L’allaitement maternel exclusif permet un développement optimal du nourrisson jusqu’à 6 mois et aurait des effets bénéfiques sur la santé de l’enfant. Pour la mère, au-delà des bénéfices à court terme avec une perte de poids favorisée, des risques d’hémorragies diminués et le fait que les contractions utérines provoquées par l’allaitement aident l’utérus à reprendre plus vite sa taille, sa forme et sa tonicité, l’allaitement contribuerait à réduire le risque de cancer du sein, et éventuellement celui de l’ovaire. D’après les données des certificats de santé en 2013, l’allaitement maternel à la naissance, exclusif ou mixte, concerne 66 % des femmes (65% en Métropole et 85% dans les DROM), chiffres quasi stables depuis 2006. 


Allergies

L’allergie est un dérèglement du système immunitaire qui correspond à une perte de la tolérance vis-à-vis de substances a priori inoffensives : les allergènes. Notre système immunitaire est spécialisé dans la reconnaissance des corps étrangers comme les parasites, les bactéries ou encore les virus. Quand l’un d’eux pénètre l’organisme, le système immunitaire produit des molécules spécialisées, chargées de reconnaître l’intrus puis de le détruire. Les allergies  peuvent avoir des manifestations cutanées (urticaire, dermatite), respiratoires (rhinite, asthme) ou généralisées (anaphylaxie) et leur prévalence a considérablement augmenté au cours des 20-30 dernières années dans les pays industrialisés. On estime aujourd’hui que 25 à 30% de la population est concernée par une maladie allergique. Aujourd’hui, la prévalence de la dermatie atopique est évaluée à 15-20%,  celle de l'asthme à 7-10 %, celle de la rhinite et de la conjonctivite allergique autour de 15-20%. La prévalence des allergies alimentaires oscillerait entre 2% chez l’adulte et 5% chez les enfants.  Pour que l’allergie se déclenche, deux conditions sont nécessaires : une prédisposition génétique, et une exposition à la substance allergène. Les maladies allergiques peuvent être dues aux anticorps et/ou aux lymphocytes T, des cellules spécialisées du système immunitaire. Ainsi, l’eczéma et l’asthme chronique sont causés par des lymphocytes T. Ces cellules infiltrent la peau et les bronches où elles sont activées par des allergènes eux-mêmes capables d’y pénétrer. Mais, la majorité des allergies sont causées par des anticorps, les immunoglobulines de type E (IgE). 


Amyotrophie spinale

L’amyotrophie spinale est une maladie rare d’origine génétique. Elle touche 1 à 9 individus pour 100.000. Elle est due à une dégénérescence des motoneurones dans la moelle épinière qui entraine une perte musculaire progressive. Les symptômes apparaissent le plus souvent après la naissance, avec l’impossibilité d’acquérir le port de tête; ou un peu plus tard dans la petite enfance, avec l’impossibilité de marcher. Plus rarement, les symptômes apparaissent à l’adolescence avec des troubles musculaires importants mais compatibles avec une vie à peu près normale. La maladie est causée par une mutation sur le gène SMN1 qui entraine un déficit en protéine SMN. C’est alors le gène SMN2, quasiment identique, qui prend le relai mais il produit en majorité une protéine SMN tronquée peu fonctionnelle. (Source Inserm)


Anaphylaxie

L’anaphylaxie est une réaction allergique, sévère et potentiellement mortelle. 

Elle peut survenir n’importe où et à tout moment.

QUELLES SONT LES PRINCIPALES CAUSES ?
Certains aliments. Les piqûres d’insectes (abeilles, guêpes), qui correspondent à 50 % des chocs anaphylactiques et 20 % en cas d’anaphylaxie fatale 1. Certains médicaments 2 : antibiotiques, anesthésiques, produits de contraste pour l’imagerie médicale, chimiothérapies et anti-infl ammatoires non-stéroïdiens (AINS). Le latex, un caoutchouc naturel présent dans certains gants, dans des fournitures médicales et des préservatifs.

POURQUOI LES ALLERGIES ALIMENTAIRES SONT-ELLES UN PROBLÈME DE SANTÉ MAJEUR ?
+ DE 17 MILLIONS de personnes en Europesouffrent d’allergies alimentaires. 3,5 MILLIONS d’entre elles sont âgées de moins de 25 ans. Les pays européens qui présentent actuellement les plus fortes prévalantes d’allergies alimentaires sont la France, l’Allemagne et l’Italie avec 3,5 % de leur population respective qui souffre de ce type d’allergies de façon chronique.

POURQUOI EST-CE UNE PRÉOCCUPATION PRINCIPALE POUR VOUS ET VOS ENFANTS ?
• L’augmentation la plus importante des allergies alimentaires et des réactions allergiques sévères et potentiellement fatales (anaphylaxie) est observée chez les enfants et les jeunes adultes 3. • Les allergies alimentaires touchent au moins 4-7 % des enfants 3. • Contrairement aux enfants, les adultes peuvent éviter les allergènes. • 20 % des réactions allergiques surviennent à l’école 3. Environ 2 écoles sur 3 accueillent actuellement un enfant avec un risque anaphylactique


Apnée du sommeil

Le syndrome d’apnées du sommeil concernent 7,9% des personnes âgées de 20 à 44 ans, 19,7% des 45-64 ans et 30,5% des personnes de plus de 65 ans sont concernées. Ce syndrome se manifeste par des interruptions répétées et incontrôlées de la respiration pendant le sommeil. Les apnées entrainent des micro-réveils incessants dont le patient n’a pas conscience. Il en résulte des somnolences diurnes, des difficultés de concentration ou de mémoire. Il en résulte aussi des complications cardiovasculaires, sources de surmortalité.


Appendicectomie

L’incidence de l’appendicite est en baisse dans les pays industrialisés en raison de plusieurs facteurs notamment la modification des habitudes alimentaires avec un apport plus important de fibres et une amélioration de l’hygiène qui a réduit le nombre des infections entériques. Néanmoins, l’appendicite aiguë reste la cause la plus fréquente d’hospitalisation pour syndrome douloureux abdominal aiguë. Elle représente près de 30% des interventions de chirurgie digestive. L’incidence de l’appendicectomie en France en 2009 est de 1,39/1000 habitants. La majorité des cas d’appendicite aiguë surviennent chez l’adolescent et le jeune adulte entre la 2ème et la 3ème décennie avec une prédominance masculine dans cette tranche d’âge. Elle est relativement rare chez l’enfant de moins de 3 ans et chez le sujet âgé. Cependant, c’est dans ces tranches d’âge que les formes compliquées (perforées) sont relativement plus fréquentes et que la mortalité est plus élevée. L’incidence de perforation est de 70 à 80% chez l’enfant et de 30% chez le sujet âgé. Le risque principal d’une appendicite est l’évolution vers la perforation, puis la péritonite généralisée qui met en jeu le pronostic vital : la mortalité est de 0,1% dans les formes non compliquées, elle est de 1,5 à 5% en cas de perforation appendiculaire. Le pronostic est directement lié à la précocité du diagnostic et du traitement. Le traitement recommandé de l'appendicite aiguë est à ce jour chirurgical ; la seule question qui se pose est celle de l’urgence de l’intervention. Une appendicectomie peut être réalisée soit par laparotomie en fosse iliaque droite qui reste le traitement de référence, soit par cœlioscopie. L’appendicectomie est un acte courant, il n’est néanmoins pas sans risques et peut entraîner des complications spécifiques (péritonite par lâchage du moignon, abcès postopératoires...) et des complications inhérentes à tout acte de chirurgie abdominale (phlébite, embolie pulmonaire, hé- morragie, infection au niveau de l'incision, de la sonde urinaire, d'une voie veineuse, occlusion et bride intra-péritonéale...). 


ARSLA

L’ARSLA (Association pour la Recherche sur la Sclérose Latérale Amyotrophique et autres maladies du motoneurone) est née en 1985 de la rencontre d’un patient et de son neurologue avec la volonté de réunir au sein d’une même structure les soignants, les patients, les chercheurs et les proches. Rassembler, agir sur tous les fronts et répondre aux urgences du terrain sont les mots d’ordre de l’ARSLA. Ainsi, les fonds collectés sont répartis entre ses deux missions sociales : l’accompagnement des malades pour une meilleure qualité de vie, et le soutien à la recherche pour réussir à vaincre la maladie de Charcot.
En 30 ans, l’ARSLA a reversé plus de 5 millions à la recherche et a aidé plus de 20 000 malades par du conseil, de l’écoute et du prêt gracieux de matériels spécialisés - https://www.arsla.org/


Asthme

L’asthme est une maladie inflammatoire des voies aériennes qui se traduit par des épisodes de dyspnée, de respiration sifflante ou de toux. Cette maladie résulte d’interactions entre des facteurs génétiques et des facteurs environnementaux, et son étiologie reste mal élucidée à ce jour. Les facteurs déclenchants des exacerbations de la maladie sont nombreux. Il s’agit notamment des expositions à des allergènes (acariens, pollens, allergènes professionnels...) ou à des irritants respiratoires (tabagisme actif ou passif, pollution de l’air) et des infections respiratoires. La prise en charge de la maladie repose sur un traitement médicamenteux, l’éviction des facteurs déclenchants et l’éducation thérapeutique du patient. Grâce à une prise en charge adaptée, il est possible de réduire la fréquence des crises. En 2012-2013, 11,8 % des élèves de grande section de maternelle ont eu des sifflements au cours des 12 derniers mois et 11,1 % ont eu au moins une crise d’asthme dans leur vie. On observe, au cours des années 2000, une augmentation de la prévalence de l’asthme chez l’enfant, quel que soit le niveau scolaire et une augmentation de la prévalence des sifflements en grande section de maternelle et CM2. 


Athérosclérose

L’athérosclérose se caractérise par le dépôt d’une plaque essentiellement composée de lipides (on parle d’athérome) sur la paroi des artères. A terme, ces plaques peuvent entrainer la lésion de la paroi artérielle (sclérose), conduire à l’obstruction du vaisseau, ou encore se rompre, avec des conséquences souvent dramatiques. Les plaques d’athérome sont très fréquentes : nous sommes quasiment tous porteurs de telles plaques, et ce dès le début de notre vie d’adulte. Des facteurs génétiques, environnementaux (alimentation) et personnels (activité physique, hypercholestérolémie, hypertension...), nous rendent plus ou moins vulnérables face à ces plaques.  La grande majorité des plaques d’athérome sont asymptomatiques. Néanmoins, l’épaississement progressif d’une plaque peut obstruer la circulation sanguine (le plus souvent au niveau des artères coronaires, des carotides et des artères des membres inférieurs) et entrainer l’apparition de symptômes à partir de la quarantaine ou de la cinquantaine en moyenne. Il s’agit alors de douleurs localisées, de vertiges, d’essoufflements, d’instabilité de la marche, de troubles de la vision ou encore de modifications du rythme cardiaque. L’obstruction d’une artère coronaire conduit à l’angine de poitrine. La majorité de ces plaques sont stables. Néanmoins, quand l’une d’entre elles se fissure, les conséquences sont souvent dramatiques : environ 80 % des cas de morts subites ont pour origine une rupture de plaque d’athérome. La rupture d’une plaque peut notamment provoquer un infarctus du myocarde (si l’athérome est localisé dans une artère coronaire), un accident vasculaire cérébrall (athérome au niveau d’une carotide) ou une artérite oblitérante des membres inférieurs. Des examens (électrocardiogramme, échographie Doppler des artères, artériographie) permettent d’observer les plaques et d’évaluer leur dangerosité en mesurant notamment leur épaisseur. (Source Inserm). 


Autisme

L’autisme est un trouble envahissant du développement qui apparaît précocement au cours de l’enfance et persiste à l’âge adulte. Il se manifeste par des altérations dans la capacité à établir des interactions sociales et à communiquer, ainsi que par des troubles du comportement. Les personnes souffrant d’autisme semble souvent isolées dans une sorte de monde intérieur. L’autisme fait partie des troubles envahissants du développement (TED), un groupe hétérogène de pathologies, caractérisées par des altérations qualitatives des interactions sociales, des problèmes de communication (langage et communication non verbale), ainsi que par des troubles du comportement correspondant à un répertoire d’intérêts et d’activités restreint, stéréotypé et répétitif. Le handicap associé est variable, allant de léger à sévère. Il est presque toujours associé à des difficultés d’apprentissage. L’autisme apparaît avant l’âge de trois ans, puis persiste tout au long de la vie. Parmi les autres TED pouvant affecter les enfants figure le syndrome d’Asperger, forme particulière de l’autisme associée à un très bon développement intellectuel ainsi que des troubles liés à des altérations génétiques, comme le syndrome de Rett. Il est à noter que leur appartenance au spectre des troubles autistiques est actuellement en cours de discussion. On estime qu’environ 100 000 jeunes de moins de 20 ans sont atteints d’un TED en France. L’autisme infantile concernerait environ 30 000 d’entre eux. Il est désormais bien établi que l’autisme et les autres TED sont des maladies dont l’origine est multifactorielle, avec une forte implication de facteurs génétiques. Les TED sont quatre fois plus fréquents chez les garçons que chez les filles. Et dans une fratrie où il existe déjà un enfant atteint, on estime que le risque de développer un autisme pour un nouvel enfant serait de 4 % si l’enfant déjà atteint est un garçon, de 7 % si c’est une fille. (source Inserm)


Autorisation temporaire d'utilisation (ATU)

L'Agence natonale de la sécurité du médicament (ANSM) peut accorder une autorisation temporaire d'utilisation (ATU) pour des médicaments qui n'ont pas encore obtenu une autorisation de mise sur le marché par les autorités de santé (AMM). Une ATU est délivrée quand le médicament est destiné à traiter, prévenir ou diagnostiquer des maladies graves ou rares, quand il n'y a pas de traitement approprié et quand l'efficaicité et la la sécurité ont été reconnues. Il existe deux types d'ATU : nominatives (un seul patient) ou de cohortes (un groupe ou un sous-groupe de patient). Ces procédures permettent à des patients de bénéficier de traitements innovants, alors que les négociations entre l'industriel et les autorités de santé sont en cours. Elles sont bien adaptées à des molécules efficaces pour une première indication thérapeutique. Une fois l'AMM obtenue, le médicament perd automatiquement son statut d'ATU et ne peut plus bénéficier de cette procédure pour une autre indication. Depuis 2012, l'ANSM peut délivrer des Recommandations temporaires d'utilisation (RTU) destinées aux prescriptions en dehors de l'AMM initiale. Cette mesure temporaire (3 ans renouvelable) est délivrée quand le prescripteur estime indispensable le recours à une spécialité pour améliorer ou stabiliser l'état clinique d'un patient. 


B


Baclofène

Le baclofène est un myorelaxant d'action centrale, Ce médicament ayant pour effet de décontracter les muscles est autorisé depuis 1975 dans le traitement des contractures musculaires involontaires (spasticité) d'origine cérébrale ou survenant au cours d'affections neurologiques (sclérose en plaques ou maladies de la moelle épinière).  Des études expérimentales ont d'autre part suggéré que le baclofène, par ses effets neurologiques entraîne un effet anxiolytique mais qu'il aurait également un effet sur la dépendance et sur l'appétence à l'alcool.



Biopsie liquide

En se dégradant selon un processus naturel, les cellules saines ou tumorales de l'organisme libèrent des brins d'ADN qui circulent pendant quelque temps dans le flux sanguin.

Les biopsies liquides consistent précisément à repérer et à identifier l'ADN circulant en très faible quantités provenant de cellules tumorales afin de dresser leur carte d'identité génétique. Il s'agit donc d'une alternative aux biopsies traditionnelles par prélèvement qui sont invasives et souvent douloureuses. A partir d'une simple prise de sang il est ainsi possible de déterminer l'évolution d'une tumeur et d'adapter le traitement. Typiquement, les résultats d'un examen de ce type sont connus au bout d'une ou deux semaines et permettent de décider ou de modifier la prise en charge. Ces analyses sont particulièrement utiles quand il s'agit de tumeurs difficilement attirables comme les tumeurs pulmonaires ou osseuses ou quand les patients sont fragiles ou âgés. Une technique similaire consiste à identifier les cellules tumorales circulantes (CTC) présentes dans le flux sanguin qui sont légèrement différentes des cellules saines. Les biopsies liquides sont l'objet de nombreux travaux de recherche dans le monde.


Biosimilaire

Un biosimilaire est la copie d’un biomédicament c’est-à-dire d’un médicament produit par une bactérie ou une cellule.
Le médicament « copié » est dit médicament de référence. Pour obtenir le droit de commercialiser un biosimilaire, il faut que le laboratoire prouve que son médicament est aussi efficace que sa référence. Pour cela, il doit procéder à des études cliniques sur des patients souffrant d’une des maladies soignées par le médicament de référence.
Les biosimilaires permettent de faire des économies et diversifient l’approvisionnement de traitements souvent longs et très spécifiques.
 


Bisphénol A

Le bisphénol A est une substance chimique de synthèse utilisée depuis plus de 50 ans notamment dans l’industrie du plastique. L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation de l'environnement et du travail (Anses) a identifié près d’une soixantaine de secteurs d’activité potentiellement utilisateurs de cette substance en France. Depuis le 1er janvier 2015, le bisphénol A est interdit en France dans les contenants alimentaires. L’Anses a soumis en février 2017 auprès de l’Agence européenne des produits chimiques (ECHA) une proposition de classement du bisphénol A (BPA) comme substance extrêmement préoccupante et  « perturbateur endocrinien » pour la santé humaine.  Cette décision a pour conséquence une obligation pour l’industrie de notifier à l’ECHA la présence de la substance dans les articles fabriqués ou importés et d’informer l’acquéreur d’un article de la présence de BPA. L’inscription du BPA sur la liste de l’ECHA des substances extrêmement préoccupantes ouvre également la possibilité que le BPA soit soumis à autorisation en tant que substance, conditionnant ses usages à l’octroi d’une autorisation temporaire et renouvelable.


Bisphénol A (BPA)

Le bisphénol A (BPA) est un composé utilisé dans la fabrication industrielle des plastiques, en tant que monomère du polycarbonate et en tant qu’additif dans les résines époxy. Les polycarbonates sont utilisés pour fabriquer un grand nombre d’objets courants (CD, lunettes, certaines bouteilles plastiques, biberons, vaisselle), alors que les résines époxy sont utilisées pour constituer les revêtements intérieurs des boîtes de conserve, des canettes ou dans la fabrication des amalgames dentaires. Elles servent à préserver le goût des aliments et à les protéger d’une contamination microbiologique. Le bisphénol A est également utilisé en tant qu’additif dans la fabrication des papiers thermosensibles.

L’alimentation contribue à plus de 80% de l’exposition de la population. Les principales sources d’exposition alimentaire sont les produits en boîtes de conserve. Les bonbonnes d’eau en polycarbonate ont également été identifiées par l’agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) comme une source importante de l’exposition au bisphénol A. L’agence a également estimé que la manipulation de tickets thermiques (tickets de caisse, reçus de cartes bancaires…) conduisait à des situations d’exposition à risque, notamment dans un cadre professionnel.

En 2011, sur la base d’un rapport relatif aux effets sanitaires du bisphénol A, l’agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) a conclu à l’existence d’effets avérés chez l’animal (effets sur la reproduction, sur la glande mammaire, sur le métabolisme, le cerveau et le comportement) et d’effets suspectés chez l’Homme (effets sur la reproduction, sur le métabolisme et pathologies cardiovasculaires).

Ces effets pourraient être observés mêmes à de faibles niveaux d’exposition, au cours des phases sensibles du développement de l’individu. Ainsi, l’Anses a recommandé une réduction de l’exposition de la population au bisphénol A, notamment par sa substitution dans les matériaux destinés à entrer en contact avec les denrées alimentaires, en particulier pour les populations les plus sensibles (nourrissons, jeunes enfants, femmes enceintes et allaitantes). Le bisphénol A s’inscrit plus globalement dans les travaux d’évaluation des perturbateurs endocriniens (substance exogène altérant les fonctions du système endocrinien et induisant des effets néfastes sur la santé). Il existe de nombreuses incertitudes scientifiques en ce qui concerne les mécanismes d’action et les effets liés aux perturbateurs du système endocrinien. (Source Ministère de la santé)


BPCO

Les données épidémiologiques sur la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) sont peu nombreuses et l’estimation de sa prévalence est difficile. En effet, ce sont des critères spirométriques qui permettent de porter le diagnostic et de déterminer le stade de sévérité de la maladie et la réalisation d’explorations fonctionnelles respiratoires est complexe à mettre en œuvre. En France, en 2014, le nombre d’hospitalisations pour crise de BPCO se situe entre 100 000 et 160 000 par an, selon l’indicateur utilisé. Les taux bruts d’hospitalisations pour crise de BPCO sont de 31/10 000 adultes âgés de 25 ans ou plus chez les hommes et 15/10000 chez les femmes âgées de 25 ans ou plus. Entre 2000 et 2014, les taux standardisés d’hospitalisation pour exacerbation de BPCO ont augmenté chez les hommes (+ 2 % par an en moyenne) comme chez les femmes (+ 5 % par an). 


BPCO (Broncopneumopathie chronique obstructive)

La bronchopneumopathie chronique obstructive (ou BPCO) est une maladie chronique inflammatoire des bronches le plus souvent associée à d’autres maladies. Elle se caractérise par un rétrécissement progressif et une obstruction permanente des voies aériennes et des poumons, entrainant une gêne respiratoire. Plus de 80% des cas sont causés par le tabagisme (actif ou passif). C'est une maladie encore relativement  méconnue par le grand public. Pourtant, elle n’est pas rare : en 2000, on estimait à 1,7 million le nombre de personnes atteintes en France, soit 4,1% de la population. Cette proportion monte à 7,5% chez les plus de 40 ans. La maladie est plus fréquente chez les fumeurs, le tabac étant le principal facteur de risque. Et de par le développement du tabagisme féminin, la BPCO concerne aujourd’hui presque autant de femmes que d’hommes.

En 2013, environ 145 000 personnes atteintes de formes sévères de la maladie bénéficiaient d’une oxygénothérapie de longue durée (associée ou non à un traitement par ventilation). La BPCO entraine en outre chaque année de nombreuses hospitalisations et des décès liés aux exacerbations de la maladie (poussées d'aggravation des symptômes habituels). En 2013, entre 95 000 et 145 000 hospitalisations liées à la maladie ont été comptabilisées en France, et environ 16 000 décès par an, en moyenne, ont été enregistrés sur la période 2000-2011. La mortalité associée à la maladie stagne malgré les progrès de la prise en charge, probablement en raison d’un sous-diagnostic de la maladie ou de diagnostics trop tardifs.

Le principal facteur de risque est le tabagisme (actif ou passif) : plus de 80% des cas lui sont attribuables. Cependant d’autres facteurs accroissent également le risque de développer la maladie, en particulier la pollution de l’air intérieur et extérieur ainsi que les expositions professionnelles ou domestiques à des poussières et des substances chimiques (silice, poussières de charbon, poussières végétales, moisissures). Des infections des voies respiratoires inférieures fréquentes au cours de l’enfance peuvent aussi créer un terrain propice au développement ultérieur de la BPCO.
Et comme dans toute maladie multifactorielle, une composante génétique existe également. Chez ces patients, l’inflammation des voies aériennes (dont les bronches) provoque un épaississement des parois par atrophie des muscles lisses, ainsi qu’une hypersécretion réactionnelle de mucus. Le tissu pulmonaire est également inflammatoire, ce qui entraine des perturbations cellulaires et des anomalies fonctionnelles. Les alvéoles pulmonaires qui permettent les échanges gazeux lors de la respiration sont progressivement détruites (emphysème). (Source INSERM)


Burn-out

Le terme « burn-out » est aujourd'hui utilisé pour décrire toute sorte de stress, de grande lassitude ou de fatigue par rapport à son travail.

Il s'agit d'un véritable syndrome qui se traduit par un épuisement physique, émotionnel et mental profond, causé par un investissement prolongé dans des situations de travail exigeantes. Le burn-out peut avoir des conséquences importantes sur la santé et la vie sociale des personnes et requiert une prise en charge médicale adaptée. Le diagnostic de ce syndrome – qui n'est pas une maladie en tant que telle – reste difficile à établir. Syndrome complexe et aux manifestations diverses, il est mal connu, difficile à repérer, parfois diagnostiqué à tort ou confondu avec d'autres troubles psychiques. Le « syndrome d'épuisement professionnel » peut avoir des conséquences graves sur la vie des personnes et nécessite une prise en charge médicale. Ses manifestations diffèrent d'un individu à l'autre, s'installent de manière progressive voire insidieuse et sont parfois les mêmes que pour d'autres troubles psychiques ou maladies. Ces principaux symptômes sont aussi bien d'ordre émotionnel (anxiété, tristesse, hypersensibilité, absence d'émotion...), cognitif (troubles de la mémoire, de l'attention, de la concentration...), comportemental ou interpersonnel (isolement social, comportement agressif ou violent, diminution de l'empathie, comportements addictifs...), motivationnel (désengagement, remise en cause professionnelle, dévalorisation...) que physique (troubles du sommeil, troubles musculo-squelettiques, gastro-intestinaux...).

 

 


C


Cancer colorectal

Le cancer colorectal (CCR) occupe le 3e rang chez l’homme et le 2e rang chez la femme parmi les tumeurs les plus fréquentes, avec respectivement environ 23 200 et 18 900 nouveaux cas estimés en 2012. Ce cancer est diagnostiqué dans plus de neuf cas sur dix à partir de 50 ans. Après avoir augmenté jusqu’en 2000, l’incidence se stabilise à partir de 2005 et diminue ensuite. Le CCR se situe au 2e rang des décès par cancer chez l’homme et au 3e rang chez la femme. La mortalité du cancer colorectal diminue fortement depuis 1980 et la survie s’est fortement améliorée au cours du temps. Le dépistage du CCR permet d’identifier et de traiter ce cancer à un stade précoce de son développement. Il permet également de détecter des lésions précancéreuses et de les traiter avant qu’elles n’évoluent vers un cancer. L’objectif de ce dépistage est de diminuer l’incidence et la mortalité par CCR. En France, le programme de dépistage organisé du CCR, initié en 2002 dans 23 départements pilotes, a été généralisé en 2008-2009 à l’ensemble du terri- toire (à l’exception de Mayotte). Ce programme est fondé sur la recherche de sang occulte dans les selles, tous les 2 ans, chez les personnes âgées de 50 à 74 ans qui ne présentent pas de risque particulier en dehors de l’âge. Au cours de l’année 2015, le test de dépistage utilisé a changé, passant du test au gaïac au test immu- nologique, plus sensible et plus facile d’emploi. 


Cancer du sein

Le cancer du sein est le cancer le plus fréquent chez la femme en France (54 062 nouveaux cas en 2015) ainsi que la première cause de décès par cancer chez la femme (11 913 décès en 2015). Malgré les progrès thérapeutiques réalisés au cours des dernières années, une proportion importante de patientes va développer des métastases au cours de leur vie. En effet, si moins de 10% des cancers du sein sont des formes localement avancées ou métastatiques d'emblée, parmi les patientes diagnostiquées à un stade précoce, de 30 à 50% développeront des métastases au cours de leur maladie, avec une durée de survie médiane comprise entre 2 à 4 ans.


Cancers

Les cancers constituent un ensemble très hétérogène, tant du point de vue des facteurs de risque que de la prise en charge ou du pronostic. En France, ils représentaient la première cause de mortalité chez l’homme et la deuxième chez la femme en 2013. Les principaux facteurs de risque connus sont le tabac et l’alcool, responsables respectivement de 31 % et 10 % des décès par cancer.  En 2012, le nombre de nouveaux cas de cancer en France métropolitaine est estimé à 355 000 (200 000 chez l’homme et 155 000 chez la femme). Le cancer de la prostate reste le plus fréquent des cancers masculins (28 % des nouveaux cas) et le cancer du sein le plus fréquent des cancers féminins (31 %). Suivent les cancers du poumon (14 % des cancers masculins et 7 % des cancers féminins) et du côlon-rectum (12 % pour chaque sexe respectivement). Depuis 2003, ces pathologies font l’objet de plans nationaux de lutte. Le plan 2014-2019 prévoit d’appuyer les politiques publiques sur des données robustes et partagées, afin de répondre aux objectifs de surveillance épidémiologique.


Cancers cutanés

Il existe différents types de cancers cutanés (CC) parmi lesquels les carcinomes (basocellulaires et épidermoïdes, ou spinocellulaires) et les mélanomes. Ils sont tous fortement récidivants. Les mélanomes cutanés (MC) sont les plus graves en raison de leur plus grande aptitude à métastaser, engageant le pronostic vital du patient. Les cancer cutanés ont de multiples facteurs de risque liés à l’environnement, aux modes et conditions de vie ou constitutifs des individus (exposition aux ultraviolets, phototype, nombre élevé de grains de beauté, antécédents familiaux). Leur prise en charge ambulatoire et leur enregistrement complexe ne permettent pas de disposer en France de données nationales de surveillance de la localisation. Seuls les MC font l’objet d’une surveillance épidémiologique avec la production d’indicateurs nationaux ou départementaux.  L’incidence des MC augmente depuis ces 30 dernières années. Ils constituent l’un des trois premiers cancers incidents chez les jeunes adultes. Malgré les mesures de prévention primaire et secondaire mises en place, la population continue de s’exposer dangereusement au principal facteur de risque que sont les rayonnements ultraviolets. Sans une perception objective de la dangerosité des UV par la population et du caractère non bénéque du bronzage, la progression des CC ne peut que continuer à s’aggraver. 


Cancers pédiatriques

Pour la période 2007-2011, l’incidence annuelle des cancers de l’enfant est estimée à 152,8 cas par million d’enfants âgés de 0 à 14 ans, ce qui représente environ 1 750 nouveaux cas par an en moyenne.

En d’autres termes, un enfant sur 400 environ sera atteint d’un cancer avant l’âge de 15 ans. Les cancers de l’enfant diffèrent de ceux de l’adulte, avec une extrême rareté des carcinomes, majoritairement rencontrés chez l’adulte. Ils sont décrits selon une classification spécifique, fondée à la fois sur le type histologique et le site primaire Les principaux types de cancers observés chez l’enfant sont les leucémies (28 % des cas, dont 80 % de leucémies aiguës lymphoblastiques), les tumeurs du système nerveux central (SNC : 25 %) et les lymphomes (11 %). Un quart des tumeurs de l’enfant sont des tumeurs embryonnaires (néphroblastomes, neuroblastomes, rétinoblastomes...), quasiment inexistantes chez l’adulte.


Cancers pédiatriques

Le cancer de l’enfant est une maladie rare, qui frappe près d’un enfant sur 400 avant l’âge de 15 ans dans les pays industrialisés. La moitié de ces cancers apparaissent avant l’âge de 5 ans. Les types de cancers observés sont très spécifiques et différents de ceux rencontrés chez l’adulte. Leurs causes sont encore mal connues. Leur survenue très tôt dans la vie fait suspecter des facteurs génétiques ou des expositions à des facteurs environnementaux in utero ou dans les toutes premières années de vie, mais le rôle respectif de ces facteurs doit être précisé. Les cancers de l’enfant se distinguent également de ceux de l’adulte par leur rapidité évolutive et leur sensibilité thérapeutique élevée. Depuis les années 1970, les progrès thérapeutiques réguliers ont transformé leur pronostic avec une survie à 5 ans dépassant désormais les 80 %. Les personnes qui survivent à leur cancer sont néanmoins soumises à un risque élevé de séquelles et d’effets indésirables secondaires à leur cancer ou à son traitement. Il est donc primordial de disposer d’outils permettant un suivi épidémiologique de ces enfants devenus adultes. 


Cardiopathie ischémique

Les cardiopathies ischémiques (CPI) recouvrent un ensemble de troubles dus à l’insuffisance des apports d’oxygène au muscle cardiaque causée par le développement et les complications de l’athérosclérose au niveau d’une (ou plusieurs) artère(s) coronaire(s).

Cliniquement, ces lésions se traduisent par différents syndromes, de l’angor stable au syndrome coronaire aigu (SCA), dont l’infarctus du myocarde (IDM). Les principaux facteurs de risque sont l’âge, le sexe, le tabagisme, l’hypercholestérolémie, le diabète, l’obésité, l’hypertension, le stress et la sédentarité. En dépit de la diminution importante de la mortalité observée depuis les années 1980, ces pathologies restent une cause majeure de mortalité et de morbidité dans le monde. En France, elles représentent la deuxième cause de décès chez les hommes et les femmes. Un programme pilote (2008-2013), conduit par la Haute Autorité de santé (HAS) a visé à réduire la mortalité et les complications de l’IDM en améliorant sa prise en charge, notamment dans les premières étapes du parcours de soins. En 2013, le nombre de décès par CPI s’est élèvé à 33 923 dont une majorité d’hommes (19 716 décès, soit 58 %). Les infarctus représentent 45 % de ces décès et l’ensemble des SCA 51,4 %. Parmi ces décès, 13,2 % surviennent avant 65 ans (18,8 % chez les hommes contre seulement 5,5 % chez les femmes).


Causes de décès

En 2013, 567 078 décès domiciliés en France entière (hors Mayotte) ont été enregistrés. Avec res- pectivement 163 602 et 142 175 décès en 2013, les tumeurs et les maladies de l’appareil circulatoire constituent les causes de décès les plus fréquentes, tous sexes confondus. Elles totalisent 53,9 % de l’ensemble des décès (28,8 % pour les tumeurs, dont 27,6 % pour les tumeurs malignes, et 25,1 % pour les maladies de l’appareil circulatoire). À l’échelle de l’Union européenne, les tumeurs malignes et les maladies de l’appareil circulatoire représentent 25,8 % et 37,9 % des décès respectivement.

La France, le Danemark, les Pays-Bas et le Royaume-Uni sont ainsi les seuls pays européens où les tumeurs malignes causent davantage de décès que les maladies de l’appareil circulatoire. En France, les maladies de l’appareil circulatoire ont constitué la première cause de mortalité jusqu’en 2004. Elles restent aujourd’hui la première cause de mortalité chez les femmes (27,2 % des décès contre 24,6 % pour les tumeurs). Chez les hommes, les décès par maladie de l’appareil circulatoire représentent 23,0 % des décès contre 33,0 % pour les tumeurs. Parmi les décès par tumeur maligne, les tumeurs malignes du larynx, de la trachée, des bronches et du poumon représentent la première cause de mortalité chez les hommes (25,9 % des décès) et la seconde chez les femmes (12,6 % des décès), derrière le cancer du sein (18,2 %). Les maladies de l’appareil respiratoire et les morts violentes (accidents, suicides et autres causes externes de décès) comptabilisent respectivement 6,6 et 6,5 % de l’ensemble des décès. Les quatre causes de mortalité les plus fréquentes (tumeurs, maladies de l’appareil circulatoire, maladies de l’appareil respiratoire et morts violentes) totalisent les deux tiers (67,1 %) des décès.


Causes de décès

Sur les 567 000 décès observés en France métropolitaine en 2013, les cancers et les maladies cardio-vasculaires constituent les causes les plus fréquentes (respectivement 27,6 et 25,1 %), suivies par les maladies de l’appareil respiratoire (autres que les cancers), qui représentent un décès sur quinze, et les morts violentes (suicides, accidents...) qui représentent également un décès sur quinze.

Ces quatre groupes de maladies rassemblent près de deux tiers des décès. La répartition de la mortalité liée à ces groupes de pathologies évolue peu d’une année sur l’autre mais de manière relativement régulière. Les cancers sont progressivement devenus la première cause de mortalité depuis 2004, devant les maladies cardio-vasculaires, pour l’ensemble de la population. Les maladies cardio-vasculaires restent cependant la première cause de mortalité chez les femmes, devant les cancers, à l’inverse des hommes. Les taux standardisés sur l’âge de décès pour les maladies cardio- vasculaires en France sont parmi les plus bas de l’Union européenne, chez les hommes comme chez les femmes. 


Cétogène

L’alimentation cétogène (Low Carb High Fat ou LCHF en anglais) consiste à consommer très peu de glucides (sucres, fruits, pommes de terre, pâtes, riz…) et beaucoup de graisses. Elle fait de plus en plus d’adeptes malgré ses aspects contraignants.

Le régime alimentaire cétogène est mis au point dans les années 1910 par deux médecins français, Guillaume Guelpa et Auguste Marie pour, à l'origine, traiter le diabète. Au milieu des années 1920, il est essayé (avec succès) contre l’épilepsie chez l’enfant. Mais le régime est tombé dans l’oubli au lendemain de la seconde guerre avec le développement de médicaments contre cette maladie, avant de connaître un regain d’intérêt dans les années 1990. En plus de l’épilepsie, l’alimentation cétogène est utilisée pour inverser le diabète de type-2. Elle se révèle prometteuse dans Alzheimer, Parkinson et certains cancers.
Le régime cétogène n'est pas si simple à suivre et peut avoir des contre-indications. Ulrich et Nelly Genisson, les deux pionniers du cétogène en France, ont écrit
un livre pour dire ce qu’est cette alimentation et comment la mettre concrètement en pratique, avec 150 recettes à coloration internationale (toutes sans gluten). Ils y expliquent par quoi remplacer les glucides les plus couramment consommés : farines, sucre et miel, pommes de terre, pâtes…, ils donnent les ingrédients phares du régime cétogène, les aliments et boissons à privilégier, et livrent leurs conseils pour adapter sa quantité de glucides en fonction de son objectif 


CBP - Cholangite Biliaire Primitive

La Cholangite Biliaire Primitive est :

  • Une maladie inflammatoire auto-immune qui atteint le foie
  • Elle touche majoritairement les femmes (9 femmes pour 1 homme)
  • 650 nouveaux cas par an
  • Diagnostiquée entre 30 et 70 ans, pic à la cinquantaine
  • Découverte fortuitement lors d’un bilan biologique hépatique perturbé
     


    Pour en savoir plus...



    L’association albi :  
    Association pour la Lutte contre les maladies inflammatoires du foie et des voies BIliaires L’association ALBI est destinée aux patients de «maladies inflammatoires du foie et des voies biliaires. Ces maladies sont la CBP (cholangite biliaire primitive -anciennement cirrhose biliaire primitive), CSP (cholangite sclérosante primitive), HAI (hépatite auto-immune), syndrome LPAC et encore d’autres encore plus rares. Il s’agit de maladies rares et donc peu connues.

    L’ambition de l’association est d’aider les malades, de faire connaître ces maladies rares et de soutenir la recherche médicale.  En apportant de l’information sur les maladies via le site internet
    www.albi-france.org et diverses brochures, du soutien par téléphone ou par mail, un échange entre malades via son forum internet, Albi cherche à améliorer le vécu des malades.

    Ces maladies rares étant par définition peu connues, Albi travaille pour une prise de conscience des enjeux et problèmes liées aux maladies inflammatoires du foie et des voies biliaires auprès du public, du corps médical, des administrations françaises et internationales. Cela passe par la participation aux rencontres professionnelles, les rencontres avec les acteurs du domaine, les conférences.

    Albi a réalisé à plusieurs reprises de grandes études sur le vécu des malades, apportant au corps médical des informations sur leur quotidien, leur perception de la maladie, les soins suivis…

    Albi s’engage directement dans le financement de projets de recherche grâce à des dons provenant de ses adhérents et de divers organismes qu’elle a pu mobiliser.

    Depuis 2003, l’Association Albi travaille en étroite collaboration avec les Centres de Références et de Compétences mis en place par le Ministère de la Santé et participe à différentes instances comme à l’Alliance Maladies Rares et d’autres collectifs d’associations de patients.

    Contacts Albi – Association pour la lutte contre les maladies inflammatoires du foie et des voies biliaires

    Contact presse et institutions : Angela Leburgue, présidente : angela@albi-france.org ou 09 77 21 65 47

    Contact adhérents et informations malades : 06 85 56 40 21 ou info@albi-france.org

    Site internet et forum : www.albi-france.org - Adresse postale : 3 rue Louis le Vau   78000 Versailles

     

    Le Centre MIVB-H : centre de référence des Maladies inflammatoires des Voies Biliaires et des Hépatites Auto-Immunes. Le centre de référence des Maladies inflammatoires des voies biliaires et des hépatites auto-immunes fait partie des 131 centres de référence « Maladies rares » labellisés depuis 2004 dans le cadre du plan ministériel initié par Jacques Chirac. En 2016, il a reçu le label de centre de référence maladie rares européen (réseau Rare-Liver). En 2017, son domaine d’expertise s’est officiellement étendu à la prise en charge des hépatites auto-immunes.

    Constitué d’un centre de référence coordonnateur (hôpital Saint-Antoine, Paris), de 3 centres de référence constitutifs (hôpital Claude Huriez, Lille ; hôpital Michallon, Grenoble; hôpital Paul Brousse, Villejuif) et de 31 centres de compétences (CHU) répartis dans les différentes régions françaises, le réseau MIVBH a notamment pour mission d’animer un réseau national de prise en charge et de surveillance des patients atteints de cholangite biliaire primitive (CBP), de cholangite sclérosante primitive (CSP), d’hépatite auto-immune (HAI) et de lithiase biliaire d’origine génétique (syndrome LPAC).

    Il poursuit ainsi différents objectifs : améliorer la prise en charge des patients, homogénéiser les pratiques médicales, faciliter l’accès à l’information dédiée aux patients et aux professionnels de santé non spécialisés, et promouvoir la recherche clinique, épidémiologique et fondamentale.

     

     

    FILFOIE : Filière de santé maladies rares du foie de l’adulte et de l’enfant. Réunissant l’ensemble des acteurs concernés par la prise en charge des maladies rares du foie de l’adulte et de l’enfant (centres hospitaliers experts, laboratoires de diagnostic et de recherche, associations de patients, sociétés savantes…), Filfoie est une structure labellisée par le ministère des Affaires sociales et de la Santé ayant pour mission de coordonner les actions de tous ces acteurs.

    Destinée à améliorer la prise en charge médicale des patients, renforcer les activités de recherche, promouvoir l’enseignement et diffuser l’information relative à ces maladies, Filfoie rassemble 3 centres de référence coordonnateurs(Hôpital Bicêtre, Kremlin-Bicêtre, pour l’atrésie des voies biliaires et cholestases génétiques; Hôpital Beaujon, Clichy, pour les maladies vasculaires du foie ; Hôpital Saint-Antoine, Paris, pour maladies inflammatoires des voies biliaires et hépatites auto-immunes), 6 centres de référence constitutifs, 40 centres de compétences, 4 laboratoires de diagnostic moléculaire, 5 laboratoires de recherche, 3 sociétés savantes, et 4 associations de patients autour d’un double objectif :

    – faciliter l’orientation des patients et des professionnels de santé dans un parcours de soins pluridisciplinaire et diminuer ainsi l’errance diagnostique et thérapeutique ;

    – et promouvoir les échanges, instaurer des synergies et créer un continuum d’actions entre les acteurs sanitaires, médicosociaux, de recherche et associatifs.

    Pour plus d’informations : http://www.filfoie.com/

     

    Intercept est une société biopharmaceutique spécialisée dans le développement et la commercialisation de traitements innovants des maladies hépatiques évolutives non virales, comme la cholangite biliaire primitive (CBP), la stéato-hépatite non alcoolique (NASH), la cholangite sclérosante primitive (CSP) et l’atrésie biliaire. Fondée en 2002 à New York, Intercept est aujourd’hui implantée aux États-Unis, en Europe et au Canada. Le siège international d’Intercept est situé à Londres. Pour de plus amples informations sur Intercept, rendez-vous sur le site www.interceptpharma.com.


Cellules CAR T

Les cellules CAR T sont des lymphocytesT modifiés génétiquement pour reconnaître certaines cellules impliquées dans le processus cancéreux et les tuer. Le schéma de production de ces cellules diffère grandement de celui d’un médicament traditionnel : il s’agit d’un processus personnalisé. La thérapie CAR T consiste à prélever chez le patient des globules blancs, les lymphocytes T, afin de les cultiver in vitro puis de les modifier génétiquement de manière à leur faire exprimer un récepteur artificiel (le « CAR » : chimeric antigen receptor), qui reconnaît spécifiquement les cellules à combattre. Ces cellules CAR T, ainsi réorientées, sont par la suite réinjectées au patient après un délai de plusieurs semaines. Les CAR T constituent en cela une innovation majeure et une technologie de rupture répondant à un fort besoin médical chez des patients en impasse thérapeutique. (Source Celgene).


Chikungunya

Le chikungunya est une maladie infectieuse provoquée par un virus transmis à l’homme par des moustiques du genre Aedes. D’origine africaine, le nom de la maladie signifie "celui qui marche courbé" : en effet, l’infection entraine non seulement une forte fièvre, mais aussi des douleurs articulaires et musculaires qui nécessitent le plus souvent d’interrompre ses activités pendant quelques jours. L’évolution est généralement favorable, mais des douleurs chroniques peuvent persister plusieurs mois. Le virus responsable est un arbovirus transmis à l’homme par les moustiques du genre Aedes : A. aegypti, A. albopictus (moustique tigre), A. luteocephalus, A. furcifer, A. taylori. Ces moustiques sont également les vecteurs des virus de la dengue et de la fièvre jaune. 

Les régions concernées par la maladie ne cessent de s’étendre du fait de la diffusion des moustiques vecteurs, une diffusion favorisée par l’importance des échanges internationaux et par les capacités d’adaptation de ces moustiques : l’espèce est extrêmement tenace et développe des résistances aux insecticides chimiques. Logés dans une coque imperméable, les œufs résistent à la sécheresse et aux basses températures. Le virus du chikungunya déclenche des flambées épidémiques régulières, principalement en milieu rural. Originaire d’Afrique de l’Est, il s’est d’abord étendu à l’Océan Indien, l’Inde et l’Asie. En 2005-2006 une épidémie majeure a sévi dans l’Océan Indien sur les îles de la Réunion (38,2% de la population infectée), Maurice, Seychelles ou encore Mayotte, touchant plus de 300 000 personnes. En 2007, une autre grosse épidémie a eu lieu en Inde et un cas importé a provoqué une flambée en Italie, dans la région de Ravenne, avec deux cent personnes infectées en raison de la présence du moustique Aedes albopictus. (Source Inserm)


Chiropraxie

La chiropraxie est une thérapie manuelle reconnue par l’Organisation mondiale de la santé, plus haute instance de santé publique. Avec plus de 100 000 chiropracteurs dans le monde, la chiropraxie est une profession de la santé manuelle très répandue à l'échelle internationale. En France, la chiropraxie est reconnue depuis 2002 par le Code de la santé publique. Les 700 chiropracteurs français sont à ce jour les seuls professionnels non-médecins autorisés à pratiquer des manipulations vertébrales et cervicales, sans avis médical.
Historiquement, le terme « chiropraxie » est celui utilisé en droit français et par les instances médicales. Il a donc naturellement été choisi pour la rédaction des décrets professionnels. Toutefois, on parle couramment de « chiropratique », mettant l’accent sur cette notion technique de manipulation. Il en est de même pour l’appellation « chiropracteur », choisie pour la conception des textes de loi en France. Le grand public connaît d’ailleurs davantage ce professionnel de santé sous le nom de chiropracteur, tandis que celui de « chiropraticien » est privilégié dans d’autres pays francophones tels que le Canada, la Suisse… En réalité le vocabulaire existant est bien plus étendu encore puisque l’on retrouve aussi des dénominations anglophones et leurs déclinaisons: chiropractic, chiropractique, chiropractie, chiropraxie ou chiropratique chiropracteur, chiropractor ou chiropraticien.
Site de l'AFC, Association Française de Chiropraxie

 

 


Crips Île-de-France (Centre régional d'information et de prévention du sida et pour la santé des jeunes)

Le Crips Île-de-France, organisme associé à la Région Île-de-France créé en 1988, est un acteur reconnu de la prévention et de la promotion de la santé sur le territoire francilien.

 

Il intervient dans deux domaines, la santé des jeunes et la lutte contre le VIH/sida. Pour la santé des jeunes, le Crips développe des programmes de promotion de la santé et du bienêtre dans les champs de la vie affective et sexuelle, de la prévention des consommations abusives ou à risques (drogues, alcool, jeux-vidéos), de l’hygiène de vie (alimentation, activité physique, sommeil) et de la promotion de la santé mentale. Dans la lutte contre le VIH/sida, le Crips met en oeuvre l’action régionale en matière d’information, de prévention, de promotion du dépistage et de lutte contre la sérophobie.

 

Pour le 1er décembre, le Crips Ile-de-France recense également toutes les actions qui auront lieu dans la Région. Plus d'informations ici


Crohn

La maladie de Crohn est une maladie inflammatoire pouvant atteindre n’importe quel segment du tube digestif depuis la bouche jusqu’à l’anus. C’est une maladie chronique comportant des phases d’activité (ou « poussées ») d’intensité variable alternant avec des phases de rémission plus ou moins complète et prolongée. Elle a été décrite pour la première fois en 1932 par un médecin américain : Burril B Crohn. La maladie peut intéresser simultanément ou successivement un ou plusieurs segments du tube digestif. Cependant elle siège le plus souvent :
sur le gros intestin ou côlon (il s’agit alors d’une colite : le suffixe -ite désignant une inflammation),
sur la partie terminale de l’intestin grêle ou iléon (iléite), ou sur les 2 segments (iléo-colite)

 

QUELLES SONT LES DIFFÉRENCES AVEC LA RECTOCOLITE HÉMORRAGIQUE ?

La rectocolite hémorragique est également une maladie in ammatoire intestinale évoluant par poussées alternant avec des phases de rémission. Les signes cliniques peuvent être proches de ceux de la maladie de Crohn et il est parfois difficile, lors des premières manifestations cliniques, de savoir à laquelle des deux maladies on est confronté.

Il existe cependant une dfférence essentielle : la rectocolite hémorragique reste toujours localisée sur le rectum et le côlon.

 

LA MALADIE DE CROHN EST- ELLE FRÉQUENTE ?

Sa fréquence varie considérablement d’un pays à l’autre, le taux maximal se trouvant en Europe du Nord-Ouest et aux Etats-Unis. En France, la fréquence de la maladie de Crohn est variable selon les régions. Le nombre de nouveaux cas chaque année est compris entre 4 et 5 pour 100 000 habitants.

Actuellement on dénombre 150 000 personnes atteintes de la maladie de Crohn en France.

La maladie de Crohn a ecte également les 2 sexes, sans doute un peu plus souvent la femme. 

Elle est souvent découverte entre 15 et 30 ans mais peut se révéler à tout âge.

 

QUELLE EST LA CAUSE DE LA MALADIE DE CROHN ?

Elle est encore inconnue, toutefois les recherches permettent de mieux concevoir les mécanismes en cause dans cette a ection :

La maladie de Crohn n’est pas une maladie « héréditaire » au sens propre du terme, mais il existe un facteur génétique de prédisposition à la maladie, le gène NOD2 ou CARD16 sur le chromosome 16 du génome humain. De nombreux autres gènes sont impliqués dans la maladie, et la fréquence des mutations observées n’est pas la même d’un pays à l‘autre. Le risque qu’un enfant né d’un père ou d’une mère ayant une MICI ait un jour la maladie n’est que de 1 % environ.

Il existe d’autre part des anomalies du système immunitaire intestinal liées à un déséquilibre de la flore intestinale (dysbiose). Cette flore microbienne qu’on nomme aujourd’hui le microbiote est moins diversi ée et l’appauvrissement de certaines souches bactériennes est une des caractéristiques de la maladie de Crohn. Même si des progrès considérables ont été obtenus, dans la compréhension de l’origine de cette maladie, on ne sait pas encore très bien quel(s) facteur(s) déclenche(nt) cette réaction immunitaire anormale et ce qui modifie son évolution dans le temps. 

Le rôle d’un facteur alimentaire n’a jamais été confirmé. Il n’est donc pas nécessaire, dans la majorité des cas, de suivre un régime restrictif.

De même, le rôle d’un agent infectieux, viral ou bactérien, spéci que de la maladie de Crohn a été souvent évoqué mais n’a jamais été prouvé. On sait par contre qu’il ne s’agit pas d’une maladie contagieuse.

Il ne s’agit pas non plus d’une maladie « psychosomatique » même si des facteurs psychologiques peuvent moduler l’évolution d’une MICI, comme celle de beaucoup d’autres affections chroniques.

Parmi les facteurs environnementaux le rôle nocif du tabac est clairement établi pour la maladie de Crohn.

 

COMMENT SE MANIFESTE LA MALADIE LORS D’UNE « POUSSÉE » ?

La nature des manifestations cliniques de la maladie de Crohn dépend de sa localisation sur les di érents segments du tube digestif (intestin grêle, côlon, rectum, anus...). Les principales manifestations sont intestinales : douleurs abdominales, diarrhées avec ou sans émissions sanglantes, atteinte de la région anale (fissure*, fistule*, abcès*). Une altération de l’état général accompagne souvent les poussées : fatigue (asthénie), manque d’appétit (anorexie), amaigrissement, fièvre. Parfois certaines poussées s’accompagnent de manifestations extra-intestinales : articulaires (arthrites), cutanées ou oculaires.

 

COMMENT LE DIAGNOSTIC DE LA MALADIE DE CROHN EST- IL ÉTABLI ?

Le diagnostic de maladie de Crohn repose sur un faisceau d’arguments cliniques et paracliniques (examens complémentaires). En e et, pris isolément, aucun des examens expliqués ci-dessous ne permet de porter le diagnostic. Il n’existe aucun test permettant d’afirmer à lui seul le diagnostic.

Votre médecin vous demandera de pratiquer des examens complémentaires : une prise de sang à la recherche de signes d’in flammation, d’anémie ou de certains anticorps (ASCA). On utilise actuellement un dosage dans les selles : la calprotectine fécale qui permet de mesurer indirectement l’état inflammatoire de la muqueuse intestinale.

Des examens radiographiques et/ou endoscopiques seront réalisés pour préciser l’aspect et l’étendue des lésions. L’échographie dite « haute fréquence » est très utile pour visualiser l’épaisseur de la paroi intestinale.

L’intestin grêle est examiné par scanner (ou tomodensitométrie) et plus précisément par un entéroscanner qui est un scanner réalisé après remplissage du grêle avec un liquide opaque ou avec de l’eau. Pour éviter l’irradiation répétée du scanner on utilise de plus en plus (sauf dans le cadre de l’urgence) l’IRM. L’IRM est un peu moins disponible et un peu plus coûteuse que le scanner mais elle donne des informations à peu près comparables. Pour bien voir l’intestin on demandera une entéro IRM.

La coloscopie permet d’examiner directement la muqueuse du côlon et de la partie terminale de l’intestin grêle, et de faire des prélèvements (biopsies) qui seront étudiés au microscope. Après préparation convenable, pour vider le côlon des selles, elle est réalisée à l’aide d’un appareil souple introduit par voie anale.

L’examen complet du grêle pourra être réalisé par une mini-caméra de la taille d’une gélule, dite vidéo capsule, qu’on avale par la bouche et qui stocke des images tout au long de son transit dans l’intestin.

La principale contre-indication de la vidéo capsule est l’existence d’un rétrécissement (ou sténose*) dans lequel pourrait se bloquer la capsule. Par prudence on peut faire avaler au préalable une fausse capsule de la même taille que la vraie, mais qui se délite automatiquement en 48h lorsqu’elle se bloque dans l’intestin.

DANS CERTAINS CAS, MALGRÉ LA PRATIQUE D’EXAMENS COMPLÉMENTAIRES, LE DIAGNOSTIC NE PEUT ÊTRE POSÉ LORS DE LA PREMIÈRE POUSSÉE. C’EST L’ÉVOLUTION QUI PERMET ALORS DE TRANCHER.

Des e orts très importants ont été réalisés pour harmoniser la façon de décrire la sévérité de la maladie. Des scores chiffrés (CDEIS) ont été établis pour mesurer les lésions constatées à l’endoscopie. Un score plus général intégrant les données endoscopiques et radiologiques d’atteinte intestinale a été publié (Score de Lemann).

 

EXISTE-T-IL DES COMPLICATIONS LIÉES À LA MALADIE ?

Des complications peuvent survenir au cours de la maladie : une poussée grave par son intensité imposant l’hospitalisation, l’arrêt de l’alimentation et un traitement par perfusions pendant quelques jours ; un rétrécissement (sténose) d’un segment intestinal pouvant aboutir à une occlusion* ; un abcès parfois source de stule (trajet anormal partant de l’intestin malade et s’ouvrant dans un autre organe ou à la peau) ; très rarement une perforation intestinale. 

 

LES POUSSÉES SONT-ELLES FRÉQUENTES ?

Il est impossible de prédire la fréquence des poussées. Ce n’est qu’au l du temps que l’on peut distinguer les patients dont les poussées sont espacées de ceux qui ont des poussées plus rapprochées. Dans une étude au long cours d’une population scandinave, il a été ainsi décrit plusieurs pro ls évolutifs ; le plus fréquent (45% des cas) étant une poussée inaugurale relativement virulente suivie, au cours des mois et des années suivantes, de plusieurs poussées moins sévères. Une des ambitions des traitements modernes des MICI est justement de modi er leur histoire naturelle en contrôlant l’in ammation même en dehors des poussées. D’où l’importance de bien poursuivre son traitement même lorsque les symptômes ont disparu.

 

QUELS SONT LES MÉDICAMENTS COURAMMENT UTILISÉS DANS LA MALADIE DE CROHN ?

L’origine de la maladie de Crohn demeurant inconnue, le traitement médical a pour objectif de contrôler les symptômes pour mettre n à la poussée et de maintenir la rémission pour obtenir la cicatrisation de la muqueuse intestinale et de toute forme d’in ammation.

Les principaux médicaments utilisés sont les corticoïdes et les immunosuppresseurs. En e et, les salicylés tels que le 5ASA (Pentasa®, Rowasa®, Fivasa®) sont considérés aujourd’hui comme des médicaments beaucoup moins e caces dans la maladie de Crohn que dans la RCH. Ils sont encore prescrits dans les formes légères et pour la prévention du cancer du côlon.

Les corticoïdes classiques (Cortancyl®, Solupred®) peuvent parfois être remplacés par un corticoïde d’action locale (le Budésonide) libéré au niveau de la partie terminale du grêle (iléon) et du côlon droit (Entocort® ou Mikicort®). Ces corticoïdes entrainent moins d’e ets indésirables que les corticoïdes classiques et peuvent être utilisés dans les poussées légères à modérées de la maladie surtout dans l’intestin grêle ou le début du côlon.

Le traitement par les corticoïdes classiques doit être réservé aux formes plus sévères et/ou plus étendues. Il permet d’obtenir une rémission en 3 à 4 semaines dans plus de 90 % des cas. Il ne nécessite en général pas de régime sans sel sévère. Il peut s’accompagner d’e ets secondaires s’il est prescrit plus de 3 mois (gon ements du visage, prise de poids, hypertension artérielle, élévation de la glycémie). Ces effets sont très variables d’un patient à l’autre et sont généralement réversibles à l’arrêt du traitement. Les corticoïdes peuvent aussi favoriser une décalcification. Il est donc recommandé de pas utiliser la cortisone à forte dose (pas plus de 0,8mg kg) et surtout de ne pas prolonger le traitement au-delà de quelques semaines en diminuant par paliers toutes les semaines. Sous corticoïdes, il faut prendre régulièrement du calcium et de la vitamine D pour diminuer le risque d’ostéoporose*.

Des traitements anti-infectieux (Flagyl®, Ci ox®) sont également utilisés en particulier lorsqu’il existe une infection (abcès) dans l’abdomen ou au niveau de l’anus.

Quand s’installe une corticodépendance, c’est-à-dire l’impossibilité de réduire les corticoïdes au-dessous d’une certaine dose « seuil » (aux alentours de 20mg/j) sans que réapparaissent les symptômes, on doit avoir recours à un immunosuprresseur soit par voie orale (Imurel®, Purinéthol®), soit par voie sous- cutanée (Méthotréxate® Metoject®). Ces médicaments imposent une surveillance clinique et biologique régulière.

Les traitements dits « biologiques » sont utilisés en cas d’échec ou d’intolérance des immunosuppresseurs de première ligne et/ou en cas de corticodépendance. Il cherche, pour les principaux d’entre eux, à bloquer une molécule le TNF alpha, premier facteur produit par l’organisme au cours d’une inflammation.

Les anti-TNF sont des anticorps dirigés contre le TNF alpha :

le Rémicade®/In ectra®, Remsima® est administré par perfusion à l’hôpital tous les 2 mois,

l’Humira® est utilisé en auto-injection sous cutanée à domicile tous les 15 jours.

L’association d’un anti TNF avec un immunosuppresseur classique (Imurel® ou Methotrexate®) est souvent recommandée au moins pendant les 6 premiers mois de traitement pour améliorer l‘e cacité et la durée de la réponse thérapeutique. On parle alors de bithérapie ou combothérapie.

De nouvelles molécules di érentes des anti-TNF alpha sont proposées lorsque les anti TNF ne sont plus efficaces :
- l’Entyvio® est administré en perfusion,

- le Stelara® est administré par perfusion à l’hopital, puis par auto-injection sous-cutanée à domicile.

 

UNE INTERVENTION CHIRURGICALE EST-ELLE PARFOIS NÉCESSAIRE ?

La chirurgie est nécessaire quand le traitement médical n’est pase fficace ou quand survient une complication. L’intervention consiste en une ablation (résection) du segment d’intestin malade, suivie d’une suture des 2 portions d’intestin (anastomose). La chirurgie permet souvent d’obtenir des rémissions prolongées mais, comme le traitement médical, elle ne guérit pas dé nitivement la maladie. Des récidives sont possibles en particulier chez les patients qui n’ont pas été sevrés de tabac et ceux qui n’ont pas suivi correctement un traitement médical post-opératoire. 

Téléchargez la fiche complète éditée la l'AFA

 

Source AFA

 

 


CSMF

Créée en 1928, la Confédération des Syndicats Médicaux Français est le premier syndicat de médecins français. Elle regroupe des syndicats de médecins libéraux généralistes et spécialistes et deux structures nationales, Les Généralistes-CSMF (médecins généralistes) et l’UMESPE-CSMF (médecins spécialistes). Elle fédère également 101 syndicats présents dans chaque département de métropole et d’outre-mer, les médecins à exercice particulier (MEP) et les médecins hospitaliers exerçant en libéral.
Elle défend et représente ses membres dans les différentes négociations, tables rondes auprès des institutions publiques notamment. Elle contribue tout au long de leur pratique à la formation permanente et les accompagne tout au long de leur parcours.
Dans ses valeurs, la CSMF revendique l’indépendance et la probité de la médecine, défend un contrat avec la société et l’esprit conventionnel. Elle soutient une médecine « libérale et sociale », véritable acteur économique, d’innovation et de progrès. Elle assure la défense syndicale individuelle et collective de tous les médecins libéraux. Elle est présidée par le Dr Jean-Paul Ortiz, médecin néphrologue, depuis mars 2014.


Cytologie

La cytologie est l'étude des cellules isolées ; qu'elles soient normales ou pathologiques (cytopathologie), ainsi que de leurs aspect morphologique ou biochimique. Lorsque ce prélèvement cellulaire est réalisé au niveau du col utérin,  à partir d’un étalement sur lame ou en milieu liquide, il est examiné par un médecin anatomopathologiste afin de dépister précocement toute anomalie cellulaire pouvant évoquer la présence d'une lésion précancereuse ou d'un cancer du col utérin.


D



Dégénérescence fronto-temporale

Les dégénérescences fronto-temporales (encore appelées démences fronto-temporales) sont des maladies cognitives et comportementales apparentées à la maladie d'Alzheimer bien qu'elles soient beaucoup plus rares. Environ 6 à 10 000 patients sont atteints par cette pathologie en France. Elles sont dues à un dysfonctionnement de certaines régions du cerveau, les régions frontales et temporales. Ces régions sont impliquées dans des fonctions aussi diverses que le comportement, en particulier le comportement social, la prise d'initiative, le contrôle des émotions, le langage etc… Le dysfonctionnement est lié à l'accumulation anormale de certaines protéines (TDP-43, Tau ou FUS) dans ces régions.
Les premiers symptômes apparaissent en général entre 50 et 65 ans. La maladie se manifeste par des troubles du comportement, comme une apathie progressive, une perte d'intérêt, un repli social ou encore une désinhibition. On observe également des troubles du contrôle des émotions, des conduites alimentaires –les patients mangent de façon gloutonne et précipitée- et des troubles du langage. On distingue plusieurs formes cliniques de la maladie selon qu'elle débute par des troubles comportementaux ou par des troubles du langage.

 La DFT est d'abord suspectée grâce au témoignage des proches qui rapportent des modifications récentes du comportement d'un patient, un changement de sa personnalité ou des difficultés de langage. Des examens complémentaires permettent alors de confirmer le diagnostic de DFT. Tout d'abord les tests neuropsychologiques, qui permettent d'évaluer les capacités de raisonnement, de jugement, d'attention ou encore la mémoire des patients. Des examens d'imagerie cérébrale, tels que l'IRM ou le TEP, mettent en évidence une atteinte ou un dysfonctionnement des régions frontales et temporales. Des examens biologiques, une ponction lombaire ou un électroencéphalogramme permettent d'exclure d'autres pathologies qui pourraient présenter des symptômes communs. Enfin, les formes génétiques ne sont pas fréquentes, 30 % des cas environ, mais une consultation et une analyse génétique peuvent être proposées si l'histoire familiale le justifie. Trois gènes sont plus fréquemment impliqués et analysés (C9Orf72, PGRN, MAPT). (Source Institut du cerveau et de moêlle épinière) 


Dépenses de santé

En soixante-cinq ans, la part de la consommation de soins et de biens médicaux (CSBM) dans la richesse nationale a été multipliée par 3,5, passant de 2,5 % du PIB en 1950 à 8,9 % en 2015. La croissance de la CSBM a été particulièrement forte jusqu’au début des années 1980, période marquée par le développement conjoint de la Sécurité sociale, de la demande et de l’offre de soins. Sur les trente-cinq dernières années, le rythme de croissance de la CSBM s’est nettement réduit, à la suite d’un renforcement graduel de la régulation des dépenses.

La part de la Sécurité sociale dans le financement des dépenses de santé a crû fortement jusqu’à atteindre un pic en 1980. Symétriquement, la participation financière des ménages et celle des administrations centrales et locales ont diminué jusqu’au début des années 1980, tandis que le développement des organismes complémentaires s’est amorcé dès les années 1970. La part de la CSBM financée par la Sécurité sociale, proche de 77 % en 2015, est globalement stable depuis 1990. Entre 1990 et 2015, les organismes complémentaires (mutuelles, sociétés d’assurances et institutions de prévoyance) ont vu leur prise en charge s’accroître, notamment sur les biens médicaux et les soins de ville. (Source Drees)


Dépistage des cancers

Le dépistage est un programme de santé publique proposé au nom des pouvoirs publics par les professionnels de santé à une population définie.

Son objectif est de réduire la mortalité, voire la fréquence, de certains cancers dans la population visée. Cette rélation est fondée sur l'éthique collective et non sur l'éthique individuelle, contrairement à la relation habituelle entre le médecin et le malade. Dans le cadre d'un programme de santé publique, les bénéfices collectif de l'opération doivent être certains et suffisemment important et les risques de nocivité très faibles. Les bénéfices individuels sont non indentifiables et un cancer dépisté ne veut pas dire une vie sauvée. A l'inverse les efftets indésirables le sont.

Pour participer, il faut donc accepter l'idée que la démarche de dépistage, même si elle être source de bénéfices pour la population, comporte des risques pour chacun. Ceci entraine une difficulté dans la délivrance d'infoirmations qui doivent inciter au dépistage tout en respectant le droit à ne pas participer. Parler de dépistage en l'assimilant à une prescription individuelle est un non sens qui contribue à la controverse.


Dengue

La dengue est la pathologie virale transmise par les arthropodes (Aedes aegypti ou dans une moindre mesure Aedes albopictus) la plus répandue au monde. Chaque année, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), 50 à 100 millions de personnes sont infectées et présentent des signes cliniques, alors qu’un total de près de 400 millions d’individus seraient infectés sans que le diagnostic soit posé. Aux États-Unis, le CDC signale que le nombre de cas de dengues diagnostiqués chez des personnes revenant des Caraïbes, d’Amérique du Sud ou d’Asie a augmenté nettement en 20 ans faisant de cette affection l’une des principales causes de pathologies fébriles aiguës chez les voyageurs. La dengue est transmise par des vecteurs moustiques de la famille des Aedes que l’on retrouve dans la plupart des régions tropicales ou subtropicales du globe.

On distingue 4 sérotypes, étroitement apparentés, du virus responsable de la dengue (DEN-1, DEN-2, DEN-3 et DEN-4). La guérison entraîne une immunité à vie contre le sérotype à l’origine de l’infection. En revanche, l’immunité croisée avec les autres sérotypes après guérison n’est que partielle et temporaire. Des infections ultérieures par d’autres sérotypes accroissent le risque de développer une dengue sévère ou hémorragique. La dengue est habituellement une pathologie fébrile limitée généralement à un seul individu, l’entourage n’est que rarement concerné de façon simultanée. Sa mortalité s’établit à moins de 1 % des personnes affectées.

La personne infectée qui présente ou non des symptômes, est le principal porteur du virus. Elle est à l’origine de sa prolifération puisqu’elle peut être source de contamination pour les moustiques qui ne sont pas encore infectés. Les sujets infectés par le virus de la dengue peuvent transmettre l’infection (pendant 4 à 5 jours et au maximum 12 jours) par l’intermédiaire des moustiques du genre Aedes après l’apparition des premiers symptômes.La dengue sévère ou hémorragique, lorsqu’elle est traitée, s’accompagne d’une mortalité de 2 à 5 %. Mais en l’absence de traitement, ce taux peut aller jusqu'à 50%. (Source Medscape France)

 


Densité médicale

En France,  en 2016, 98 % de la population accèdent à un médecin généraliste en moins de 10 minutes. Moins de 0,1 % de la population, soit 52 000 personnes environ, doit parcourir un trajet de 20 minutes ou plus en voiture pour consulter un généraliste. La distribution des temps d’accès au médecin généraliste est similaire à celle observée pour les principaux services de la vie courante. Les disparités d’accessibilité qui existent malgré tout correspondent davantage à des différences entre types de communes (celles-ci expliquent 26 % de la variabilité de l’APL aux médecins généralistes) qu’à des différences entre régions (12 % seulement). Les inégalités territoriales en matière d’accès aux soins de premier recours sont souvent approchées par des indicateurs de densité, calculés au niveau régional ou départemental. Si de tels indicateurs renseignent sur la dotation globale d’une entité par rapport aux autres entités de même niveau, ils ne permettent pas de tirer des enseignements précis sur l’accès aux soins des populations concernées. En effet, une densité départementale repose sur l’hypothèse implicite selon laquelle tous les professionnels du département seraient également accessibles à l’ensemble de la population départementale ; autrement dit, le département est réduit à un point unique et les inégalités en son sein sont masquées. Or, les disparités sont essentiellement infra-régionales et infra-départementales. L’indicateur d’accessibilité potentielle localisée (APL) permet d’observer des disparités à un niveau local. Il tient compte en outre de l’activité de chaque médecin, de l’âge de la population et des temps d’accès entre commune de résidence du patient et commune d’exercice du médecin. Il se lit comme une « densité » médicale par habitant à caractéristiques standar- disées, au niveau communal. Ainsi, pour deux communes proposant la même offre de soins en médecine générale mais ayant des populations respectivement « jeune » et « âgée », l’APL de la commune la plus jeune sera supérieure car les besoins de cette population sont moindres que ceux d’une population âgée. En prenant en compte le seuil de 2,5 consultations par habitant et par an, 8,6 % de la population (près de 5,7 millions de personnes) résident en 2016 dans une commune sous-dense en médecins géné- ralistes. Au total, 9 142 communes sont en situation de sous-densité. Ces dernières sont inégalement réparties sur le territoire : les régions les plus touchées sont les Antilles-Guyane, la Corse, le Centre- Val-de-Loire, l’Auvergne-Rhône-Alpes, la Bourgogne-Franche-Comté et l’Ile-de- France. (Source Drees mai 2018)


Depression

On estime que près d’une personne sur cinq a souffert ou souffrira d’une dépression au cours de sa vie. Les données de l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé indiquent qu’en 2010, 7,5 % des 15-85 ans avaient vécu un épisode dépressif caractérisé au cours des 12 derniers mois, avec une prévalence deux fois plus importante chez les femmes que chez les hommes. Les chiffres varient par tranche d’âge :  6,4 % chez les 15-19 ans, 10,1 % chez les 20-34 ans, 9 % chez les 35-54 ans et 4,4 % entre 55 et 85 ans. Chez les hommes, la prévalence est maximale entre 45 et 54 ans (10,3 %). La dépression ne concerne pas que les adultes. La prévalence des troubles dépressifs est estimée à entre 2,1 à 3,4 % chez l’enfant et à 14 % chez l’adolescent. Chez ces jeunes patients, le diagnostic est plus difficile à réaliser que chez l’adulte : les manifestations de la dépression varient en effet en fonction du stade de développement, qui modifie les capacités d’introspection et de communication.

Le diagnostic de la dépression répond à des critères très précis fixés par l’Organisation mondiale de la santé (CIM-10, en anglais) et l’Association américaine de psychiatrie (DSM-5, en anglais). Il existe neuf symptômes caractéristiques de la dépression. Pour que le diagnostic de dépression puisse être posé, le patient dépressif doit en présenter au moins cinq, presque tous les jours depuis au moins deux semaines, dont obligatoirement l’un des deux premiers de la liste :

  • une tristesse quasi-permanente, avec parfois des pleurs (humeur dépressive) 
  • une perte d’intérêt et du plaisir à l'égard des activités quotidiennes, même celles habituellement plaisantes (anhédonie)
  • un sentiment de dévalorisation et de culpabilité excessif ou inapproprié
  • des idées de mort ou de suicide récurrentes, le sentiment que la vie ne vaut pas la peine d’être vécue
  • un ralentissement psychomoteur
  • une fatigue (asthénie), souvent dès le matin
  • une perte d’appétit, souvent associée à une perte de poids
  • des troubles du sommeil avec en particulier des insomnies matinales
  • des difficultés attentionnelles, de concentration et de mémorisation

Pour les patients qui présentent entre 5 et 7 symptômes, la dépression est considérée comme légère à modérée. Au-delà de 8, elle est dite sévère. Des échelles d’autoévaluation (évaluation par le patient lui-même) ou d’hétéro-évaluation (par le médecin) permettent d’évaluer plus précisément la sévérité de ces symptômes, comme l’échelle de dépression de Hamilton (HDRS) ou encore l’échelle de dépression de Montgomery et Asberg (MADRS). (Source Inserm)


Dermatite atopique

La dermatite atopique est une maladie inflammatoire chronique accompagnée de symptômes qui se manifestent souvent sous la forme d'éruptions cutanées. Cette forme d'eczéma modérée ou sévère se caractérise par des éruptions cutanées sur presque tout le corps et peut s'accompagner de démangeaisons intenses et persistantes, d'une peau sèche, craquelée, rouge et couverte de croûtes qui finissent par suinter. Les démangeaisons sont parmi les symptômes les plus pénibles pour les patients et peuvent être particulièrement invalidantes. La dermatite atopique modérée à sévère est également à l'origine de troubles importants du sommeil, ainsi que de symptômes accrus d'anxiété et de dépression. 

 


DHUNE

DHUNE est un programme de recherche ambitieux sur les maladies neurodégénératives (Alzheimer, Parkinson, Sclérose Latérale Amyotrophique (SLA) dite Charcot, Sclérose en Plaques, Huntington) avec une approche pluridisciplinaire inédite, porteur de beaucoup d’espoirs pour les malades et leur entourage. Abordant la maladie différemment, établissant des passerelles entre la recherche clinique et pré clinique, impliquant à la fois les différents pôles hospitaliers (gérontologie, neurologie, psychiatrie, imagerie, biologie) et les équipes de recherche académique (plus de 100 chercheurs), les patients, les industriels du secteur, et l'éducation, DHUNE a pour objectif d’aboutir à des découvertes sur la motricité, la cognition, la vie quotidienne des patients atteints de maladies neurodégénératives et d’obtenir des avancées plus rapides sur ces maladies d’ici 5 ans. Le centre DHUNE fait partie des 7 centres français à avoir été labellisés par AVIESAN (Alliance Nationale pour les Sciences de la Vie et de la Santé), comme centre d’excellence au sein du réseau « Centres of Excellence in Neurodegeneration » (CoEN) en Europe et au Canada. DHUNE est par ailleurs labellisé comme FHU (Fédération Hospitalo Universitaire) dans le cadre du plan 2014-2019 sur les maladies neurodégénératives. Plus d'informations sur www.dhune.org 


Diabète


Le diabète est une maladie chronique qui se caractérise par un taux anormalement élevé de glucose dans le sang due à une insuffisance de la production d'insuline (diabète de type 1) ou à une mauvaise efficacité de cette hormone associée à une réduction progressive de sa sécrétion (diabète de type 2).

Le diabète de type 1 dit "insulinodépendant" est une maladie auto-immune dans laquelle le pronostic vital est engagé. Il concerne environ 10 % des personnes diabétiques et survient brutalement lorsque le pancréas ne fabrique plus suffisamment d’insuline. Sa manifestation soudaine, chez des personnes souvent jeunes, se traduit par des crises symptomatiques : soif intense, urines abondantes et fréquentes, amaigrissement rapide. Pour des raisons encore inconnues, les anticorps et les cellules immunitaires détruisent les cellules qui sécrètent l’insuline : les cellules bêta du pancréas regroupées en amas, appelés îlots de Langerhans.

Le diabète de type 2, résulte de la mauvaise utilisation de l’insuline par les cellules de l’organisme (insulinorésistance). Il apparaît généralement chez des personnes âgées de plus de quarante ans et concerne plus de 90% des personnes diabétiques. Il n’existe pas une cause précise mais un ensemble de facteurs dont le facteur génétique prépondérant. Les facteurs environnementaux sont la conséquence d'une alimentation déséquilibrée et du manque d’activité physique, Sournois et indolore, le diabète de type 2 est une maladie évolutive qui peut passer longtemps inaperçue. Selon certaines estimations, il s’écoule, en moyenne, 5 à 10 ans entre l’apparition des premières hyperglycémies et le diagnostic. La gravité de cette maladie tient principalement à ses complications, notamment au niveau des petits vaisseaux, pouvant entrainer un risque de cécité et d’insuffisance rénale. Elle peut aussi atteindre les gros vaisseaux et les fibres nerveuses, étant alors cause d’accidents cardiovasculaires et d'amputations.

 


Diabète gestationnel

Le diabète gestationnel est un diabète débutant ou diagnostiqué pour la première fois pendant la grossesse. Il est associé à des complications chez l’enfant et la mère. À plus long terme, il est associé à un risque élevé pour la mère de développer ultérieurement un diabète de type 2 et, potentiellement, à un risque de surpoids/obésité et de diabète de type 2 pour les enfants. 


Dico du diabète

Tout savoir sur le diabète de A à Z par la Fédération française du diabète : cliquez ici


Dico du diabète

Dictionnaire réalisé par la FFD

Tout sur le diabète de A à Z
https://www.federationdesdiabetiques.org/information/diabete/dico-du-diabete

 


Dictionnaire de l'Académie Nationale de Pharmacie

 

Les premières éditions du Dictionnaire des Sciences pharmaceutiques et biologiques de l'Académie nationale de Pharmacie ont été publiées sous forme papier aux éditions Louis Pariente : 1re édition en 1997 et 2e édition en 2001. Une refonte complète a été entreprise en 2010 sous la coordination du Pr Francis Puisieux, Président de la Commission du langage de l’Académie, avec la participation de plus d’une centaine de rédacteurs représentant toutes les disciplines scientifiques et professionnelles, membres de l'Académie ou non. Il est prévu près de 22 000 définitions dans cette nouvelle édition. Pour faciliter l'accès au plus grand nombre, gracieusement, et limiter l'impact sur l'environnement, l'Académie nationale de Pharmacie a décidé de publier cette nouvelle édition sous forme électronique.

Ce dictionnaire rassemble l'ensemble des connaissances touchant le médicament et autres produits de santé, les sciences physico-chimiques en rapport avec ces domaines, la biologie, la santé publique, l’environnement et la santé, la diététique, la nutrition, la cosmétologie. Sont également décrits les symptômes majeurs des principales pathologies.

Chaque entrée du dictionnaire correspond à un mot ou à un groupe de mots associés. Elle peut comporter, selon les disciplines concernées, plusieurs définitions. Parfois, des commentaires peuvent être ajoutés en italique.

Accéder au dictionnaire : http://dictionnaire.acadpharm.org/w/Acadpharm:Accueil

 


DMLA

La dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) est la première cause de handicap visuel chez les personnes de plus de 50 ans. Toutes formes confondues, cette maladie concerne environ 8 % de la population française, mais sa fréquence augmente largement avec l’âge : elle touche 1 % des personnes de 50 à 55 ans, environ 10 % des 65-75 ans et de 25 à 30 % des plus de 75 ans.   La DMLA correspond à une dégradation d’une partie de la rétine (la macula), pouvant mener à la perte de la vision centrale. Bien que très invalidante, la DMLA ne rend jamais totalement aveugle puisque la partie périphérique de la rétine reste intacte. La maladie débute par une phase précoce, sans dégénérescence, appelée maculopathie liée à l’âge (MLA ou "sèche précoce"). Cette phase se caractérise par l’accumulation de petits dépôts blanchâtres (ou "drusen mous") à l’intérieur et autour de la macula. Ces dépôts sont visibles lors d’un simple examen de fond d’œil. Cette phase est le plus souvent asymptomatique, mais le patient peut éventuellement percevoir des déformations des lignes droites ("métamorphopsies") et des taches floues. Une MLA peut rester stable tout au long de la vie. Néanmoins, dans environ la moitié des cas et sous l’influence de plusieurs facteurs, la MLA évolue en formes dégénératives tardives, atrophique ou humide. Ces deux formes tardives ont une incidence à peu près équivalente. Elles conduisent à une dégradation irréversible de la macula et à une perte de la vision centrale affectant un seul œil ou les deux. Des formes mixtes peuvent être observées. (Source Inserm)


Douleur

On distingue habituellement deux catégories de douleur, aiguë et chronique, en fonction de leur durée. La douleur aiguë est intense, mais souvent brève. C’est celle que l’on ressent en se coupant le doigt, par exemple. La douleur est dite chronique (ou pathologique), lorsque la sensation douloureuse excède trois mois et devient récurrente. Entrent dans cette catégorie certaines douleurs musculaires, les migraines ou encore des douleurs associées à des lésions nerveuses. Différentes formes de douleurs peuvent en outre être distinguées selon les mécanismes physiologiques en jeu :

  • les douleurs inflammatoires, qui recouvrent toutes les douleurs associées aux phénomènes d’inflammation (il s’agit souvent de douleurs articulaires),
  • les douleurs neuropathiques, associées à des atteintes du système nerveux central et périphérique (lésion de la moelle épinière, du nerf sciatique…),
  • les douleurs mixtes, qui associent une composante inflammatoire et une composante neuropathique, comme dans les lombo-sciatiques. Ces douleurs sont souvent rencontrées dans le cadre de cancers ou après une chirurgie. 

Dans certains cas, comme la fibromyalgie, les troubles fonctionnels intestinaux, aucune lésion (inflammatoire ou neurologique) ne peut être identifiée : les mécanismes de ces douleurs sont encore mal connus. Le terme de douleurs dysfonctionnelles a été proposé pour les nommer, car ces douleurs pourraient être liées à des dysfonctions des systèmes endogènes de modulation de la douleur. (Surce Inserm)


Douleur chronique

L’international Association for the Study of Pain (IASP) définit la douleur comme une « expérience sensorielle et émotionnelle désagréable, liée à une lésion tissulaire existante ou potentielle, ou décrite en termes évoquant une telle lésion ».

La Haute Autorité de Santé (HAS) définit la douleur chronique comme « douleur maladie » résistante au traitement « évoluant depuis plus de 6 mois et affectant le comportement ou le bien-être du patient ».

Drogues illicites

Le terme de drogues illicites recouvre un ensemble de substances très différentes en termes d’effets sur la santé et de niveaux de consommation. Le cannabis est celle qui est la plus fréquemment consommée. En France, on évalue à 4,6 millions le nombre de personnes qui en consomment dans l’année et à 1,4 million les usagers réguliers (10 fois dans le mois). L’usage des autres substances touche un nombre beaucoup plus faible de personnes (450 000 dans l’année pour la cocaïne, 400 000 pour l’ecstasy.  Le nombre d’usagers réguliers des autres substances ne peut pas être estimé de façon fiable.


Droit à l'oubli

Face aux difficultés d'information et de compréhension rencontrées par les personnes atteintes de cancer autour du droit à l'oubli, Rose Association – avec le soutien de l'INCa – a décidé de réaliser et de mettre à disposition des malades de cancer une vidéo pour tout savoir sur le droit à l'oubli.

Dans quelles conditions ne plus déclarer son cancer à l'assureur dans le cadre d'une assurance de prêt bancaire ? Dans quel délai ? Qu'est-ce-que la « grille de référence » ? Le délai de non-déclaration est-il le même pour les mineurs et les majeurs ?
Toutes ces réponses et bien d'autres se trouve sur cette vidéo
Pour la découvrir cliquez ici 


Dyslexie

Après le début de l’apprentissage de la lecture au cours préparatoire, la dyslexie se manifeste par une mauvaise association entre graphèmes (signes écrits) et phonèmes (sons), ainsi que par une incapacité à saisir rapidement un mot dans sa globalité. L’enfant déchiffre lentement et fait des erreurs. Entre 3 et 5 % des enfants seraient concernés. Ce trouble est très souvent associé à la dysorthographie (difficulté à maitriser l’orthographe). D’ailleurs, on ignore s’il existe des formes de dysorthographie indépendantes de la dyslexie.

Ces dysfonctionnements sont souvent liés à un mauvais développement phonologique en amont de l’apprentissage de la lecture (difficultés à discriminer les sons proches, faible conscience phonologique) et/ou à des problèmes dans le traitement orthographique (confusions et inversion de lettres, mauvais codage de la position des lettres). Ces déficits entraînent une mauvaise connectivité au sein du réseau de la lecture, entre l’aire de la "forme visuelle des mots" située dans le lobe occipital temporal gauche et les aires du langage situées dans le lobe temporal (Wernicke) et frontal (Broca). (Source Inserm)

 

 


Dyspraxie

Les enfants dyspraxiques ont des difficultés à planifier, à programmer et coordonner des gestes complexes. Ils ne peuvent pas automatiser un certain nombre de gestes volontaires, notamment l’écriture (ce qui entraîne une dysgraphie). Ces enfants contrôlent laborieusement le dessin de chaque lettre, ce qui absorbe une grande partie de leur attention et les empêche de prêter attention aux autres aspects (orthographe, sens des mots...). La prévalence de la dyspraxie est évaluée à environ 5 à 7 % des enfants de 5 à 11 ans. La dyspraxie est souvent associée à des anomalies de la perception visuo-spatiale et à des troubles d’organisation du regard qui perturbent l’appréhension de l’environnement par l’enfant. (Source Inserm)


E


ECBU

L'examen cytobactériologique des urines (ECBU) est une analyse de l'urine prescrite dans le cadre d'un diagnostic ou du suivi d'une infection urinaire. L'analyse va comporter deux volets : la numération des différents types de cellules présentes au sein de l'urine du patient (examen cytologique) et la mise en culture de l'échantillon (examen bactériologique).


Eczéma atopique

L’Eczéma atopique (ou dermatite atopique) est une maladie chronique de la peau, causée par une anomalie génétique de la barrière cutanée. Cette anomalie est responsable de la sécheresse excessive de la peau et de sa perméabilité à toutes les agressions extérieures (pollens, poussières, acariens, allergènes alimentaires…). La dermatite atopique de l’adulte est souvent une dermatose grave, qui peut atteindre toutes les parties du corps. Elle se manifeste par des plaques d’Eczéma chronique, rouges, épaisses, lichénifiées, avec parfois des papules isolées de prurigo. Sur ce fond d’Eczéma chronique surviennent des poussées inflammatoires aiguës, vésiculeuses ou suintantes qui peuvent se compliquer d’infections et de troubles métaboliques. Les démangeaisons associées (prurit) sont toujours intenses, avec des conséquences sur la vie quotidienne, le moral, le travail, la sexualité, le sommeil, les activités…


EHPAD

Les EHPAD (établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) sont des maisons de retraite médicalisées qui proposent un accueil en chambre. Les EHPAD s’adressent à des personnes âgées de plus de 60 ans qui ont besoin d’aide et de soins au quotidien.
Les EHPAD ont pour mission d’accompagner les personnes fragiles et vulnérables et de préserver leur autonomie par une prise en charge globale comprenant l’hébergement, la restauration, l’animation et le soin.
Les EHPAD signent une convention avec le conseil départemental et l'ARS (agence régionale de santé) qui leur apportent des financements en contrepartie d’objectifs de qualité de prise en charge.  

En France, fin 2015, 728 000 personnes fréquentent un établissement d’hébergement pour personnes âgées  ou y vivent, soit 10 % des personnes âgées de 75 ans ou plus et un tiers de celles âgées de 90 ans ou plus. Huit sur dix sont accueillies en EHPAD. L’hébergement temporaire ou l’accueil de jour concernent 4 % des personnes âgées accompagnées. Les résidents sont de plus en plus âgés : la moitié a plus de 87 ans et 5 mois, contre 86 ans et 5 mois fin 2011. Les femmes sont majoritaires et plus souvent seules que les hommes ; 91 % d’entre elles n’ont pas de conjoint. Les personnes accueillies en 2015 sont plus dépendantes qu’en 2011 : plus de huit sur dix sont classées en GIR 1 à 4 et 93 % des résidents n’étant pas hébergés en logement-foyer ont besoin d’une aide à la toilette. Enfin, parmi les résidents, près de 260 000 souffrent d’une maladie neurodégénérative. La population des EHPAD est en renouvellement permanent. Ainsi, un quart des personnes accueillies au 31 décembre 2015 sont arrivées dans l’établissement au cours de l’année ; 55 % viennent de leur domicile ou de celui d’un proche. Un tiers des personnes ayant rejoint un établissement en 2015 l’ont quitté la même année. (Source Drees)


Embolie pulmonaire

Lors d'une phlébite, un caillot de sang se forme au niveau des jambes, le plus souvent dans le mollet. En se détachant il peut venir se fixer dans une artère pulmonaire ou l'une de ses branches, bloquant ainsi le passage de l'oxygène dans le tissus: c'est l'embolie pulmonaire. Ce phénomène très brutal survient souvent à l'issue d'immobilisation prolongées : un long voyage en avion, au alitement ou suite à une intervention chirurgicale. Il concerne également des personnes souffrant de troubles de la coagulation du sang. Ces épisodes de malaises voire de d'arrêt  cardio-respiratoire se produisent notamment dans le cas de voyages aériens de longue durée où ce phénomène a été baptisé "syndrome de la passerelle". Si elle n'est pas prise en charge suffisamment tôt, les conséquences d'une embolie pulmonaire peuvent être fatales. En revanche, elle est relativement facile à soigner si elle est bien diagnostiquée. 


Emplois médicaux

Selon la Drees, en 2015,189 000 emplois médicaux, internes compris, hors sages-femmes, sont comptabilisés dans les établissements de santé français : 115 000 salariés, 41 000 praticiens libéraux et 33 000 internes et assimilés. Le nombre de postes salariés de médecins, biologistes, odontologistes et pharmaciens est stable entre 2014 et 2015. En revanche, le nombre de postes de praticiens libéraux s’accroît (+0,9 %)]. Deux tiers des emplois médicaux relèvent des hôpitaux publics, 21 % des cliniques privées et 11 % des établissements privés à but non lucratif. Le nombre d’emplois médicaux salariés diminue légèrement dans les établissements publics en effectifs (-0,4 %), mais reste quasi stable (+0,1 %) en équivalent temps plein (ETP). À l’hôpital public, les internes et assimilés représentent 30 000 emplois, soit 23 % des emplois médicaux. Enfin, 2 100 praticiens libéraux exercent dans les établissements publics. 


Endométriose

 

L'endométriose est une maladie qui touche 1 à 2 femmes sur 10 dans le monde ; autant dire que nous sommes tous directement ou indirectement concernés.

Malgré cela, elle reste mal perçue, mal connue et mal reconnue. Améliorer la connaissance de la maladie est nécessaire pour réduire considérablement ce retard de diagnostic aux conséquences importantes, de proposer une meilleure prise en charge, d’améliorer la qualité de vie et la dignité de toutes les femmes atteintes. De très lourds tabous persistent autour des règles et de la douleur féminine, l'influence des facteurs culturels, la méconnaissance de la maladie par une partie du corps médical, le retard des femmes pour aller consulter sont autant de raisons qui font qu'il faut en moyenne 7 ans pour diagnostiquer l'endométriose aujourd'hui.


Entérocoques

Enterococcus faecalis est une bactérie anaérobie faisant naturellement  partie de la flore intestinale des mammifères. Elle peut devenir pathogènes et provoquer en particulier des infecitions urinaires. Elle est devenue résistante à de nombreux antibiotiques et responsable de nombreuses infections nosocomiales mortelles en milieu hospitalier. Les facteurs de virulence attribués à cette bactérie sont essentiellement ceux permettant son adhérence aux surfaces comme les cathéters ou aux cellules et dans sa capacité à former ds biofilms ou colonies bactériennes très difficiles à éliminer. 


Espérance de vie

En 2015 les Français avaient une espérance de vie de 85,0 ans pour les femmes et de 78,9 ans pour les hommes.

En dix ans, l’espérance de vie des femmes a progressé de 1,2 an et celle des hommes de 2,2 ans. Cependant, cette augmentation a été plus importante au cours des dix années précédentes et avait progressé chez les hommes de 2,9 ans et chez les femmes de 1,9 an entre 1995 et 2005. L’écart entre les deux sexes se réduit, comme dans quasiment tous les pays européens. Le recul constaté entre 2014 et 2015 (0,4 an pour les femmes et 0,3 an pour les hommes) semble due à une forte augmentation de la mortalité des personnes âgées au cours de l’épisode grippal de l’hiver.

C’est la première fois qu’une baisse annuelle de cette ampleur est constatée depuis l’après-guerre. Les rares diminutions annuelles notées en 2003, 2005, 2008 et une plus marquée en 2012 étaient toujours inférieures à 0,2 an. Ces fluctuations sont probablement en relation avec l’augmentation du nombre de personnes très âgées et fragiles, des femmes en grande majorité, exposées à des événements météorologiques extrêmes, comme les canicules, ou à des épidémies de grippe et autres maladies respiratoires infectieuses liées aux conditions climatiques hivernales. Cependant, il ne faut pas exclure des raisons plus structurelles à ce ralentissement comme la persistance, voire l’accroissement, de facteurs de risque de maladies chroniques liées au tabagisme ou à l'obésité. 


Essais cliniques

L'inclusion dans un essai clinique est souvent la meilleure manière pour un patient de bénéficier de traitements expérimentaux.

Selon l'enquête réalisée en 2016 par le syndicat de l'industrie pharmaceutique (LEEM), l'an passé 16 622 patients ont été recrutés dans les essais cliniques menés en France (contre 14 634 en 2014), soit une augmentation de 14 %. Les études de phase précoce (phase I) représentent 17 % des études (versus 20 % en 2014) et ont été réalisées principalement en onco-hématologie. Les études de phases III/IV représentent 56 % des études contre 63 % en 2014. La répartition des études par aire thérapeutique montre que la part de l’onco-hématologie s’est accrue, passant de 41 % en 2014 à 45 % en 2016.  Sur les 87 études de phase I recensées en 2016, 90 % ont été réalisées en onco-hématologie contre 61 % en 2014 (sur 116 études). Les pourcentages d’études menées dans le domaine de l’infectiologie (13 % toutes phases confondues) et dans le domaine des maladies rares (5 % toutes phases confondues) restent significatifs, consolidant la position de la France dans ces aires thérapeutiques. Les aires thérapeutiques cardiovasculaire/métabolisme/diabète et l’immuno-inflammation se stabilisent en 2016, représentant respectivement 12 % et 7 % des études (versus 9 % et 8 % en 2014).

En revanche, les études en neurologie/psychiatrie éprouvent beaucoup plus de difficultés à recruter des patients et ne représentent que 2 % des études de phase I contre 11 % en 2014 avec une diminution significative du nombre d’études toutes phases confondues qui passe de 10% en 2014 à 6 % en 2016.


Essais thérapeutiques

Il existe quatre phases d’évaluation des nouveaux médicaments. Elles sont distinctes les unes des autres et chacune donne lieu à un essai thérapeutique différent  La Phase I  est l'étude de l’évolution de la molécule testée dans l'organisme en fonction du temps (cinétique) et l'analyse de la toxicité sur l'être humain. Cette phase est menée sur un petit nombre de personnes volontaires et non malades. La Phase II consiste à administrer le  médicament à un petit nombre de patients pour rechercher la plus petite dose efficace et observer des effets secondaires nocifs en utilisant différentes doses. Pendant la Phase III : on effectue la comparaison de l’efficacité du nouveau médicament par rapport au traitement de référence (lorsque celui-ci existe) ou à un placébo (lorsqu’aucun traitement n’existe). Cette phase s’adresse à un grand nombre de patients et dure plusieurs années. Les patients sont sélectionnés sur des critères précis qui permettront de répondre à la question de l’efficacité et du bénéfice du médicament testé comme nouveau traitement standard de la maladie concernée. C’est à l’issue de ces essais que les autorités sanitaires délivrent l’autorisation de mise sur le marché (AMM). Le nouveau médicament peut être prescrit par les médecins; Pendant la Phase IV, s'effectue le suivi des effets nocifs secondaires des médicaments qui ont été mis sur le marché, cela pour un grand nombre de patients chez qui le nouveau médicament a été prescrit et dans des conditions normales d'utilisation. (Source Inserm)


Evaluation des médicaments

C'est en 2012 que le gouvernement a confié à la Hautre Autorité de Santé (HAS) la mission d'évaluer au plan médico-économique les produits de santé les plus innovants.

Cette mission est assurée par la Commission d'évaluation économique et de santé publique (CEESP) au sein de la HAS. Il s'agit de mettre à la disposition du Comité Economique des Produits de Santé (CEPS) une évaluation du coût d'un produit par comparaison du nouveau traitement avec le traitement de référence (quand il existe). Le CEESP détermine ainsi le coût par année de vie gagnée (aucun seuil de prise en charge n'est fixé à ce jour en France). Ces informations ont pour objectif de faciliter les négociations d'un prix objectif entre le CEPS et les industriels. 


Evènement indésirable

Un événement indésirable associé aux soins (EIAS) est un évènement inattendu qui perturbe ou retarde le processus de soin, ou impacte directement le patient dans sa santé. Cet évènement est consécutif aux actes de prévention, de diagnostic ou de traitement. Il s'écarte des résultats escomptés ou des attentes du soin et n'est pas lié à l'évolution naturelle de la maladie. Depuis 1990, plusieurs études internationales font apparaître unanimement que le nombre d’événements indésirables survenant lors de la prise en charge des patients est élevé. En France, deux enquêtes réalisées l’une en 2004 et l’autre en 2010 ont corroboré cette réalité. Ainsi, l’incidence des événements indésirables graves (EIG) en hospitalisation est évaluée à 6,2 EIG pour mille jours d’hospitalisation, soit un EIG tous les 5 jours dans un service de 30 lits. Cette fréquence élevée est liée à la nature particulièrement complexe de l’activité de soins qui doit, tout à la fois, utiliser des technologies de pointe, un maillage organisationnel important, de multiples compétences humaines et s’adapter à l’unicité des patients. Ainsi, la nécessité de délivrer des soins répondant aux besoins individuels des patients et au déroulement de leur maladie, limite les possibilités de standardisation des processus de prise en charge et ouvre la porte à des erreurs dans leur mise en œuvre.  Les médicaments utilisés et les gestes opératoires, s’ils se veulent salvateurs, représentent néanmoins un danger dans leur mise en œuvre. Si une partie de ce risque peut être acceptable au regard de la performance recherchée, des évènements indésirables évitables surviennent dans certaines situations .


Exposition aux agents cancérogènes

En France en 2010, 12 % des salariés (environ 2,6 millions, 2 millions d’hommes et 600 000 femmes) ont été exposés à au moins un agent cancérogène tous types confondus (substances chimiques, rayonnements ionisants ou travail de nuit pour les femmes); parmi eux, 757 000 ont au moins une double exposition (soit 30 % des exposés). Parmi les salariés exposés, les hommes représentent 78 % et les femmes en âge de procréer 15 %.

L’exposition aux cancérogènes chimiques concerne approximativement 2,2 millions de salariés (soit plus qu’un salarié sur dix), celle aux rayonnements ionisants 259 000 (dont 136 000 hommes et 123 000 femmes), soit 1,2 % des salariés.


F


Facteurs de risque du cancer

Chaque année, 40 % des cancers détectés (400 000 en 2017) pourraient être évités grâce à des changements de comportements individuels. Le tabac est le premier facteur de risque évitable. Sur les 150 000 décès par cancers recensés chaque année, 45 000 sont directement attribuables à sa consommation.

Par ailleurs, le tabac peut être à l’origine de 17 localisations de cancers. Si celui du poumon est largement évoqué par le grand public (80 % de ces cancers sont provoqués par le tabac), ses effets délétères sur 16 autres localisations restent méconnus ; le tabac est notamment responsable de 70 % des cancers des voies aérodigestives supérieures (bouche, larynx, pharynx, œsophage), de 50 % des cancers de la vessie et de 30 % des cancers du pancréas. La meilleure stratégie pour réduire son risque individuel de cancers est de ne pas commencer à fumer, ou de s'arrêter.

Deuxième facteur de risque évitable de cancers, la consommation d’alcool est responsable, chaque année, de 15 000 décès en France. Parmi les 7 localisations de cancers attribuables à ce facteur de risque, l’alcool, quel que soit son type, est la cause de 58 % des cancers de l’œsophage, 16 % des cancers du côlon et du rectum et 15 % des cancers du sein. Pour diminuer efficacement son risque de cancers, il est conseillé de réduire autant que possible la quantité et la fréquence de sa consommation. Les effets de l'alcool sont renforcés quand ils sont associés à ceux du tabac : leurs actions conjointes augmentent considérablement les risques de cancers des voies aérodigestives supérieures (bouche, larynx, pharynx, œsophage). Le risque de développer un cancer de la cavité buccale peut être multiplié par 45 chez les grands consommateurs de tabac et d'alcool. (Source INCa)



Fédération hospitalière de France (FHF)

Créée en 1924, la FHF représente plus de 1 000 hôpitaux et environ 3 800 établissements médico- sociaux. Véritable « maison commune des hospitaliers », la FHF s’est construite autour de valeurs partagées : égal accès à des soins de qualité pour tous ; volonté d’innovation et d’excellence dans les soins et l’accompagnement, l’enseignement et la recherche ; continuité de la prise en charge.

La FHF réunit en son sein des hôpitaux de tailles différentes – centres hospitaliers locaux, centres hospitaliers généraux, centres hospitaliers universitaires, établissements spécialisés en santé mentale – ainsi que des Ehpad et des établissements assurant la prise en charge du handicap. Elle défend l’autonomie des établissements hospitaliers et médico-sociaux, gage d’une adaptation intelligente aux réalités du terrain.

Elle travaille à la création d’un véritable service public de santé réunissant dans chaque territoire les professionnels des secteurs sanitaires et médico-sociaux afin d’améliorer la cohérence des parcours de soins et de vie.

www.fhf.fr


FEHAP (Fédération d'Etablissements Hospitaliers d'Aide à la Personne)

La FEHAP en chiffres, c’est plus de 4 500 établissements et services sanitaires, sociaux et médico- sociaux gérés par plus de 1600 organismes gestionnaires (associations, fondations, congrégations, mutuelles, organismes de retraite complémentaire et de prévoyance), plus de 246 600 lits et places, 280 000 professionnels pour 2,5 millions de personnes accueillies chaque année. La FEHAP est la fédération de référence du secteur Privé Non Lucratif présente, depuis 80 ans, dans tous les champs de la protection sociale. 

www.fehap.fr


FFDYS Fédération française des troubles DYS

La FFDYS regroupe 7 associations et leurs antennes (150) sur le territoire, dédiées aux troubles spécifiques du langage et des apprentissages, en particulier la dyslexie, la dysphasie, la dyspraxie. La FFDYS est membre du Comité d’Entente des Associations Représentatives de Personnes Handicapées et de Parents d’Enfants Handicapés et siège au CNCPH (Conseil National Consultatif des Personnes Handicapées). La Fédération est membre de l'European Dyslexia Association (40 organisations dans 24 pays en Europe). Composée de bénévoles, la FFDYS agit depuis près de 20 ans pour faire connaître et reconnaître les troubles DYS, avec pour objectif d'améliorer la prise en charge et l'insertion scolaire et professionnelle des enfants et adultes. Appuyée par un comité scientifique composé de chercheurs, de praticiens et d'experts de l'Education et de la Santé, la Fédération est l’interlocuteur reconnu par les pouvoirs publics, a permis d'importantes avancées pour la reconnaissance et la prise en charge des troubles cognitifs.


Fibromyalgie

Le rapport parlementaire publié à l'automne 2016 a mis en lumière cette maladie mal connue et mal reconnue pour laquelle peu de traitements existent.

Une des propositions du rapport parlementaire consiste d'ailleurs  à remplacer le terme "syndrome" actuellement utilisé pour décrire la pathologie (symptomes dont les causes peuvent être multiple) par le terme maladie au sens propre du terme. L'absence de marqueur spécifique de la fibromyalgie entraine une longue errance pour les patients avant l'établissement d'un diagnostic.

Selon l'association Fibromyalgie SOS, la durée moyenne entre l'appartion des premières douleurs et le diagnostic est d'environ 6 ans. Il existe cependant des critères physiques recommandés par l'American college of rheumatogy (ACR) portant sur l'autoévaluation de la douleur par le patient sur 18 points du corps. Côté pharmacologie, le paracétamol est peu efficace mais certains antidépreseurs et certains antiépileptiques peuvent apporter un soulagement modéré et inconstant. La stimulation magnétique transcranienne utilisée de façon expérimentale dans certain centres semble efficace. Près de 2 millions de personnes souffrent de fibromyalgie en France, esssentiellement des femmes. 


Fibromyalgie

Qu’est-ce que la fibromyalgie ? La fibromyalgie est reconnue comme maladie par l’OMS (Organisation mondiale de la santé) depuis 1992, mais elle n’a encore en France que le statut de syndrome. Complexe et encore mal comprise, elle est liée à un ensemble de déséquilibres du système nerveux qui provoquent des douleurs chroniques très intenses, associées à une extrême fatigue et à une multitude d’autres symptômes (digestifs, cognitifs, dépressifs...).

La fibromyalgie en chiffres
• La fibromyalgie touche plus de 2 % de la population mondiale dont 15 millions de personnes en Europe.
• En France, 2 500 000 personnes sont touchées par cette maladie, des femmes dans près de 80 % des cas.
• Ce syndrome se manifeste le plus souvent vers 40/45 ans.
• La fibromyalgie concerne près de 5 % des consultations chez les médecins généralistes, et plus de 20 % des consultations en rhumatologie.
• Difficile à diagnostiquer, les médecins mettent en moyenne cinq à six ans à l’identifier (parfois jusqu’à sept !). 


Fipronil

Selon l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement etdu travail (ANSES) , le fipronil a une toxicité modérée. Les effets observés chez l’Homme à la suite de l’exposition aiguë à des préparations contenant du fipronil sont généralement bénins. Les effets qui pourraient survenir en cas d’ingestion, au vu du mécanisme d’action du fipronil et des données expérimentales, sont des effets neurotoxiques, et notamment des convulsions. Ce type d’effet n’a néanmoins pas été observé dans les cas d’ingestion directe accidentelle de produit à base de fipronil recueillis par les centres antipoison français dans le cadre de la toxicovigilance. Les rares observations de convulsions relevées dans la littérature internationale sont liées à des ingestions de grandes quantités de ce type de produits. Des niveaux de dose de l’ordre de 10 fois la dose de référence aigüe n’ont conduit qu’à des symptômes bénins et réversibles, notamment des troubles digestifs, y compris chez l’enfant. L’exposition répétée au fipronil n’a pas non plus montré d’effets préoccupants, seulement des signes locaux bénins. Sur la base des données recueillies par l’Agence dans le cadre de ses études nationales de consommations alimentaires, l’évaluation du risque a permis d’identifier la quantité maximale d’œufs pouvant être consommée en une seule fois sans s’exposer à un risque aigu. Cette évaluation a été réalisée pour différentes populations et sur la base d’une concentration maximale de fipronil dans les œufs contaminés comparable à celle rapportée à ce jour en Europe (1,2 mg/kg d’œuf). Sur cette base, la quantité maximale d’œufs pouvant être consommés varie de un (pour un enfant de 1 à 3 ans) à dix par jour (pour un adulte). Concernant une évaluation quantitative des risques chroniques, celle-ci n’a pu être réalisée, néanmoins, des limites maximales de résidus (LMR) existent pour les œufs et la viande de volaille. Leur respect permet de prévenir les risques induits par la consommation répétée de la substance. Cette évaluation porte uniquement sur la consommation d’œufs contaminés, aucune contamination de viande de poulet de chair par le fipronil n’ayant été rapportée à ce jour. Toutefois, l’Agence a investigué cette hypothèse. Des analyses ont en effet été réalisées au niveau européen sur des muscles de poules pondeuses traitées et permettent d’apporter des éléments. La concentration maximale de fipronil observée dans ces échantillons s’élève à 0,175 mg/kg de muscle. Dans ces conditions, et si cette viande était consommée, la valeur toxicologique de référence aiguë ne pourrait être  dépassée que par la consommation par un adulte et en une seule fois, de plusieurs kilogrammes de viande de volaille contaminée (de l’ordre du kilo pour un enfant). (Source Anses)

 


Flamme Verte

Créé en 2000 par les industriels et l’ADEME, le label Flamme Verte, promeut une filière de qualité pour le chauffage au bois en attestant la mise sur le marché d’appareils performants d’un point de vue énergétique et environnemental. Actuellement, le label Flamme Verte représente plus de 3 600 références commerciales présentes partout en France.
Pour suivre Flamme Verte : www.flammeverte.org – sur twitter : @FlammeVerte


Fondation Médéric Alzheimer

La Fondation Médéric Alzheimer a pour objectif d’aider les personnes malades et leurs proches à mieux vivre avec la maladie et de retarder le plus possible la perte d’autonomie. Créée en 1999, elle est la 1ère fondation reconnue d’utilité publique entièrement dédiée aux personnes malades et à leurs aidants, qu’ils soient familiaux, bénévoles ou professionnels. La Fondation Médéric Alzheimer allie la recherche en sciences sociales et l’innovation de terrain pour mieux connaître la maladie et mettre en place de nouvelles solutions d’accompagnement, mieux adaptées aux besoins. Elle développe une approche globale et pluridisciplinaire, en prenant en compte toutes les dimensions de la maladie d’Alzheimer : biomédicale, médico-sociale, juridique, économique, éthique… Depuis l’origine, la Fondation Médéric Alzheimer a soutenu plus de 400 projets d’initiatives locales, 140 projets de recherche, dont 64 prix de thèse et bourses doctorales pour de jeunes chercheurs et a consacré 27 M€ à ses missions sociales.
www.fondation-mederic-alzheimer.org


France Parkinson

L’association France Parkinson, créée en 1984, est reconnue d’utilité publique et dispose de l’agrément des usagers du système de santé. Elle soutient les malades et leurs proches en assurant des permanences téléphoniques d’écoute, en organisant réunions d’information, et des groupes de paroles. France Parkinson sensibilise l’opinion et interpelle les médias afin de lutter contre les idées reçues sur la maladie. Ses actions visent à mobiliser les pouvoirs publics notamment pour améliorer la prise en charge des malades. Enfin, l’association soutient la recherche en octroyant des bourses, subventions et grands appels d’offres pour des projets dédiés à la maladie de Parkinson.
Les comités départementaux de bénévoles organisent des activités sportives adaptées, ludiques et culturelles au niveau local et des rencontres régulières. Véritable lien social, les comités proposent également des actions pour les proches des malades.


Frottis

Le frottis désigne l’acte de prélèvement à partir duquel trois examens différents peuvent être réalisés (examen cytologique, test HPV, double immuno-marquage p16INK4A/Ki67), alors qu’il est parfois utilisé par abus de langage comme synonyme de la cytologie. Il convient donc de n'utiliser le terme « frottis » que pour désigner le prélèvement.


G


GGC - Groupe Génétique et Cancer (GGC – UNICANCER)

Le Groupe Génétique et Cancer (GGC – UNICANCER) rassemble l'ensemble des acteurs (praticiens et biologistes) de l'oncogénétique française (CHU, CHG, hôpitaux privés et CLCC). Il assure l'élaboration, l'organisation, et la mise en place des bonnes pratiques de prise en charge des patients et de leur famille, ainsi que leur diffusion. Depuis 2003, ces travaux sont réalisés en partenariat avec l'INCa dans le cadre des plans cancer successifs


GHT

Des établissements dédiés à la santé mentale des Parisiens aujourd’hui et demain

Au 1er juillet 2016, la Communauté Hospitalière de Territoire pour la psychiatrie parisienne qui rassemble depuis 2012 le Groupe Public de Santé Perray-Vaucluse, le CH Sainte-Anne, l’EPS Maison-Blanche, ainsi que, en tant que partenaires, les secteurs parisiens des Hôpitaux de Saint-Maurice et l’ASM13, est devenue le Groupement Hospitalier de Territoire Paris – Psychiatrie & Neurosciences. Elle vise, sur le territoire parisien, à une organisation concertée et graduée pour assurer à chaque francilien un parcours de santé lisible, accessible et fluide. En 5 mots : coordination, proximité, partenariats, qualité & innovation.

Le GHT Paris c’est :


Glioblastomes

Les glioblastomes sont les cancers du cerveau les plus fréquents et sont généralement agressifs. Ils surviennent dans 70 % des cas entre 45 et 70 ans1 mais peuvent aussi, très rarement, se développer chez les enfants. La prise en charge de ces tumeurs repose en premier lieu sur une chirurgie puis sur une chimiothérapie associée à une radiothérapie. Malgré ces interventions multiples, les risques de récidive locale sont souvent élevés, et ce pour plusieurs raisons. Tout d’abord, l’ablation chirurgicale complète de la tumeur est quasi impossible, les glioblastomes ayant la capacité de se ramifier et de s’infiltrer dans le tissu cérébral sain environnant. Par ailleurs, l’expérience montre que les glioblastomes sont intrinsèquement peu sensibles aux chimiothérapies et à la radiothérapie. Ces approches permettent malgré tout de réduire la charge tumorale et, le cas échéant, d’envisager une nouvelle intervention chirurgicale. Mais pour réussir à contenir durablement la maladie, les chercheurs doivent comprendre comment certaines cellules cancéreuses parviennent à résister aux thérapies qui sont administrées aux patients. Comme souvent, l’une des principales pistes de compréhension repose sur l’exploration des liens qui s’établissent entre les cellules cancéreuses et leur microenvironnement. Plus particulièrement, les chercheurs s’intéressent de près au rôle que joue le réseau sanguin dans les mécanismes de résistance et de dissémination. (Source Fondation ARC)


Glycosurie

La glycosurie correspond à une présence de glucose (sucre) dans les urines (qui n’en contiennent pas ou en très petites quantités, à l’état normal). La glycosurie permet, à condition que le rein fonctionne normalement, de signaler une quantité trop importante de sucre (hyperglycémie) dans le sang, ce qui traduit la présence d’un diabète.Découvrez tout le dico ici : http://bit.ly/2tRpljq
 


Grippe

La grippe est une infection respiratoire aiguë, contagieuse, due aux virus Influenzae. Les virus grippaux responsables des épidémies saisonnières chez l’homme se répartissent entre 4 groupes : A(H3N2), A(H1N1), B-Victoria et B-Yamagata. La grippe est responsable chaque hiver de plusieurs millions de cas en France. Elle peut être particulièrement sévère et conduire au décès chez des personnes fragiles, notamment les personnes âgées de 65 ans et plus et celles présentant certaines pathologies chroniques. Cette population fragile, ainsi que les femmes enceintes et les obèses qui ont également un risque plus élevé de grippe compliquée, sont la cible de la stratégie vaccinale a n de réduire le nombre de complications liées à la grippe et de décès. L’impact de l’épidémie sur les structures de soins et sur la société (arrêts de travail) peut être très lourd. Il dépend entre autres du type de virus grippal circulant, de l’efficacité du vaccin et de la couverture vaccinale. Les moyens de lutte contre l’infection sont avant tout la vaccination à laquelle s’ajoutent les mesures barrières. Le traitement de la grippe est avant tout symptomatique. L’ampleur et la gravité de l’épidémie sont imprévisibles et nécessitent la surveillance d’indicateurs en médecine ambulatoire et hospitalière, associant données épidémiologiques et virologiques. La couverture vaccinale est estimée à partir des données de remboursement des vaccins contre la grippe saisonnière recueillies par la CNAMTS. À l’issue de la campagne de vaccination 2015-2016, la couverture vaccinale a été estimée 50,8 % (versus 48,5 % l’an passé) chez les personnes de 65 ans et plus, loin de l’objectif de 75 % fixé par l’OMS. 


Grossesses multiples

La proportion de grossesses multiples varie selon les pays et au cours du temps, du fait de la répartition de l’âge des femmes au moment de l’accouchement et du développement de l’assistance médicale à la procréation (AMP). La probabilité de grossesse multiple augmente avec l’âge de la femme, indépendamment du fait que le recours à l’AMP s’accroît également avec l’âge.  En 2014, selon les données du PMSI (Programme de médicalisation des systèmes d'information), le nombre de femmes domiciliées en France ayant accouché de jumeaux, triplés ou plus est de 14 063 pour 807 240 accouchements, soit une proportion d’accouchements multiples de 17,4 pour 1 000 femmes ayant accouché (dont 17,1 pour 1 000 pour des grossesses gémellaires). Cette proportion n’a cessé d’augmenter depuis une quinzaine d’années, hormis la baisse observée en 2012. 


H


Hématuries

Lors d'un bilan, des traces de sang également dénommées hématuries peuvent être écouvertes sur une bandelette urinaire ou dans le cadre d'un examen cytobactériologique des urines (ECBU).

Lorsque ces saignements apparaissent en début de miction, on parlera d'hématurie initiale  ; par opposition à l'hématurie terminale qui est caractérisée par un saignement en fin de miction.

Ces hématuries peuvent être :

  • microscopiques eti sont alors invisibles à l'oeil nu;
  • macroscopique et sont non seulement visibles mais se manifeste le plus souvent par une couleur rosée des urines;

Hémopathies malignes

En 2012, 35 000 nouveaux cas d’hémopathies malignes ont été estimés en France métropolitaine.

Elles représentent un dixième des nouveaux cas de cancers. il s'agit principalement, des leucémies aiguës (lymphoblastique, myéloblastique), des lymphomes hodgkiniens, des lymphomes non hodgkiniens, de la leucémie myéloïde chronique (LMC), du myélome multiple, de la maladie de Waldenström et de la leucémie lymphoïde chronique (LLC). On observe une augmentation dans le temps du taux d’incidence de 1 à 2% par an pour la majorité des sous types d’hémopathies. Cette augmentation découle notamment du vieillissement de la population qui contribuerait pour 20% à l’augmentation de l’incidence. .


Hémophilie

L’hémophilie est une maladie héréditaire grave, se traduisant par une impossibilité pour le sang de coaguler. La coagulation est un processus complexe mobilisant plusieurs protéines, les facteurs de coagulation, qui s’activent en cascade. Il existe deux types d’hémophilie prédominants : L’hémophilie A est la plus fréquente (un garçon touché sur 5 000 naissances). Elle se caractérise par un déficit du facteur de coagulation VIII. L’hémophilie B, cinq fois plus rare (un garçon sur 25 000 naissances), est liée quant à elle à un déficit du facteur de coagulation IX.Selon la nature de la mutation génétique qui est l’origine de la maladie, le facteur de coagulation affecté peut être totalement absent de l’organisme du patient, ou présent mais sous une forme dysfonctionnelle. Ces différences se traduisent par des degrés variables de sévérité de la maladie. Elle est sévère dans la moitié des cas, mineure chez 30 à 40 % des patients et modérée chez les autres. (Source Inserm)


Hépatite C

L'hépatite C est un fléau qui a entrainé le décès de 400 000 personnes dans le monde en 2015 dont près de 150.000 par cancer du foie.

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), ces données sont probablement sous-évaluées. Actuellement on estime qu'au moins 71 millions de personnes sont chroniquement infectées par le virus (VHC). Avec l'alcoolisme, l'hépatite C est la première cause de greffe de foie dans le monde. Le VHC est un petit virus de la famille des Flaviviridae qui comprend également les virus de Zika et de la Dengue. Il se reproduit très rapidement dans les cellules hépatiques et produit tous les jours environ 1000 milliards de copies légèrement différentes. Face à cette invasion, les défenses de l'organisme sont rapidement débordées. L'infection se propage par le sang ou du matériel contaminé. Dans 20% des cas, le virus est éliminé rapidement par le système immunitaire. Dans 80% des cas il se loge de manière silencieuse dans le foie en développant au fil des années, une inflammation chronique puis une fibrose de l'organe. Au bout d'une vingtaine d'années d'infection, 20% des malades déclarent une cirrhose qui devient un cancer hépatique dans 5% des cas, à la suite d'un mécanisme encore mal connu.

Le traitement de cette maladie a longtemps été un défi pour la santé publique, car une majorité de porteurs du VHC ignorent leur état. L'arrivée de traitements de nouvelle génération (sofosbuvir, daclatasvir, lédipasvir) a véritablement révolutionné la prise en charge de la maladie. L'arrivée de ces AAD (Antivirus à Action Directe) permet de guérir 95% de patients traités. Cette nouvelle classe de médicaments utilisés en association, dont le prix élevé a suscité de nombreuses polémiques, laisse espérer une éradication prochaine de la maladie. En France, l'accès aux AAD qui était réservé aux patients à un stade avancé de la maladie (précirrhose ou fibrose hépatique avancée) est désormais généralisé à tous les personnes infectés.


Helicobacter pylori

En France, 15 à 30% de la population serait contaminée par Helicobacter pylori, une bactérie qui peut entraîner des ulcères gastroduodénaux et des cancers gastriques.  Ce bacille colonise exclusivement la muqueuse gastrique. La contamination se fait dans l'enfance, essentiellement dans les cinq premières années de vie. En France, la prévalence est de l'ordre de 15 à 30%. Elle est plus faible chez les moins de 30 ans (moins d'une personne sur cinq), plus répandue après l'âge de 50-60 ans (environ une personne sur deux). Elle est élevée chez les personnes provenant des régions de forte endémie - Maghreb, Afrique, Asie - (80%). On estime que 6 à 10% des malades infectés développeront un ulcère et que 1% développera un adénocarcinome gastrique après plusieurs décennies. 


Hospitalisation à domicile (HAD)

L'hospitalisation à domicile (HAD) permet d'éviter ou de raccourcir une hospitalisation conventionnelle en offrant aux patients la possibilité d'être soignés sur leur lieu de vie. Depuis 2009,elle  est reconnue en France comme une modalité d'hospitalisation à part entière. Elle permet d'assurer, en fonction de l'évolution de l'état de santé du patient, des soins médicaux et paramédicaux continus et coordonnés sur le lieu de vie du patient. Ces soins se différencient de ceux habituellement dispensés à domicile par la complexité et la fréquence des interventions. Cette modalité d'hospitalisation offre les mêmes conditions de sécurité et de qualité des soins que celles exigées dans un établissement hospitalier. Elle n'est mise en place que sur prescription médicale et avec l'accord du patient et du médecin traitant (ou du médecin désigné par le patient) qui assure la coordination de la prise en charge médicale.
Malgré une dynamique volontariste des pouvoirs publics de développer cette modalité d'hospitalisation sur l'ensemble du territoire, l'hospitalisation à domicile occupe encore une place marginale dans le parcours de soins en raison notamment d'une méconnaissance de sa spécificité de la part des professionnels de santé. Face à ce constat, la HAS propose d'améliorer la connaissance de cette forme d'hospitalisation par une clarification des critères d'orientation des patients et par le développement d'un outil en ligne d'aide à la décision d'orientation des patients en HAD à destination de l'ensemble des médecins prescripteurs (de ville ou à l'hôpital).  Objectifs : sensibiliser les professionnels de santé à l'existence de cette alternative et à la possibilité d'y recourir quand cela est justifié, et répondre à la demande croissante des patients qui souhaitent être soignés à domicile. (Source HAS)



Hypercholestérolémie

L’hypercholestérolémie est un trouble métabolique qui se traduit par un taux de cholestérol LDL supérieur à 1,6 g/l. Le cholestérol-LDL est la fraction la plus athérogène du cholestérol : en excès, il tend à s’accumuler dans la paroi artérielle et à favoriser le développement de plaques d’athérome. L’hypercholestérolémie est avec l’hypertension artérielle, l’obésité et le diabète, l’un des principaux facteurs de risque cardio-vasculaire. Elle peut généralement être prévenue ou traitée par la mise en place de mesures hygiéno-diététiques (alimentation saine, exercice physique...) éventuellement associées à un traitement médicamenteux hypolipémiant. De nombreuses études épidémiologiques ont montré que la réduction du cholestérol total et du cholestérol-LDL diminue le risque de maladies cardio-neurovasculaires. Des objectifs thérapeutiques précis ont été définis en fonction du nombre de facteurs de risques vasculaires associés et de l’existence de pathologies cardio-vasculaires. Ainsi, un traitement hypolipémiant peut-être prescrit en prévention primaire chez des patients présentant un risque cardio-vasculaire significatif ou en présence d’antécédents d’événements cardio-vasculaires (prévention tertiaire). En 2014, la prévalence des personnes traitées par médicament hypolipémiant est de 11,3 %, ce qui représente plus de 7,4 millions de patients. Elle est supérieure chez les hommes par rapport aux femmes (13,6 versus 10,0 %) et augmente de manière importante avec l’âge. Elle passe de 1,1% entre 25 et 44ans à plus de 39% entre 65 et 84 ans. 


Hypertension artérielle

L’hypertension artérielle (HTA) est l’un des principaux facteurs de risque vasculaire. Elle est définie par une élévation persistante de la pression artérielle systolique supéreure ou égale à 140 mm de mercure ou de la pression artérielle diastolique supérieure ou égale à 90 mm Hg. Elle entraîne des anomalies et une rigidification de la paroi des artères du fait de la pression mécanique permanente exercée sur ces dernières. L’HTA augmente le risque d’accident vasculaire cérébral, de cardiopathie ischémique, d’artériopathie des membres inférieurs et d’insuffisance rénale chronique. Selon l’OMS, 62 % des affections vasculaires cérébrales et près de la moitié des cardiopathies ischémiques sont attribuées à une pression artérielle élevée. La prévention de l’HTA par des mesures hygiéno-diététiques (notamment par la réduction des apports en sel...), sa détection et son traitement permettent de réduire le risque vasculaire global.  En 2014, la prévalence des personnes traitées par médicament antihypertenseur en France est de 18,6 %, ce qui représente plus de 12,2 millions de patients. La prévalence augmente de manière importante avec l’âge, passant de 3,1 % chez les 25-44 ans à 58,9 % chez les 65-84 ans et à 75,7 % au-delà de 85 ans. 


I


Indice de masse corporelle (IMC)

Selon l’OMS, le surpoids et l’obésité constituent un facteur de risque de morbidité (maladies cardio-vasculaires, diabète, troubles musculo-squelettiques et certains cancers de l’endomètre, du sein, des ovaires, de la prostate, du foie, de la vésicule biliaire, du rein et du colon) et de mortalité. Même si la France connaît une situation plus favorable que celle observée dans la plupart des autres pays occidentaux, l’augmentation de la prévalence du surpoids et de l’obésité observée chez les adultes depuis le début des années 1980 pose un problème de santé publique majeur. Le surpoids et l’obésité sont couramment mesurés en utilisant l’indice de masse corporelle (IMC), égal au poids (kg) divisé par le carré de la taille (m). Chez les adultes, selon les seuils OMS, un IMC supérieur ou égal à 25 kg/m2 définit le surpoids, l’obésité étant définie par un IMC supérieur ou égal à 30 kg/m2.


Indice de masse corporelle (IMC)

L’indice de masse corporelle (IMC) ou indice de Quételet est utilité pour estimer la masse grasse d'une personne. Cet indice est le rapport du poids (exprimé en kg) sur le carré de la taille (exprimée en mètre). Chez l’adulte, l’obésité est définie par un IMC égal ou supérieur à 30 kg/m2 et le surpoids commence à 25 kg/m2. Dans la vie courante, les unités (kg/m2) ne sont pas mentionnées et l'IMC est mesuré par un simple nombre. Un IMC inférieur à 16,5 est synonime de dénutrition alors qu'un IMC supérieur à 40 est associé à une obésité massive. 


Infections à méningocoques

Les infections invasives à méningocoque (IIM) sont des infections transmissibles graves à début brutal. Elles se manifestent sous forme de méningite, de septicémie (la forme la plus sévère étant le purpura fulminans) ou d’autres infections localisées. La bactérie Neisseria meningitidis est classée en 12 sérogroupes, les sérogroupes B, C, W et Y étant les plus fréquents en France. Même si en France l’incidence des IIM est basse (entre 0,7 et 1,6 cas pour 100 000 habitants), la maladie reste une préoccupation de santé publique du fait des taux d’incidence élevés chez les jeunes enfants et de sa létalité (10 % en moyenne). En France, compte tenu de l’épidémiologie des infections invasives à méningocoque du sérogroupe C1, la vaccination avec un vaccin polyosidique conjugué contre les méningocoques C a été introduite dans le calendrier vaccinal en 2010, pour les nourrissons à 12 mois. Une extension de cette vaccination systématique est recommandée jusqu’à 24 ans. 


Infections nosocomiales

D’après une étude de l'Intitut de veille sanitaire de 2012, un patient hospitalisé sur vingt (5%) contracte une infection dans l’établissement où il est soignéUn chiffre à peu près stable depuis 2006. Cela représente environ 750 000 infections par an, qui seraient la cause directe de 4 000 décès en France. La prévalence des patients infectés varie selon le type d’établissement, le type de séjour effectué (0,8% en obstétrique à 23,2% en réanimation),  la durée du séjour et le profil du patient  Les infections sont très fréquemment liées à des interventions invasives : sondage urinaire ou trachéal (ventilation assistée), cathéter veineux, intervention chirurgicale, endoscopie. Les infections urinaires sont les plus nombreuses (30%). Elles sont souvent liées à la pose de sondes urinaires mais sont rarement graves. Viennent ensuite les pneumonies (16,7%) souvent concomitantes à l’intubation et la ventilation assistée, les infections du site opératoire (13,5%) après une intervention chirurgicale, et les bactériémies/septicémies (10,1%) liées à l’introduction de cathéters dans les voies sanguines. Des infections de la peau et les tissus mous ou encore des voies respiratoires supérieures sont également observées.

La  principale source de contamination est le patient lui-même, et non l’environnement hospitalier (matériel, air, eau...) ou le personnel : Le patient est infecté par ses propres germes au cours de certains soins (actes chirurgicaux, sondage urinaire, respiration artificielle...). Les soignants jouent seulement un rôle de vecteur de transmission.  Trois bactéries représentent la moitié des germes isolés dans le cadre d’infections nosocomiales : Escherichia coli (26%), qui vit naturellement dans les intestins de chacun, Staphylococcus aureus (16%), présent dans la muqueuse du nez, de la gorge et sur le périnée d’environ 15 à 30 % des individus et Pseudomonas aeruginosa (8,4%), qui se développe dans les sols et en milieu humide (robinets, tuyauteries...). Dans les autres cas, les germes isolés sont d’autres bactéries comme les streptocoques, des entérobactéries autres que E. coliClostridium difficile ou encore Acinetobacter baumannii. Les champignons/levures, les virus et les parasites sont très rarement incriminés, représentant respectivement 3,7%, 0,4% et 0,2% des micro-organismes identifiés. (source Inserm)


Infections nosocomiales (recours juridique)


Aujourd’hui, 1 patient sur 20 contracte une infection nosocomiale dans l'établissement où il est hospitalisé. Longtemps mal pris en compte par le droit, l’indemnisation des victimes d’infections nosocomiales a été largement améliorée par la Loi Kouchner du 4 mars 2004. Il n’en reste pas moins qu’il n’est pas toujours aisé de faire valoir ses droits en cas d’infection nosocomiale. Quelle procédure engager si l’on est victime d’une infection nosocomiale ? Quelles preuves apporter ? La loi du 4 mars 2004 dite Loi Kouchner a instauré le principe de l’indemnisation des victimes d’accidentsmédicaux par la solidarité nationale pour les actes accomplis postérieurement au 5 septembre 2001. Lorsque les conditions strictement définies par le texte se trouvent satisfaites, l’indemnisation du patient victime sera supportée par l’Office National d’Indemnisation des Accidents Médicaux (ONIAM)1.

Afin d’espérer une indemnisation, voici quelques conseils :

  • -  Obtenir la copie intégrale de son dossier médical. "Cela comprend les comptes rendus

    d’hospitalisation, opératoires, d’examens, ainsi que l’ensemble des fiches de suivi. C’est très important car c’est par rapport aux prélèvements biologiques, ou encore par rapport à la courbe de températureque l’on va pouvoir fixer une date de contamination." Précise Me Julé-Parade.

  • -  Se rapprocher d’une association ou d’un avocat spécialisé dans la défense des victimes d’erreurs médicales qui pourra aider le patient à s’orienter dans ses démarches. "Il faut ensuite tenter d’obtenir réparation : cela va passer par une expertise. Un expert va devoir se prononcer sur la date et l’origine de l’infection nosocomiale, ainsi que sur ses conséquences. À partir de tous ces éléments, va s’imposer au centre de soins une obligation indemnitaire ou non."

  • -  Se constituer un dossier complet en gardant tous les justificatifs. En effet, au nom du principe de la réparation intégrale, le responsable du préjudice doit indemniser tout le dommage et uniquement ledommage, sans qu’il n’en résulte ni appauvrissement, ni enrichissement de la victime. Or, insiste MeJulé-Parade, "les gens ne pensent pas toujours à garder tous les justificatifs des frais de santé diversqu’ils ont engagés suite à l’infection : des soins extérieurs à l’hôpital qui n’ont pas été pris totalement en charge, mais aussi les frais de déplacement, les arrêts de travail... D’où l’importance de conservertous ces justificatifs."

  • -  Demeurer vigilant sur les termes de l’expertise quant aux conclusions, ainsi qu’au montant proposé par l’assureur, l’hôpital ou l’ONIAM est bien conforme à ce que la jurisprudence alloue. (Source : Cabinet Julé-Parade) 


Infections sexuellement transmissibles (IST)

Les infections sexuellement transmissibles (IST) bactériennes constituent un problème de santé publique du fait de leur grande fréquence, de leur transmissibilité, de leurs complications, de leurs séquelles (infertilité...) et parce qu’elles sont aussi des cofacteurs de transmission du VIH. Les données de surveillance montrent que les IST continuent de progresser en France métropolitaine depuis la recrudescence de la gonococcie en 1998, la résurgence de la syphilis précoce en 2000 et l’émergence de la lymphogranulomatose vénérienne (LGV) rectale en 2003. Cette progression est très marquée pour la gonococcie et la syphilis précoce chez les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes (HSH). Elle traduit une augmentation des comportements sexuels à risque dans cette population (rapports non protégés, y compris oraux-génitaux), observée dans les études comportementales depuis plusieurs années. Ces prises de risque sont plus fréquentes chez les HSH séropositifs pour le VIH. Entre 2012 et 2014, le nombre de syphilis diagnostiquées a augmenté, particulièrement chez les HSH (environ + 50 %). Cette augmentation est d’environ 60 % en Île-de-France et de 40 % dans les autres régions métropolitaines. Une augmentation du nombre de cas diagnostiqués est également observée chez les hétérosexuels, malgré un nombre encore faible de cas. Environ 40 % des HSH diagnostiqués pour une syphilis en 2014 sont séropositifs pour le VIH. Les patients diagnostiqués en Île-de- France représentent près de 30 % des cas de syphilis déclarés en 2014.


Infertilité

L’infertilité est un problème mondial de santé dont la prévalence est en forte augmentation depuis 20 ans. Aujourd’hui, on estime que 80 millions de couples, à travers le monde, sont concernés par des problèmes d’infertilité. Selon l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) l'infertilité est définie par l'incapacité à concevoir un enfant après un an de rapports sexuels non protégés. En pratique, les cliniciens réduisent cete durée à 6 mois, lorsque la femme a plus de 35 ans. En France, ce problème concerne 1 couple sur 7. La progression de l’infertilité est liée aux évolutions sociétales comme  le recul de l'âge de la parentalité, certains  facteurs environnementaux comme la pollution, les perturbateurs endocriniens et l’obésité 

 

 



Insuffisance cardiaque

L’insuffisance cardiaque est une maladie chronique émaillée de complications aigues.Elle se définit par un état physiopathologique au cours duquel le cœur a des difficultés à assurer un débit sanguin suffisant pour répondre aux besoins métaboliques des différents organes vitaux de l'organisme. Lorsque le cœur dysfonctionne, la pression du sang augmente en amont du cœur, c’est-à-dire au niveau des poumons expliquant l’essoufflement, puis au niveau du foie et du système veineux expliquant les œdèmes et la prise de poids. En aval du cœur, la diminution du débit sanguin atteint le rein qui va éliminer moins de sel et d’eau, aggravant les œdèmes et atteint les muscles expliquant la fatigue ressentie à l’effort.

Les principales causes de l’insuffisance cardiaque sont l’infarctus du myocarde, l’hypertension artérielle, le diabète et les troubles du rythme cardiaque (essentiellement représentés par la fibrillation auriculaire). Chez les patients plus jeunes les dysfonctions cardiaques sont plutôt dues à des cardiomyopathies génétiques, à des myocardites d’origine infectieuse, à des atteintes toxiques, en particulier par une consommation excessive d’alcool ou à des cardiomyopathies infiltratives. Les facteurs comportementaux tels que le tabagisme, le manque d’activité physique, l’excès de poids et la consommation excessive d’alcool font le terrain de l’insuffisance cardiaque.

Quatre symptômes constituent les signes d'appel d'une insuffisance cardiaque (il est possible de présenter un seul de ces symptômes ou plusieurs de ces signes de façon concomitante) :L’essoufflement à l'effort et/ou en position allongée (E), l prise de poids importante en quelques jours (P), l'’œdème, des membres inférieurs avec les jambes et les pieds gonflés (O), une fatigue importante, y compris pour un petit effort, qui entraine une baisse de l’activité avec aggravation de la perte musculaire (F). 


Insuffisance rénale chronique

La maladie rénale chronique (MRC) est définie par la présence, pendant plus de 3 mois, de marqueurs d’atteinte rénale et/ou d’une baisse du débit de filtration glomérulaire (DFG) inférieur à 60 ml/min/1,73 m2. Le stade 5 correspondant à un DFG < 15 ml/min/1,73 m2, défini l’insuffisance rénale chronique terminale (IRCT). À l’inverse des autres pays européens, on observe une augmentation de l’incidence de l’IRCT en France depuis 2011. Cette augmentation  pourrait s’expliquer par le vieillissement de la population, une amélioration de l’offre de soins et un élargissement des indications de traitement de suppléance. Par rapport à la dialyse, la transplantation rénale donne de meilleurs résultats en termes de durée et de qualité de vie pour un moindre coût. Cependant, l’accès à la liste nationale d’attente reste encore limité pour certains malades (notamment les sujets âgés). Malgré les efforts déployés en faveur du don d’organes et du prélèvement, les besoins de santé des populations dépassent largement les possibilités de greffe, en France comme dans tous les pays du monde. Dans un tel contexte, la sélection des malades en vue d’une greffe rénale est un processus délicat et sensible, qui inclut l’évaluation des indications et des contreindications, l’inscription en liste d’attente et le système d’attribution des greffons. En 2014, 10 799 personnes ont commencé un traitement de suppléance pour insuffisance rénale chronique terminale (IRCT) en France. Le taux d’incidence annuel la maladie  est estimé à 162 cas par million d’habitants. 


IVG

En 2015, 218 100 interruptions volontaires de grossesse (IVG) ont été réalisées en France, dont 216 798 concernent des femmes résidentes en France, soit un taux de recours de 14,9 IVG pour 1 000 femmes. Si le taux global est stable depuis quelques années, il a en revanche évolué différemment selon les âges, avec en particulier une petite baisse chez les moins de 20 ans depuis 2010. Les femmes de 20 à 24 ans demeurent les plus concernées par l’IVG, avec un recours moyen de 27 femmes pour 1 000. Les IVG chez les mineures représentent 9 700 femmes en 2015. Au niveau régional, les taux de recours des femmes selon leur région de domicile varient de 11 IVG pour 1 000 femmes en Pays de la Loire ou Bretagne, jusqu’à plus de 17 en Île-de-France et dans le Sud de la France. Les départements et régions d’outre-mer présentent également des taux très élevés, de 20,5 IVG pour 1 000 femmes à La Réunion à 33,9 en Guadeloupe. 


L


Lèpre

Elle est connue depuis l'Antiquité en Chine, en Egypte et en Inde.

La maladie était autrefois très redoutée et les lépreux étaient mis à l'écart de la société, alors qu'elle évolue très lentement et est peu contagieuse. La bactérie responsable de la maladie, Mycobacterium leprae, a été découverte par le biologiste norvégien Gerhard Hansen en 1873. La lèpre touche principalement les nerfs périphériques la peau et les muqueuses. Longtemps incurable, la maladie est aujourd'hui correctement traitée par une association de trois médicaments (dapsone, rifampicine, clofazimine). Cette trithérapie poursuivie pendant 6 à 12 mois conduit à la guérison. Environ 200.000 nouveaux cas de lèpre sont détectés tous les ans et il reste encore 200.000 lépreux dans le monde essentiellement au Brésil, en Inde et en Indonésie. L'organisation mondiale de la santé (OMS) a mis en place un programme visant l'éradication complète de la maladie.


Légionelles

Legionella pneumophilia fut découverte en 1977 à la suite d'une épidémie de pneumopathies qui affecta des légionnaires vétérans américains réunis dans le même hôtel, le Bellevue-Stratford de Philadelphie. Sur les 4 400 participants, 182 tombèrent griévement malades et 23 décédèrent. L'infection s'était propagée par le système de climatisation de l'hôtel où logeaient les participants. Plusieurs autres épidémies (à Pari et à Lens) dues des légionelles apparentées ont été ensuité été décrites. Les légionelles sont présentes dans l'eau et colonisent facilement les installations d'eau chaude et les systèmes de climatisation. Il est maintenant bien démontré que ces bactéries peuvent résidet et se multiplier dans les amibes. Certaines amibes comme Hartmanella vermiformis vivant dans les poumons pourraient abriter des légionelles. Le taux de mortalité des patients atteints est rélativement élevé (10 à 15%) malgré les traitements encore possible par antibiothérapie. (source Pascale Cossart) 


Listériose

La Listeria est une bactérie très opportuniste qui se propage uniquement par voie alimentaire.

Après un séjour dans l'intestin, elle est capable de traverser la barrière intestinale et de gagner ses organes cibles : placenta et cerveau. Les nouveaux nés peuvent ainsi être contaminés au moment de la naissance. La Listeria a été découverte en 1926 en Angleterre par E.G. Murray, à l'occasion d'une épidémie touchant des élevages dans une animalerie à Cambridge. Très étudiée depuis une trentaine d'années, cette bactérie est devenue un des modèles les mieux documentés chez les biologistes et infectiologues. Elle pénètre dans les cellules épithéliales humaines et est capable de franchir les barrières naturelles de l'organisme: barrière intestinale, hémato-encéphalique et foeto-placentaire. Sa virulence est due à sa capacité à résister aux cellules macrophages du système immunitaire. Les Listeria sont encore très sensibles aux antibiotiques actuellement disponibles.

Le problème majeur des listérioses reste le diagnostic précoce afin d'éviter les complications neurologiques notamment en cas de méningite. La listériose demeure également un problème vétérinaire majeur affectant essentiellement les bovins et les moutons.


Lymphocytes T

Les lymphocytes T sont des cellules du système immunitaire adaptatif chargés de lutter contre les agents pathogènes qui tente d'envahir l'organisme.

Ils descendent de précurseurs produits dans la moelle osseuse et migrent ensuite dans le thymus ouù ils terminent leur maturation (d'où le suffixe T). Devenus matures, ils migrent vers les organes lymphoïdes périphérique (rate et ganglions lymphatiques) où ils sont activés. L'activation se déroule par contact avec les cellules dendritiques porteuses d'un antigène inconnu. Les cellules T se différencient en plusieurs types (Th1, Th2 ... ) ou Treg. Ces derniers ont la charge de moduler la réponse immunitaire. Il empêchent ainsi l'activation, si l'antigène présenté provient de son propre organisme. Les lymphocytes Th17 sont chargés de détruire les bactéries ou les champignons extracellulaires qui tentent de parasiter l'organisme. Ils stimulent des cellules spécifiques (neutrophiles). Les Th1 chassent les pathogènes intracellulaires (virus, bactéries...) et activent les macrophages qui detruisent les cellules infectées. Les Th2 nous protègent contre les parasites extracellulaires. En cas de dérèglement ces lymphocytes activés sont parfois responsables de maladies auto-immunes. 


Lymphome de Hodgkin

Le lymphome de Hodgkin est une prolifération tumorale de cellules lymphoïdes dans un ou plusieurs organes lymphoïdes, avec parfois extension dans des sites extra-ganglionnaires. Il se différencie des lymphomes non hodgkiniens (LNH) par la présence de grandes cellules tumorales caractéristiques sur le plan morphologique et immunologique : les cellules de Reed-Sternberg, une présentation clinique plus fréquemment localisée et un pronostic globalement meilleur. En 2011, environ 1 840 nouveaux cas de lymphome de Hodgkin ont été diagnostiqués en France, soit 0,5 % de l’ensemble des cancers. Son incidence reste globalement stable. Il existe deux pics d’incidence : un premier chez l’adulte jeune (20-30 ans) et un second chez le sujet âgé de plus de 60 ans. Le lymphome de Hodgkin est un cancer de bon pronostic. Avec un taux de survie relative à 5 ans de 84 % toutes formes confondues, il s’agit de l’un des cancers les plus curables et  présentant le meilleur pronostic sur le long terme. En France, il a entraîné le décès d'un peu moins de 300 patients en 2011, soit 0,2 % des décès par cancer.


M


Maladie d'Alzheimer

Il y a actuellement environ 900 000 personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer en France. Au cours de l'évolution de la pathologie, des protéines s'accumulent dans le cerveau et forment des plaques et des agrégats. Les connexions entre les cellules nerveuses sont perdues et à terme ces neurones meurent. Il n'existe  aucun traitement à l'heure actuelle pour ralentir la progression de la maladie et ses causes complexes ne sont toujours pas élucidées. L'influence de la génétique dans les formes précoces est bien connue, mais les formes tardives possèdent également une composante génétique. Certaines régions de l'ADN, près d'une trentaine, ont déjà été identifiées, mais d'autres variants, rares, contribuent également au risque de développer la maladie. Plus de 60% des personnes atteints de démence sont touchées par  la maladie d'Alzheimer


Maladie de Charcot

La sclérose Latérale Amyotrophique, plus communément appelée Maladie de Charcot touche 5000 à 6000 personnes en France, environ 50000 personnes en Europe et aux Etats-Unis. Elle est caractérisée par une perte de poids, une fonte musculaire, un déficit moteur progressif (une paralysie musculaire qui touche progressivement les mains, les membres supérieurs, les membres inférieurs) et des troubles de la coordination. Elle atteint également la faculté de parler et de respirer et entraine un syndrome dépressif. Le malade se trouve au bout de 2, 5 ans rarement 10, et exceptionnellement 20 ans selon l’évolution, très handicapé, totalement dépendant, tout en conservant ses facultés cognitives dans la majorité des cas, ce qui est très difficile pour lui et pour son entourage. À un stade avancé, il perd peu à peu ses capacités à s’alimenter et a besoin d’une assistance respiratoire. C’est une maladie très lourde à prendre en charge physiquement et psychiquement. Elle touche principalement les hommes entre 40 et 50 ans, souvent très actifs, avec une activité physique importante.


Maladie de Huntington

C'est la répétition excessive d'une séquence génétique composée de trois nucléotides (C,A et G) dans le gène HD qui est la cause de cette maladie neurodégénérative qui apparait en général entre 30 et 50 ans.

En fait, tous les humains sont porteurs du gène HD (pour Huntington Disease) qui joue un rôle important dans le développement prénatal du système nerveux. Chez les personnes qui ne développent pas la maladie, le triplet est répété entre 9 et 35 fois. Quand les répétitions dépassent ce seuil la maladie se développe de manière inéluctable. Un seule copie du gène HD suffit pour déclencher la maladie et environ 5 à 7 personnes sur 100 000 sont concernées. La maladie reste pendant très longtemps sous une forme asymtomatique. Elle débute par des troubles de l'humeur puis s'aggrave en prenant la forme de mouvements incontrôlés et d'une démarche hésitante et saccadée. Ces symptômes sont la conséquence de la disparition de neurones dans le cortex cérébral et le striatum, sous l'effet d'une protéine toxique (la huntingtine). Les recherches actuelles visent précisément à comprendre comment se produit cette mort neuronale. Le gène HD est présent dans de nombreuses espèces y compris des organismes unicellulaires comme les amibes. Il joue un rôle majeur dans le développement embryonnaire au stade de la gastrulation. Ultérieurement, ce gène régule la formation et la migration de néo-neurones.


Maladie de Parkinson

La maladie de Parkinson (MP) est une affection chronique, lentement évolutive, définie par la présence de symptômes moteurs (tremblement de repos, lenteur et difficulté de mouvement ou bradykinésie, rigidité musculaire, troubles de l’équilibre) associés à des symptômes non-moteurs variables (tels que constipation, fatigue, dépression et anxiété, troubles du sommeil, troubles de l’odorat, troubles cogniti). Le traitement de la MP est symptomatique et repose principalement sur la levodopa et les agonistes dopaminergiques. L’indication à un traitement chirurgical par stimulation cérébrale profonde reste limitée à des cas particuliers vérifiant des critères stricts. Malgré un traitement bien conduit, la maladie évolue progressivement vers une aggravation des symptômes aussi bien moteurs que non moteurs entrainant une diminution de la qualité de vie et de l’espérance de vie, et un risque accru de complications comme les chutes ou la survenue d’une démence. Les patients parkinsoniens ont un risque de décès environ 1,5 fois plus important que des sujets d’âge et de sexe comparables.Comme pour les autres maladies neurodégénératives, l’étiologie de la MP est encore mal connue, même si de nombreux facteurs de risque, à la fois génétiques et environnementaux, ont été identifiés ou sont suspectés. L'âge représente le principal facteur de risque de la maladie. Rare avant l’âge de 50 ans, sa fréquence augmente ensuite fortement avec le vieillissement. L’âge moyen au diagnostic se situe autour de 75-80 ans.


Maladie de Sanfilippo

Le syndrome de Sanfilippo est une maladie génétique rare, qui touche environ un enfant sur 100 000. Elle affecte le développement du cerveau après la naissance et entraine quelques années plus tard, sa dégénérescence. Les premiers symptômes de la maladie – hyperactivité, déficit intellectuel progressif – se manifestent vers l’âge de deux ans. L’anomalie génétique empêche la production d’une enzyme nécessaire à la dégradation des mucopolysaccharides, des molécules qui aident les neurones à développer des connexions efficaces chez le jeune enfant lors des apprentissages, et dont l’accumulation est progressivement toxique pour les cellules du cerveau.  Cette maladie conduit, en 5 à 10 ans, à un état de polyhandicap et à un décès prématuré. Le défi à relever pour espérer traiter la maladie de Sanfilippo consiste à concevoir une méthode permettant de fournir l’enzyme manquante dans le cerveau, le plus tôt possible après la naissance. 


Maladies inflammatoires chroniques de l'Intestin (MICI)

Les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (ou MICI) regroupent la maladie de Crohn et la rectocolite hémorragique. Toutes deux se caractérisent par une inflammation de la paroi d’une partie du tube digestif. Dans la maladie de Crohn, cette inflammation peut être localisée à tous les niveaux du système digestif, de la bouche à l’anus, même si c’est au niveau de l’intestin qu’on la retrouve le plus souvent. Dans la rectocolite hémorragique, elle est localisée au niveau du rectum et du côlon.  Ces maladies évoluent par poussées inflammatoires de durée et de fréquence extrêmement variables selon les patients.  Ces poussées alternent avec des phases de rémission.

Les MICI sont le plus souvent diagnostiquées chez des sujets jeunes, âgés de 20 à 30 ans. Toutefois, elles peuvent survenir à tout âge et 15% des cas concernent des enfants. Si leur fréquence varie considérablement d'un pays à l'autre, les taux les plus importants sont retrouvés dans les pays industrialisés, notamment en Europe du Nord-Ouest et aux Etats-Unis. En France, où la prévalence est stable ces dernières années, environ 5 nouveaux cas de maladie de Crohn et autant de rectocolites hémorragiques sont diagnostiqués chaque année pour 100 000 habitants. La prévalence augmente en revanche de façon exponentielle dans les pays en cours d’industrialisation (pays du Maghreb, Asie, Afrique du Sud...). Lors des poussées inflammatoires, les MICI se caractérisent le plus souvent par : des douleurs abdominales, des diarrhées fréquentes, parfois sanglantes, ou encore une atteinte de la région anale (fissure, abcès). Ces symptômes font peser sur la maladie un certain tabou. Ils s’accompagnent souvent de fatigue, d’anorexie et de fièvre, voire de manifestations extra-intestinales (articulaires, cutanées, oculaires, hépatiques).

Chez environ 20% des patients, les crises sont sévères : leur intensité peut imposer l'hospitalisation, l'arrêt de l'alimentation et un traitement par perfusion pendant quelques jours. En outre, l’évolution de la maladie peut entraîner le rétrécissement du segment intestinal atteint, puis une occlusion ou encore un abcès. Celui-ci peut conduire à la formation d’une fistule, c'est-à-dire à l’ouverture d’une voie de communication anormale partant de l'intestin vers un autre organe.  (Source Inserm)


Maladies mentales

Selon l’OMS, cinq des dix pathologies les plus préoccupantes au XXIe siècle dans le monde relèvent des troubles mentaux : schizophrénie, troubles bipolaires, addictions, dépression et troubles obsessionnels compulsifs.

Elles sont responsables de la majeure partie de la mortalité par suicide, d’incapacités et de handicaps lourds ainsi que d’une qualité de vie détériorée pour les personnes atteintes. En France, en 2014 environ 350 000 patients ont été hospitalisés dans un établissement psychiatrique public ou privé et/ou suivis en ambulatoire dans le secteur public pour troubles dépressifs, ce qui représente 17 % de l’ensemble des patients pris en charge dans ces établissements et correspond à un taux de recours de 5,3 pour 1 000 habitants. Le recours des femmes est 1,7 fois plus important que celui des hommes. Pour cette même année, 216 000 personnes, soit 3,4 personnes pour 1 000 habitants ont été identi ées comme souffrant de troubles bipolaires et ayant eu recours au système de soins. Le taux de prise en charge est en moyenne 1,6 fois plus élevé chez les femmes.

Concernant les troubles psychotiques, ce sont 7,4 personnes pour 1 000 habitants qui ont été prises en charge en 2014 (pour schizophrénie pour la moitié d’entre elles). Ce recours pour troubles psychotiques est, tous âges confondus, plus fréquent de 30 % chez les hommes par rapport aux femmes, et de 80 % pour la schizophrénie. Alors que la mortalité par suicide est 3 fois plus élevée chez les hommes, les tentatives de suicide concernent plus les femmes que les hommes, qu’on les estime via des enquêtes déclaratives en population générale ou des données d’hospitalisation. Le taux d’hospitalisation pour tentative de suicide est de 159 pour 100 000 habitants en 2014. Les adolescentes de 15 à 19 ans représentent le groupe le plus concerné par ces tentatives.


Maladies neurodégénératives

Compte tenu du vieillissement de la population française, le nombre de personnes souffrant de pathologies neurodégénératives est en augmentation constante. En 2014, on estime à 770 000 le nombre de personnes de 40 ans et plus souffrant de maladie d’Alzheimer et les autres démences  (MAAD) et prises en charge par le système de soins, soit un taux de prévalence de 22 pour 1 000 habitants de cette tranche d’âge, variant de 2 ‰ chez les patients jeunes (40-64 ans) à 60 ‰ chez les 65 ans et plus.  Au total, on estime  à environ 1 200 000 le nombre de personnes souffrant de MAAD en 2014 en France. La maladie de Parkinson est, après la maladie d’Alzheimer, la deuxième maladie neurodégénérative la plus fré- quente. En France, à la fin  2012, environ 160 000 personnes étaient traitées pour maladie de Parkinson, soit une prévalence de 2,45 pour 1 000 habitants. Les hommes sont touchés par la maladie environ 1,5 fois plus souvent que les femmes. 


Maladies professionnelles

Le régime général et le régime agricole ont reconnu en 2012 plus de 56100 nouveaux cas de maladies professionnelles.

Les troubles musculo-squelettiques (TMS) et les affections causées par l’amiante représentent la grande majorité de ces pathologies (respectivement 86,5 % et 8,1 %) ; les surdités, les rhinites et les dermatoses constituent les autres types de maladies professionnelles fréquemment reconnues depuis 2005. Il existe de nombreuses autres maladies, moins fréquentes, comme celles liées à l’exposition au benzène, aux amines aromatiques, à la houille ou à l’inhalation de poussières minérales (renfermant de la silice cristalline) ou de poussière de bois. En 2012, 3 % des maladies professionnelles reconnues sont des cancers, pour la plupart (84 %) causés par une affection liée à l’amiante.


Maladies rares

Une maladie est dite rare lorsqu’elle concerne un nombre restreint de personnes (une personne sur 2 000 étant le seuil admis en Europe). On compte actuellement plus de 6 000 maladies rares qui affecteraient environ 3 millions de personnes en France.
Les maladies rares sont souvent des maladies chroniques et invalidantes, source de handicap.

Orphanet est le portail des maladies rares et des médicaments orphelins.

Orphanet est une ressource unique, rassemblant et améliorant la connaissance sur les maladies rares, afin de faciliter et perfectionner le diagnostic, le soin et le traitement des patients atteints de maladies rares. L'objectif d’Orphanet est de fournir des informations de haute qualité sur les maladies rares et de permettre le même accès à la connaissance pour toutes les parties prenantes. Orphanet développe également la nomenclature d’Orphanet sur les maladies rares (Numéro ORPHA), essentielle à l’amélioration de la visibilité des maladies rares dans les systèmes d’information de santé et de recherche.

Orphanet a été créé en France par l’INSERM (Institut national de la santé et de la recherche médicale) en 1997. Cette initiative est devenue un effort européen à partir de l'an 2000, financée par des contrats de la Commission européenne : Orphanet s'est progressivement transformé en un Consortium de 40 pays, répartis en Europe et à travers le monde.


Malakoff Médéric


Malakoff Médéric est un acteur majeur de la protection sociale complémentaire, qui exerce deux métiers (chiffres au 31 décembre 2016) :
• l’assurance de personnes (santé, prévoyance, épargne retraite), avec 3,8 Mds€ de chiffre d’affaires récurrent, 4,9 Mds€ de fonds propres et une marge de solvabilité supérieure à 2 fois l’exigence réglementaire Solvabilité 2. Malakoff Médéric assure la santé et la prévoyance de 212 000 entreprises, et couvre 4,8 millions de personnes au titre d’un contrat collectif et 1,8 million au titre d’un contrat individuel.
• la gestion de la retraite complémentaire avec 10,8 Mds€ de cotisations encaissées et 16,5 Mds€ de prestations versées, une mission d’intérêt général menée pour le compte de l’Agirc-Arrco auprès de 207 000 entreprises, 2,8 millions de salariés cotisants et 2,9 millions de retraités.
Le Groupe étant paritaire, mutualiste et à but non lucratif, sa gouvernance garantit la prise en compte et la défense des intérêts des entreprises et des salariés.
L’action sociale de Malakoff Médéric consacre 77 millions d’euros à l’accompagnement de plus de 100 000 personnes en situation de fragilité sociale et à l’émergence de projets innovants dans différents domaines : le retour à l’emploi, l’amélioration de la qualité de vie des personnes atteintes d’un cancer, l’intégration des personnes en situation de handicap, l’accompagnement des aidants familiaux, et le bien-vieillir. Le Groupe met à disposition des aidants familiaux son réseau de 200 experts pour les aider à trouver des solutions adaptées à leurs besoins, ainsi que des outils d’information grand public tels que le sitedesaidants.fr
www.malakoffmederic.com


Médecine libérale (revenus)

En 2014, les médecins libéraux ont perçu en moyenne un revenu d’activité de 112 000 euros, nettement plus élevé pour les spécialistes (141 000 euros) que pour les omnipraticiens (86 000 euros). Entre spécialités, des écarts de revenus moyens importants existent, et cette hiérarchie perdure. Entre 2011 et 2014, les revenus des médecins ont progressé en moyenne de 0,3 % par an, mais ceux des spécialistes installés en secteur 2 ont diminué dans la même proportion. Le changement de régime fiscal des dividendes a en effet entraîné une baisse de la rémunération des médecins de secteur 2 installés en société d’exercice libéral, particulièrement marquée pour les 1 % les mieux rémunérés.

Depuis 2005, les revenus des omnipraticiens ont progressé en moyenne de 0,6 % par an, ceux des spécialistes de 1,0 %, en secteur 1 comme en secteur 2. La proportion croissante de spécialistes exerçant en secteur 2, où les revenus sont plus élevés, peut à elle seule générer une nette hausse de leurs revenus. La composante libérale du revenu d’activité a progressé en 2015. Cette croissance a été plus forte que les années précédentes, particulièrement pour les spécialistes (+3,4 % en un an) et notamment les radiologues (+5,0 %). (Source Drees) 


Médicament générique

Médicament ayant la même composition qualitative et quantitative en principes actifs, la même forme pharmaceutique que la spécialité de référence (princeps) et ayant démontré la bioéquivalence avec cette dernière, c’est-à-dire la même biodisponibilité (même vitesse et même intensité de l’absorption) dans l’organisme et en conséquence la même efficacité. Sa commercialisation est possible dès que le brevet du princeps tombe dans le domaine public (20 ans) 


Médicaments (consommation)

La consommation de médicaments en France a  atteint e en 2015 un total de 38,3 milliards d’euros TTC, dont 34,0 milliards en ville et environ 4,3 milliards à l’hôpital. Les médicaments rétrocédés, c’est-à-dire ceux délivrés par les pharmacies hospitalières pour des patients non hospitalisés, sont comptabilisés avec la consommation en ville. Alors que les médicaments rétrocédés sont remboursés à 100 % par l’assurance maladie, les médicaments délivrés en officine ne donnent pas nécessairement lieu à un remboursement. Les médicaments non remboursables restent intégralement à la charge des ménages et des organismes complémentaires, de même que les médicaments remboursables acquis sans prescription d’un professionnel de santé. Enfin, les médicaments non présentés au remboursement ne peuvent pas, par définition, être remboursés. L’ensemble de ces dépenses no remboursables s’élève à 4,8 milliards d’euros en 2015 . 


Mélanome

Le mélanome représente entre 2 et 3 % de l’ensemble des cancers, et 10 % des cancers de la peau, mais son incidence a doublé tous les 10 ans au cours des dernières décennies. Il a ainsi touché plus de 11 000 patients en France en 2012. En cause, l’exposition excessive au soleil, notamment dans l’enfance, des peaux les plus blanches. Le mélanome est particulièrement redoutable puisqu’il peut être fatal dans un cas sur dix environ, notamment s’il est diagnostiqué tardivement, à un stade métastatique. Jusqu’au début des années 2010, il n’existait aucun traitement efficace contre ces formes avancées. L’immunothérapie est venue changer la donne. Aujourd’hui, les médicaments anti-PD1 sont l’une des branches majeures de cette stratégie qui consiste à aider les défenses du patient à combattre le cancer.


Mémoire à long terme

La mémoire à long terme du cerveau humain conserve des informations de façon durable. Elle se compose de quatre formes de mémoires spécifiques. La mémoire sémantique stocke les connaissances générales acquises sur soi même et sur le monde extérieur. Elle comprend également les éléments qui se rapportent au langage. La mémoire perceptive s'adresse aux objets (formes, texture, odeur). Elle fonctionne souvent de façon automatique. La mémoire procédurale stocke les gestes et les actions répétitives (comme la conduite d'une automobile). La mémoire épisodique contient les événements vécus dans leur contexte personnel (émotiions, lieux). Elle donne la sensation de revivre une scène dans son contexte et son environnement. 


MICI

MICI, acronyme pour deux maladies inflammatoires chroniques de l’intestin sérieuses et taboues qui regroupent la maladie de Crohn et la rectocolite hémorragique. En France, les MICI représentent plus de 210 000 malades.

L'afa Crohn RCH France est aujourd’hui l’unique organisation française, reconnue d’utilité publique, à se consacrer aux Maladies Inflammatoires Chroniques de l’Intestin (MICI). Depuis sa création en 1982, l’association s’est donné plusieurs missions pour mieux comprendre et traiter les MICI avec l’espoir de les guérir un jour. Elle soutient et informe les malades et leur famille au quotidien et finance la Recherche. Pour en savoir plus www.afa.asso.fr 

Les MICI (maladies inflammatoires chroniques de l’intestin) regroupent la maladie de Crohn et la recto-colite hémorragique, deux maladies qui se caractérisent par l’inflammation de la paroi d’une partie du tube digestif, liée à une hyperactivité du système immunitaire digestif.

En France on estime que plus de 250 000 personnes sont atteintes d'une MICI et 3 millions en Europe.

 

Dans la maladie de Crohn, l'inflammation peut être localisée dans tout le tube digestif, de la bouche à l’anus (le plus souvent au niveau de l’intestin) tandis que dans la rectocolite hémorragique, elle est localisée au niveau du rectum et du côlon. Ces maladies évoluent par poussées inflammatoires de durée et de fréquence extrêmement variables en fonction des patients, alternant avec des phases de rémission.
Les MICI sont le plus souvent diagnostiquées chez des sujets jeunes âgés de 20 à 30 ans mais peuvent survenir à tout âge ; 20 % des cas concernent des enfants.
ll n’existe pas de traitement curatif des MICI, mais les médicaments actuels permettent la plupart du temps un contrôle durable de la maladie et une qualité de vie satisfaisante en dehors des poussées.

Mortalité

En 2015, environ 600 000 personnes sont décédées en France, dont 587 000 en France métropolitaine, atteignant le plus haut niveau depuis l’après-guerre. Le nombre de décès augmente de 41 000 (+ 7,3 %) par rapport à 2014, après deux années de recul. Le taux de mortalité atteint 9,0 pour 1 000 en France et 9,1 pour 1 000 en France métropolitaine. Le niveau annuel des décès résulte de la taille des générations décrite par la pyramide des âges et de la mortalité à chaque âge, mais aussi de facteurs plus conjoncturels tels que les conditions climatiques et épidémiologiques de l’année. Le taux brut de mortalité, qui suivait une tendance décroissante jusqu’en 2008 et qui était globalement stable jusqu’en 2014, est reparti à la hausse en 2015. Le taux de mortalité à chaque âge, quant à lui, baisse régulièrement au fil des ans. En 2015, l’augmentation du nombre de personnes âgées de 65 ans et plus n’a pas été compensée, comme les années précédentes, par une baisse des taux de mortalité par âge. Ceux-ci se sont accrus, en particulier aux âges élevés. 


Mortalité infantile

Le taux de mortalité infantile en France a diminué, passant de 4,2 pour 1 000 naissances vivantes en 2002 à 3,7 pour 1 000 en 2010. Il est stable depuis 2010 : 3,5 en 2014. Du début des années 1980 au milieu des années 1990, cette baisse était principalement liée au recul de la mortalité néonatale. Mais, depuis, la mortalité néonatale s’est stabilisée et la baisse la plus importante concerne la mortalité post-néonatale (enfants décédés entre le 28e jour et un an). Le niveau de la mortalité infantile française est proche de celui de l’Union européenne (3,7 pour 1 000 en 2014). Les taux les plus faibles sont  recensés à Chypre, en Slovénie, en Finlande, en Suède et en République tchèque, avec des taux inférieurs à 2,5 pour 1 000. La situation demeure très défavorable en Bulgarie et en Roumanie. Au sein même de la Métropole française, les disparités sont peu marquées entre les nouvelles régions, de 2,8 pour 1 000 en Corse à 3,7 pour 1 000 en Île-de-France en moyenne sur les trois dernières années. Dans les départements et régions d’outre-mer, les taux demeurent bien plus élevés, de 6,6 pour 1 000 en Martinique à 8,8 pour 1 000 en Guadeloupe. 


Mortalité infantile

La mortalité infantile correspond au nombre d’enfants qui meurent durant la première année de leur vie. Elle s'exprime par un taux pour 1 000 naissances vivantes pour l’année considérée. Cet indicateur classique de la santé des populations est largement utilisé dans les comparaisons internationales. Il mesure la santé infantile et reflète l’état de santé d’une population, l’efficacité des soins préventifs, l’attention accordée à la santé de la mère et de l’enfant et la qualité du système de santé. Cet indicateur rend également compte de facteurs sociaux tels que le niveau de scolarité des mères ou leur situation socio-économique. La mortalité infantile a considérablement diminué au cours des cinquante dernières années. Mais, tandis qu’elle continue de baisser dans bon nombre de pays européens, elle reste globalement stable depuis quatre ans en France et repart même un peu à la hausse en 2015. Le niveau de la mortalité infantile française est proche de celui de la moyenne de l’Union européenne (3,7 pour 1 000 en 2014). Les taux les plus faibles sont recensés à Chypre, en Slovénie, en Finlande, en Suède et en République tchèque, (moins de 2,5 pour 1 000). La situation demeure très défavorable en Bulgarie et en Roumanie. La France se situe au 15eme rang. 


Mucoviscidose

La mucoviscidose est une maladie génétique rare et mortelle qui touche principalement les voies respiratoires et le système digestif.

Toujours conjointement transmise par le père et la mère, elle est causée par l’absence ou le dysfonctionnement de la protéine CFTR responsable de la régulation de l’équilibre en eau et sel des cellules. Cet équilibre contribue à maintenir une couche fluide de mucus à la surface des tissus épithéliaux, qui les protège de l’infection. Lorsque la protéine ne fonctionne pas correctement ou est absente, du mucus épais, anormalement visqueux, s’accumule et devient le siège d’une infection chronique des poumons et la cause de leur dégradation progressive. Ce mucus, que chacun d’entre nous produit, est normalement une substance qui humidifie les canaux de certains de nos organes. Dans le cas de la mucoviscidose, celui-ci s’épaissit et se fixe sur les bronches et le pancréas provoquant ainsi des infections pulmonaires et des troubles digestifs. D’un patient à l’autre, une grande diversité d’expressions cliniques existe, tant pour l’âge d’apparition des premiers symptômes que pour la sévérité de l’évolution. Si l’atteinte respiratoire est présente chez la majorité des malades les symptômes peuvent être retardés. De même, l’atteinte pancréatique peut apparaître secondairement et n’est pas systématique.

En France, 2 millions de personnes sont, sans le savoir, porteuses saines du gène de la mucoviscidose et plus de 7000 patients sont recensés. En période normale les malades ont besoin de deux heures de soins quotidiens (kinésithérapie respiratoire, aérosols, antibiothérapie, etc..) En période de surinfection il faut 6 heures de soins quotidiens.


Mucoviscidose

Avec 7 000 personnes atteintes en France, la mucoviscidose est la plus fréquente des maladies rares. Cette maladie génétique d’évolution progressive se manifeste souvent tôt dans l’enfance, voire dès la naissance. Parmi les symptômes potentiellement graves : des atteintes respiratoires (infection et inflammation pulmonaires) et digestives (destruction progressive du pancréas). Depuis la généralisation du dépistage néonatal en 2002, un cas est décelé chez un nouveau-né tous les deux à trois jours.  C'est la mutation d’un gène, situé sur le chromosome 7, codant pour la protéine CFTR (cystic fibrosis transmembrane conductance regulator) qui est responsable de la maladie. Elle s’exprime chez un enfant quand les deux versions du gène – l’une provenant de la mère et l’autre du père – sont mutées. On parle alors de transmission selon le mode autosomique récessif.. Au coours des trente dernières annés, la proportion des patients de plus de 18 ans est passée de 20 à 54 %. Deux raisons expliquent cette évolution.  D’une part, la mise en place de traitements symptomatiques très efficaces, comme la kinésithérapie respiratoire qui permet d’évacuer les sécrétions, ou la prescription d’enzymes digestives pour pallier la déficience pancréatique. D’autre part, la prise en charge dès le diagnostic dans les centres de ressources et de compétences de la mucoviscidose (CRCM). Désormais, les personnes de plus de 18 ans atteintes de mucoviscidose poursuivent des études, mènent une vie professionnelle et peuvent dans certains cas fonder une famille.


Mutualité Française


Présidée par Thierry Beaudet, la Mutualité Française fédère la quasi-totalité des mutuelles en France. Elle représente 650 mutuelles dans toute leur diversité : des complémentaires santé qui remboursent les dépenses des patients, mais aussi des établissements hospitaliers, des services dédiés à la petite enfance et des crèches, des centres dentaires, des centres spécialisés en audition et optique, des structures et services tournés vers les personnes en situation de handicap ou les personnes âgées…
Les mutuelles interviennent comme premier financeur des dépenses de santé après la Sécurité sociale. Avec leurs 2 600 services de soins et d’accompagnement, elles jouent un rôle majeur pour l’accès aux soins, dans les territoires, à un tarif maitrisé. Elles sont aussi le 1er acteur privé de prévention santé avec plus de 7 000 actions déployées chaque année dans toutes les régions.
Plus d’un Français sur deux est protégé par une mutuelle, soit 35 millions de personnes. Les mutuelles sont des sociétés de personnes à but non lucratif : elles ne versent pas de dividendes et l’intégralité de leurs bénéfices est investie en faveur de leurs adhérents. Régies par le code la Mutualité, elles ne pratiquent pas la sélection des risques. Présidées par des militants mutualistes élus, les mutuelles représentent également un mouvement social et démocratique, engagé en faveur de l’accès aux soins du plus grand nombre.

Téléchargez : Place de la santé, L'Oservatoire de la Mutualité Française septembre 2017


Myélomes multiples

Les myélomes multiples touchent plus de 4 000 nouveaux patients chaque année en France. Ils sont caractérisés par la prolifération anormale des cellules immunitaires qui produisent les anticorps, dans la moelle osseuse. Leur prise en charge classique repose sur une chimiothérapie intensive suivie d’une autogreffe de moelle osseuse (contenant les cellules souches sanguines) avant 65 à 70 ans, ou sur une chimiothérapie standard après 70 ans. Depuis quelques années, des progrès considérables ont été réalisés, grâce à de nouvelles molécules qui interviennent à différentes phases du traitement, de l’induction (en préparation de l’autogreffe) à la consolidation ou à l’entretien (après l’autogreffe, à plus ou moins long terme). Les protocoles de prise en charge évoluent rapidement et le nombre de nouvelles molécules testées ne cesse de croître. Pour autant, même si les résultats de ces essais sont souvent positifs et que certains patients bénéficient de rémissions très longues, la résistance aux traitements et les récidives constituent encore des obstacles à la guérison. Principale cause de ces limites, la grande variabilité qui s’observe d’un patient à l’autre, qu’il s’agisse des signes cliniques au diagnostic et de l’évolution de la maladie, de la réponse aux traitements ou des caractéristiques biologiques des cellules cancéreuses. (Source Fondation ARC)


Myopathie de Duchenne

La myopathie de Duchenne est une maladie génétique rare évolutive qui touche les muscles de l'organisme. C'est la plus fréquente des maladies neuromusculaires de l'enfant. Elle est liée à des anomalies du gène DMD, responsable de la production de la dystrophine, une protéine essentielle au bon fonctionnement du muscle. Ce gène a la caractéristique d'être l'un des plus grands de notre génome. Il comprend 2.3 millions de paires de bases dont plus de 11000 sont codantes.  En l’absence de dystrophine, les fibres qui constituent les muscles squelettiques, les muscles lisses et le muscle cardiaque s’abiment à chaque contraction et finissent par se détruire. Des cellules souches musculaires tentent de régénérer le tissu musculaire lésé, mais ce processus est vite débordé et la dégénérescence finit par l’emporter. Le gène DMD responsable de la maladie étant situé sur le chromosome X, 99,9 % des malades sont des garçons. Les femmes peuvent être porteuses d’une mutation affectant ce gène. Mais comme elles possèdent deux chromosomes X, et donc deux copies du gène DMD, elles développent extrêmement rarement la maladie. La myopathie de Duchenne touche chaque année 150 à 200 garçons nouveaux-nés en France. Environ 2 500 personnes sont affectées par la maladie en France.


N


Narcolepsie

La narcolepsie (hypersomnie) est une maladie rare qui touche 2 personnes pour 10 000 et débute le plus souvent à l'adolescence. Il s’agit d’une incapacité à maintenir l’éveil plus d’une à deux heures de suite entraînant un endormissement quasiment incontrôlable. Il s’y ajoutent des attaques de cataplexie se traduisant par un relâchement musculaire brusque en pleine activité et des hallucinations qui sont en fait des rêves éveillés. Ces crises sont souvent déclenchées par une émotion positive comme un fou rire. Cela s'explique par une perte des neurones à orexine (aussi appelé hypocrétine) par un mécanisme probablement auto-immun. A ce titre, cette maladie offre un très bon modèle d’étude des mécanismes d’éveil liés à l’orexine. (Source Inserm)



Neurotransmetteur

Un neurotransmetteur (ou neuromédiateur) est une petite molécule qui assure la transmission des messages d'un neurone à l'autre, au niveau des synapses. A ce jour, plus d’une soixantaine de neurotransmetteurs ont été identifiés, parmi lesquels l'acéthylcholine, l'adrénaline, la noradrénaline, la dopamine, la sérotonine, l'histamine, le glutamate, les neuropeptides… Beaucoup de troubles psychiatriques ou neurodégénératifs sont associés à des défaillances de la production ou de la circulation des neurotransmetteurs dans le système nerveux.


Neurotransmetteur

Un neurotransmetteur (ou neuromédiateur) est une petite molécule qui assure la transmission des messages d'un neurone à l'autre, au niveau des synapses. A ce jour, plus d’une soixantaine de neurotransmetteurs ont été identifiés, parmi lesquels l'acéthylcholine, l'adrénaline, la noradrénaline, la dopamine, la sérotonine, l'histamine, le glutamate, les neuropeptides… Beaucoup de troubles psychiatriques ou neurodégénératifs sont associés à des défaillances de la production ou la circulation des neurotransmetteurs dans le système nerveux.


Nocebo

L'effet nocebo est l'Inverse du placebo, il sous-entend que le fait de connaître les effets secondaires d’un médicament accroît le risque d’en être victime. Dans l'affaire du Levothyrox  (mars à septembre 2017) on considère que beaucoup de cas sur les 9000  signalés ont été victimes de l'effet nocebo.


Nombre de médecins

En France, au 1er janvier 2018, 226 000 médecins sont en activité. Parmi eux, 45 % sont des médecins généralistes et 44 % exercent à l’hôpital au moins une partie de leur temps. Les médecins français sont relativement âgés : en effet, près d’un médecin en exercice sur deux a plus de 55 ans. Depuis six ans, l’effectif de médecins a progressé de 4,5 %, sous l’effet de la hausse du nombre de médecins hospitaliers. En matière d’accès aux médecins généralistes, les inégalités de densités départementales n’ont pas augmenté depuis les années 1980 et 98 % de la population réside à moins de 10 minutes du généraliste le plus proche en 2016. Les disparités d’accès qui existent malgré tout ne sont pas liées à des disparités régionales, mais à des différences marquées selon le type d’espace. C’est en effet dans les communes rurales des périphéries des grands pôles et dans les communes hors influence des pôles que la part de la population ayant l’accessibilité la plus faible aux médecins généralistes est la plus grande. (Source Drees mai 2018)


Nutrition et santé

Le rôle des facteurs nutritionnels (alimentation et activité physique) dans le développement du surpoids et de l’obésité et dans la survenue de nombreuses maladies chroniques telles que les cancers, les maladies cardiovasculaires, le diabète et l’arthrose est à ce jour scientifiquement bien établi. Ces maladies constituent la première cause de mortalité à l’échelle de la planète et le nombre de patients concernés ne cesse d’augmenter. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) estime qu’en 2014 plus de 1,9 milliard d’adultes étaient en surpoids dans le monde, dont 600 millions d’obèses. En France environ un tiers des adultes sont en surpoids et 15% (7 millions) sont obèses. Selon l’OMS, en 2030, 25 % des Français et 29 % des Françaises pourraient être obèses. L’État a mis en place dès 2001, une politique publique de santé nutritionnelle en lançant le Programme National Nutrition Santé (PNNS). Depuis 2007, un décret de la loi de santé publique impose que les publicités en faveur des produits alimentaires manufacturés et des boissons avec ajouts de sucres, sel, édulcorants de synthèse, doivent contenir une information à caractère sanitaire. Cette disposition s’applique quels que soient les médias (télévision, radio ou affichage publicitaire). Ces messages sont à présent bien connus du public (5 fruits légumes par jour…). Cependant au fil du temps, des enquêtes montrent qu’ils attirent de moins en moins l’attention et que leur visibilité est inégale selon les supports. De plus, le mode de diffusion des messages engendre des problèmes de compréhension et ils sont parfois perçus comme une caution des produits présentés dans la publicité.


O


ONDAM

L’Objectif national de dépenses d’assurance maladie (Ondam) est un objectif de dépenses à ne pas dépasser en matière de soins de ville et d’hospitalisation dispensés dans les établissements privés ou publics, mais aussi dans les centres médico-sociaux.

Il a été créé par les ordonnances de 1996. Il est fixé chaque année par la loi de financement de la sécurité sociale (LFSS). L’Ondam est un indicateur, et non un plafond à valeur limitative. Il s’agit d’une estimation prévisionnelle des dépenses de santé, mais il ne constitue en aucun cas un montant maximal, ce qui impliquerait de cesser les remboursements aux patients une fois le plafond atteint.

Voté par le Parlement, l’Ondam ne constitue pas un budget mais plutôt un indicateur de maîtrise des dépenses. En effet, cet objectif n’est pas limitatif, le remboursement des prestations est effectué tout au long de l’année, quand bien même les dépenses seraient plus importantes que prévues initialement. Ainsi, depuis sa mise en œuvre en 1997, l’Ondam a été systématiquement dépassé jusqu’en 2010. Depuis cette date, il est sous-exécuté, c’est-à-dire que les dépenses constatées sont inférieures à celles qui avaient été initialement prévues.

Le champ de l’Ondam ne correspond pas à l’ensemble des prestations comptabilisées par les régimes obligatoires de base. Cette différence s’explique à la fois par le fait que toutes les dépenses couvertes par l’Ondam ne constituent pas des prestations (ainsi, par exemple, de la prise en charge des cotisations sociales des professionnels de santé), et par le fait que l’Ondam recouvre certaines dépenses de la branche maladie et de la branche AT-MP (accidents du travail – maladies professionnelles), sans les prendre toutes en compte. S’agissant de la branche maladie, la part des prestations médico-sociales financée par la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA), les indemnités journalières maternité, les prestations invalidité-décès, les prestations extra-légales et les actions de prévention sont ainsi exclues du champ de l’Ondam.


Orphanet

Orphanet est né en France sous l'impulsion de Ségolène Aymé, médecin généticienne et épidémiologiste. Au départ en 1997, cette base de données sur les maladies rares comprenait 2000 maladies rares. Elle contient aujourd'hui plus de 6000 références et s'enrichit tous les ans de 200 à 300 nouvelles pathologies. Destinée aux chercheurs, malades, médecins spécialistes et généralistes Orphanet s'est étendu aujourd'hui au reste du monde et permet la collaboration et les échanges d'informations entre 40 pays. Une maladie est déclarée rare si elle touche moins d'une personne sur 2000. En fait, de nombreuses maladies de ce type sont d'origine génétique et certaines ne concernent parfois que quelques dizaines de patients dans le monde.


Ostéoporose

L’ostéoporose entraîne une fragilité osseuse et se révèle souvent par une fracture faisant suite à un traumatisme minime. Parmi ces fractures ostéoporotiques, la fracture de l’extrémité supérieure du fémur est la plus grave, avec une mortalité d’un quart des patients dans l’année et une diminution fréquente des capacités motrices des survivants. En 2014, les services de soins de courte durée MCO (médecine, chirurgie, obstétrique et odontologie) ont enregistré 76 100 séjours motivés par une fracture du col du fémur chez les personnes âgées de 65 ans ou plus, soit 3 800 de plus qu’en 2000, alors que le nombre de personnes âgées de 65 ans ou plus a augmenté de 2,3 millions durant la même période. Le taux brut d’incidence, en 2014, chez les personnes de 65 ans et plus, est de 61,3 pour 10 000, deux fois et demie plus élevé chez les femmes (81,5 pour 10 000) que chez les hommes (33,9 pour 10 000). En 2000, ces taux étaient respectivement de 100,6 et 38,6. Ce taux augmente avec l’âge dans les deux sexes. 


P


Paralysie cérébrale

Qu'est-ce que la paralysie cérébrale ?
La paralysie cérébrale est la première cause de handicap moteur chez l'enfant. Elle touche 17 millions de personnes dans le monde, et 125 000 en France.
Ce handicap résulte de lésions irréversibles survenues sur le cerveau en développement du fœtus ou du nourrisson, dues à la destruction de certaines cellules du cerveau, que l'on ne sait pas encore réparer.
Ces lésions provoquent un ensemble de troubles du mouvement ou de la posture, souvent accompagnés de difficultés cognitives ou sensorielles, qui durent toute la vie. Ce handicap est extrêmement variable. En fonction des lésions cérébrales, les manifestations sont très diverses : elles peuvent aller d'une simple boiterie à une atteinte grave de la motricité (un côté du corps voire les quatre membres). Elles peuvent s'exprimer par des troubles du langage et de l'élocution, des dyslexies (difficultés de lecture), des dyspraxies (organisation des gestes), voire des mouvements anormaux, des crises d'épilepsie…
Les causes sont principalement  la grande prématurité, des infections ou maladies pendant la grossesse, des accouchements difficiles, ou encore des maladies survenant dans les premiers mois de la vie de l'enfant.
Pour chaque personne touchée, la nature et l'importance des troubles dépendent des zones du cerveau affectées et de l'étendue des lésions.

A propos de la FONDATION PARALYSIE CEREBRALE
La Fondation Paralysie Cérébrale a été créée en 2006 par des associations de parents et des professionnels de santé, avec le soutien du Ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche. Elle a pour vocation de promouvoir et soutenir la recherche sur la paralysie cérébrale, œuvrer pour la qualité des soins et la diffusion des connaissances et des bonnes pratiques. Elle mène chaque année des appels à projets de recherche et attribue des bourses aux travaux les plus prometteurs. Ces appels à projets sont supervisés par son Conseil Scientifique, composé d'experts européens indépendants, et financés grâce aux dons que la fondation collecte.
La Fondation Paralysie Cérébrale (nouveau nom de la Fondation Motrice, reconnue d'utilité publique) est la seule Fondation de recherche en France spécifiquement dédiée à la Paralysie Cérébrale. La Fondation est partenaire d'organisations nationales (Fédération Française des Associations d'IMC) et internationales (European Academy of Childhood Disability, Cerebral Palsy Alliance -Australie, Cerebral Palsy Foundation -USA).
www.fondationparalysiecerebrale.org
 


Paralysie cérébrale

La paralysie cérébrale, C'est quoi ?

 
Savez-vous que la paralysie cérébrale est la principale cause de handicap moteur de l'enfant ? Une naissance toutes les six heures, quatre nouveaux bébés atteints par jour… !
 
La paralysie cérébrale désigne un groupe de troubles affectant les mouvements d'une personne depuis sa naissance. C'est un handicap permanent qui ne s'aggrave généralement pas avec le temps. Il est dû à des dommages sur le cerveau en développement du bébé, soit pendant la grossesse soit autour de la naissance. 
Les causes en sont multiples, par exemple une naissance prématurée ou un cordon enroulé autour du cou du bébé pendant la naissance. Cela peut donc arriver à n'importe quel nouveau-né.
Les conséquences peuvent être plus ou moins lourdes allant d'une légère difficulté à marcher à une atteinte grave de la motricité entraînant l'usage de fauteuil roulant (paralysie d'un côté du corps voire des quatre membres). Les personnes atteintes de paralysie cérébrale peuvent également présenter des déficiences moins visibles comme des troubles visuels, de la parole, une épilepsie, des troubles des apprentissages, voire une déficience intellectuelle.
Les progrès considérables de la science grâce à la recherche ces dernières années rendent maintenant possibles des innovations majeures comme par exemple :

  • dans la prévention des lésions à la naissance comme l'hypothermie : on fait descendre la température corporelle du nourrisson à 33,5° ce qui protège le cerveau et favorise la réparation des cellules endommagées. Grâce à cette nouvelle technique, le destin de ces nouveau-nés peut changer !
  • dans le développement de techniques de rééducation plus efficaces dès les premiers mois de vie pour prévenir les complications et les douleurs,
  • dans l'amélioration de la participation active et du  parcours de vie des enfants et de leur famille  et des adultes pour leur permettre d'être plus autonomes,
  • dans le développement de technologies de suppléance (de la robotique qui permet de réaliser de nombreuses tâches aux jeux sérieux pour la rééducation…)

La recherche n'est utile que si elle se traduit dans la vie de ceux qui en ont besoin. 
Et parce que la recherche, c'est aussi une question de moyens, la Fondation Paralysie Cérébrale a besoin d'argent et de dons pour financer les projets les plus porteurs d'espoir et de progrès.
 
--- A propos de la FONDATION PARALYSIE CEREBRALE
La Fondation Paralysie Cérébrale (ancienne connue sous le nom Fondation Motrice) a été créée en 2006 par des associations de parents et des professionnels de santé, avec le soutien du Ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche. Elle a pour vocation de promouvoir et soutenir la recherche sur la paralysie cérébrale, œuvrer pour l'amélioration de la qualité des soins, la diffusion des bonnes pratiques et le développement des connaissances. Elle mène chaque année des appels à projets de recherche et attribue des fonds aux travaux les plus prometteurs. Ces appels à projets, financés grâce aux dons que la Fondation collecte, sont supervisés par son Conseil Scientifique, composé d'experts européens indépendants.
La Fondation Paralysie Cérébrale est la seule Fondation de recherche en France spécifiquement dédiée à la paralysie cérébrale. La Fondation est partenaire d'organisations nationales (Fédération Française des Associations d'IMC) et internationales (European Academy of Childhood Disability, Cerebral Palsy Alliance - Australie, Cerebral Palsy Foundation – Etats-Unis). 

www.fondationparalysiecerebrale.org


Participation à un essai clinique

Il existe  trois types de recherche à un essai clinique qui se distinguent selon le degré d’implication de la personne qui accepte d’y participer :

  • Recherche non interventionnelle : cette recherche ne nécessite que le recueil de données à caractère personnel (données de santé, données démographiques et relatives au mode de vie).  Ce type de recherche doit respecter la loi relative à l’informatique, aux fichiers, et aux libertés (CNIL).
  • Recherche peu interventionnelle : cette recherche nécessite, en plus du recueil de données personnelles, de procéder à des prélèvements peu invasifs (recueil de salive ou prises de sang par exemple).  Ce type de recherche doit respecter non seulement la loi relative à l’informatique, aux fichiers, et aux libertés (CNIL), mais également la loi de bioéthique.

Lorsque la recherche a pour objectif de tester un nouveau médicament, le terme habituellement employé est celui d’essai thérapeutique. Un essai thérapeutique a pour but de mettre au point un nouveau traitement.

  • S’il existe déjà des traitements pour la maladie concernée, on compare les avantages et les inconvénients du nouveau traitement testé par rapport à ceux qui sont habituellement utilisés. 
  • S’il n’existe pas de traitement de référence pouvant servir d’élément de comparaison, on compare le nouveau médicament testé avec un placébo qui ressemble totalement au médicament mais qui est dénué d’effet (car ne contenant pas le principe actif du médicament).

Si le nouveau traitement a démontré son efficacité et ne présente aucun effet nocif grave au cours de cet « essai thérapeutique », il peut ensuite être prescrit et devient alors le standard de soin pour une pathologie. On compte environ un millier d’essais thérapeutiques en cours en France, dont les promoteurs (instigateurs de la recherche) sont tantôt des industries pharmaceutiques, tantôt des organismes publics de recherche. Avant qu’il puisse être prescrit, le développement d’un nouveau médicament répond à un cadre réglementaire très précisément défini par la transposition en France de directives européennes.


Perte d'autonomie

En France, près de 3 millions de personnes âgées de 70 ans et plus sont hospitalisées une ou plusieurs fois chaque année et ces hospitalisations constituent pour elles une étape critique qui les expose à un risque de perte d'autonomie. Ces personnes âgées de 70 ans et plus représentent 29% des séjours hospitaliers en services de soins aigus, soit près de 5,4 millions de séjours.  La perte d'autonomie liée à l'hospitalisation est en partie évitable si on adapte les soins et l'environnement hospitaliers aux besoins spécifiques de ces patients. Lors d'une hospitalisation, une personne âgée peut perdre ses capacités à réaliser seule certaines activités de base de la vie quotidienne comme se lever, marcher, s'habiller, manger… Cette perte d'autonomie qui survient durant l'hospitalisation peut être due à plusieurs facteurs intriqués : certains sont liés au patient (sa pathologie et son état de santé avant l'hospitalisation) ; d'autres sont liés aux modalités de soins et à l'environnement hospitaliers. A propos de ces derniers, on parle de dépendance iatrogène liée à l'hospitalisation, un phénomène qui concerne près de 10% des personnes hospitalisées. (Source HAS)


Pertubateurs endocriniens

Les perturbateurs endocriniens regroupent une vaste famille de composés capables d'interagir avec le système hormonal, et notamment avec notre métabolisme ou nos fonctions reproductrices. Leur étude représente un enjeu majeur pour la recherche, le corps médical et les pouvoirs publics car les sources d'exposition sont nombreuses et difficiles à maîtriser, tandis que les conséquences biologiques de ces expositions sont encore mal appréhendées et complexes à étudier. Il existe de nombreuses définitions pour décrire ce que sont les perturbateurs endocriniens. Celle qu'a établie l'Organisation mondiale de la santé en 2002 est la plus acceptée : un perturbateur endocrinien est "une substance exogène ou un mélange qui altère la/les fonction(s) du système endocrinien et, par voie de conséquence, cause un effet délétère sur la santé d’un individu, sa descendance ou des sous-populations".

Le système endocrinien regroupe les organes qui sécrètent des hormones : thyroïde, ovaires, testicules, hypophyse… Il libère ces médiateurs chimiques dans la circulation sanguine pour agir à distance sur certaines fonctions de l'organisme comme la croissance, le métabolisme, le développement sexuel, le développement cérébral, la reproduction… Les perturbateurs endocriniens altèrent le fonctionnement habituel de l'organisme en interagissant avec la synthèse, la dégradation, le transport et le mode d’action des hormones. Ces molécules se caractérisent donc par un effet toxique non pas direct, mais indirect, via les modifications physiologiques qu'elles engendrent.

Les hormones naturelles ou de synthèse constituent une source importante de perturbateurs endocriniens : œstrogènes, testostérone, progestérone... et les produits de synthèse mimant leurs effets sont souvent utilisés en thérapeutique (contraception, substitution hormonale, hormonothérapie). Elles entraînent un risque indirect en rejoignant les milieux naturels, après avoir été excrétées dans les rejets humains ou animaux. Y sont adjoints les phytoestrogènes naturellement présents dans certaines plantes (soja, luzerne). 

Un second groupe de perturbateurs endocriniens, bien plus large, rassemble tous les produits chimiques et sous-produits industriels qui peuvent interférer avec le système endocrinien de l'homme ou de l'animal. Il comporte à l'heure actuelle plus d'un millier de produits, de nature chimique variée. Parmi les plus fréquents, on peut citer:

  • des produits de combustion comme les dioxines, les furanes, les hydrocarbures aromatiques polycycliques(HAP)…
  • des produits industriels ou domestiques comme :
    - les phtalates, ou le bisphénol A utilisés dans les plastiques ;
    - les parabènes, conservateurs utilisés dans les cosmétiques ;
    - les organochlorés (DDTchlordécone…) utilisés dans les phytosanitaires ;
    - l'étain et dérivés utilisés dans les solvants. (Source Insem)

Peste

Le responsable de ce fléau de l'humanité, la bactérie Yersinia pestis, a été découvert en 1894 par le médecin français Alexandre Yersin.

Il existe plusieurs formes de pestes, la plus connue étant la peste bubonique responsable des grandes épidémies de peste noire qui ont exterminé entre 25% et 50% des populations européennes au Moyen-Age, comme à Londres ou à Marseille. Actuellement, quelques milliers de cas sont recensés tous les ans dans le monde, dont 90% en Afrique (Madagascar et RDC). La peste est véhiculée par le rat noir lui-même porteur de puces infectées qui contaminent les humains. L'analyse des génomes indique que l'origine de la maladie remontre à plus de 2500 ans, probablement en Chine. Cette maladie autrefois très redoutée est aujourd'hui traitée par des antibiotiques de la famille des aminosides (streptomycine et gentamicine). Des résistances à ces traitements ont toutefois été rapportés.


Phagothérapie

Faire appel à des virus pour détruire des bactéries pathogènes. C'est une des nouvelles pistes étudiée par les chercheurs pour contrer la résistance aux antibiotiques qui se développe repidement dans le monde.

En fait, l'idée n'est pas nouvelle. Au début du 20 ieme siècle, des médecins anglais et français avaient utilisé des virus pour soigner des infections bactériennes. En 2015, l'efficacité de cette technique sur des souris infectée par Escherichia coli a été démontrée. Les chercheurs estiment aujourd'hui que plusieurs centaines de millions de virus, dont certains très spécialisés, seraient capables d'éliminer sélectivement des bactéries. Ces virus utilisent une technique très simple. Ils se posent sur la membrane extérieure de la bactérie puis injectent de l'ADN qui détruit la cible bactérienne.

Parmi les  les inconvénents figurent la législation actuelle qui ne permet d'accorder une autorisation de mise sur le marché à ces organismes. Par ailleurs, la capacité d'évolution des bactéries exigerait de développer en permanence de nouvelles familles de viris bactériophages.  


Phases d'essais thérapeutiques

Il existe environ un millier d’essais thérapeutiques en cours en France, dont les promoteurs (instigateurs de la recherche) sont tantôt des industries pharmaceutiques, tantôt des organismes publics de recherche. Avant qu’il puisse être prescrit, le développement d’un nouveau médicament répond à un cadre réglementaire très précisément défini par la transposition en France de directives européennes. Dans une première étape, des milliers de molécules sont identifiées par criblage pharmacologique. Certaines sont retenues en phase dite « préclinique » et sont testées en laboratoire afin d’évaluer leurs principaux effets et leur toxicité. Après ces études en laboratoire viennent les phases d’essai thérapeutique impliquant la participation de personnes volontaires. Il existe quatre phases d’évaluation distinctes les unes des autres et successives, dont chacune donne lieu à un essai thérapeutique différent.

  • Phase I : étude de l’évolution de la molécule testée dans l'organisme en fonction du temps (cinétique) et analyse de la toxicité sur l'être humain. Cette phase est menée sur un petit nombre de personnes volontaires et non malades ;
  • Phase II : administration du médicament à un petit nombre de patients pour rechercher la plus petite dose efficace et observer des effets secondaires nocifs en utilisant différentes doses ;
  • Phase III : comparaison de l’efficacité du nouveau médicament par rapport au traitement de référence (lorsque celui-ci existe) ou à un placébo (lorsqu’aucun traitement n’existe). Cette phase s’adresse à un grand nombre de patients et dure plusieurs années. Les patients sont sélectionnés sur des critères précis qui permettront de répondre à la question de l’efficacité et du bénéfice du médicament testé comme nouveau traitement standard de la maladie concernée.

C’est à l’issue de ces essais que les autorités sanitaires délivrent l’autorisation de mise sur le marché (AMM). Le nouveau médicament peut être prescrit.

  • Phase IV : il s’agit du suivi des effets nocifs secondaires des médicaments qui ont été mis sur le marché, cela pour un grand nombre de patients chez qui le nouveau médicament a été prescrit et dans des conditions normales d'utilisation. (Source Inserm) 

Pollen d'ambroisie

L'ambroisie est une plante annuelle qui émet ses pollens à la fin de l'été, généralement fin août et début septembre. Un climat sec et ensoleillé favorise l'émission des grains de pollen, lesquels sont très allergisant.  Les personnes sensibles aux pollens d'ambroisie présentent des symptômes comme : rhinite, trachéite, toux, conjonctivite, asthme, voire urticaire et eczéma. 6 à 12 % de la population serait allergique au pollen d'ambroisie. L'allergie à l'ambroisie ne peut pas être confondue avec le rhume des foins qui lui est fréquent en mai-juin.  Originaire d'Amérique du Nord, l'ambroisie, ou Ambrosia artemisiifolia, est d'abord arrivée en région Rhône-Alpes, puis s'est répandue sur le territoire. Chaque plante peut produire des centaines de graines qui peuvent rester pendant des années dans le sol. La plante mesure entre 40 cm et 1,5 m, selon la richesse du sol dans lequel elle pousse. Elle est parfois confondue avec l'armoise qui lui ressemble. Pour suivre l'apparition des pollens d'ambroisie en France, vous pouvez consulter le bulletin émis par le réseau national de surveillance aérobiologique (RNSA).

 


Pollution de l'air

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la pollution de l’air est à l’origine d’environ 7 millions de décès prématurés par an dans le monde, dont 3,7 millions du fait de la pollution de l’air extérieur. En 2013, l’OMS a classé la pollution et les particules de l’air extérieur comme cancérigènes certains pour l’homme. En France, la pollution de l’air extérieur fait l’objet d’une surveillance via un réseau de capteurs répartis sur l’ensemble du territoire, complété par de la modélisation. Une réduction des émissions nationales des principaux polluants atmosphériques est observée depuis 1990. En 2014, les émissions les plus importantes concernent le monoxyde de carbone (3090 kilotonnes) et les oxydes d’azote (886 kilotonnes). 


Polyarthrite rhumatoïde

La polyarthrite rhumatoïde est un rhumatisme inflammatoire chronique, c’est à dire une maladie des articulations qui se manifeste par une inflammation persistante. La maladie évolue par poussées inflammatoires de durée et d’intensité variables et gagne progressivement de nouvelles articulations. Elle provoque des gonflements et des douleurs, notamment au niveau des mains, des poignets et des genoux. 
Au début, elle se manifeste par des douleurs nocturnes, surtout en seconde partie de nuit et des raideurs matinales. La fièvre et la fatigue sont également fréquentes. Puis, dans 20 à 30 % des cas, l’inflammation provoque la dégradation progressive du cartilage et de l’os des articulations touchées et entraîne leur déformation. En l’absence de traitement et dans ses formes les plus graves, la maladie peut être responsable de handicap au bout d’une dizaine d’années et empêcher d’assurer ses gestes quotidiens et son activité professionnelle.
Des manifestations extra articulaires peuvent parfois survenir tels que des nodules rhumatoïdes, sorte de "boules" souvent situées aux coudes ou à coté des articulations des doigts ou encore une sécheresse de l’œil et de la bouche (appelée syndrome sec de Gougerot-Sjögren). Dans ses formes les plus graves, la maladie touche également d’autres organes : l’œil, le cœur, les poumons, les nerfs ou les vaisseaux. (Source Inserm)


Polymédication

En 2013, 40 % des personnes âgées de 75 ans et plus étaient concernées en France par la polymédication, c’est-à-dire qu’elles cumulent en moyenne 10 médicaments ou plus sur 3 mois et 33 % prennent plus de 10 médicaments de manière continue (au moins 3 délivrances dans l’année). La polymédication est plus fréquente chez les femmes, les personnes de plus de 85 ans, les ressortissants du régime général, les bénéficiaires de la CMU-C et les personnes en ALD (affections de longue durée). Parmi les 15 classes thérapeutiques le plus souvent utilisées chez les personnes en situation de polymédication, 6 appartiennent à la sphère cardiovasculaire.


Polymédication

La polymédication est définie par l’Organisation mondiale de la santé comme « l’administration de nombreux médicaments de façon simultanée ou l’administration d’un nombre excessif de médicaments. Habituelle et souvent légitime chez le sujet âgé, elle est dite appropriée quand elle est justifiée par la polypathologie ou une situation médicale complexe et lorsque les traitements prescrits respectent les recommandations. À l’inverse, elle est problématique lorsqu’un ou plusieurs médicaments sont prescrits de manière inappropriée ou que leur bénéfice attendu n’est pas obtenu. L’excès de médicaments fait peser des risques importants sur la santé, en particulier des personnes âgées. La littérature internationale a démontré qu’il existe en effet une association significative entre polymédication et survenue d’effets indésirables, d’interactions médicamenteuses, de chutes, voire augmentation de la mortalité. La polymédication est un facteur prédictif de la durée des séjours hospitaliers, de la mortalité et de la réadmission hospitalière. Elle pose des problèmes d’observance et augmente fortement le risque de prescriptions potentiellement inappropriées, c’est-à-dire dont les indications sont discutables, avec un risque d’effets secondaires. 


Population

Au 1er janvier 2016, la population française totalise 66,6 millions d’habitants : 64,5 millions vivent en Métropole, 2,1 millions dans les cinq départements et régions d’outre-mer (DROM). Au cours de l’année 2015, la population a augmenté de 247 000 personnes, soit une hausse de 0,4 % ( 3,4 millions de plus qu’en 2006). Le nombre de centenaires est de 21 000 soit près de vingt fois plus qu’en 19701. La natalité, globalement stable en France depuis la fin du baby-boom avec le point le plus bas en 1994 et un pic en 2010, a baissé en 2015. En 2015, L'hexagone représente 13,1 % de la population de l’Europe à 28 pays. Elle se classe au deuxième rang derrière l’Allemagne (16,1 %) et juste devant le Royaume-Uni (12,8 %), dont les populations s’élèvent respectivement à 82,1 millions et 65,3 millions d’habitants. En 2015, l’Allemagne compte 15,5 millions d’habitants de plus que la France, contre 19,3 millions en 2005. La population du Royaume-Uni a crû un peu plus rapidement que celle de la France : l’écart de popula- tion entre les deux pays est de 1,3 million d’habitants contre 2,6 millions en 2005. 


Pratique sportive

D’après l’Enquête santé et protection sociale 2014, 52,3 % des adultes vivant en France déclarent la pratique habituelle d’une activité sportive, définie par l'exeercice au moins un jour dans une semaine habituelle, soit d’un sport ou d’une activité physique pendant au moins 10 minutes d’affilée, soit de musculation ou d’exercices de renforcement musculaire. Cette proportion est un peu plus élevée chez les hommes (55,5 %) que chez les femmes (48,7 %). Elle varie fortement selon le niveau de diplôme et les revenus.  


Prématurité

Une naissance prématurée a lieu avant le terme de la grossesse qui correspond à 41 semaines d’aménorrhée, soit 9 mois et demi à compter de la date des dernières règles. Un enfant est considéré comme prématuré s’il nait avant 37 semaines d’aménorrhée (SA), soit à 8 mois et demi de grossesse. On distingue trois niveaux de prématurité :

  • la prématurité moyenne qui correspond à une naissance intervenant entre la 32ème et la 36ème semaine d’aménorrhée révolue (7 mois à 8 mois de grossesse), 
  • la grande prématurité correspondant à une naissance intervenant entre la 28ème et la 32ème SA (6 mois à 7 mois de grossesse), 
  • et la très grande prématurité pour les naissances intervenant avant 28 semaines, soit en deçà de 6 mois de grossesse.

Aucune survie n’a été obtenue en deçà de 23 semaines, soit en deçà de cinq mois de grossesse. En France et dans de nombreux pays développés, le taux de naissances prématurées est en hausse ces dernières années. La prématurité est passée de 5,9% des naissances en 1995 à 7,4% en 2010. Entre 50 000 et 60 000 enfants naissent prématurément chaque année. Parmi eux, 85% sont des prématurés moyens (32-37 SA), 10% sont des grands prématurés (28-32 SA) et 5% sont des très grands prématurés, nés à moins de 28 SA. (Source Inserm)


Prévalence des cancers

En 2012, le nombre de nouveaux cas de cancer en France métropolitaine est estimé à 355 000 (200 000 chez l’homme et 155 000 chez la femme).

Le cancer de la prostate reste le plus fréquent des cancers masculins (28 % des nouveaux cas) et le cancer du sein le plus fréquent des cancers féminins (31 %). Suivent les cancers du poumon (14 % des cancers masculins et 7 % des cancers féminins) et du côlon-rectum (12 % pour chaque sexe). Parmi les hémopathies malignes, qui représentent 10 % des nouveaux cas de cancer (19 400 chez l’homme et 15 600 chez la femme), plus des deux tiers sont des hémopathies lymphoïdes. Les plus fréquentes sont le myélome multiple/plasmocytome, la leucémie lymphoïde chronique/lymphome lymphocytique, le lymphome diffus à grandes cellules B et les syndromes myélo-dysplasiques. Ces quatre entités représentent la moitié des nouveaux cas d’hémopathies malignes. L’âge médian au diagnostic est de 68 ans chez l’homme et 67 ans chez la femme pour les tumeurs solides, et s’échelonne de 62 à 78 ans chez l’homme et de 64 à 81 ans chez la femme pour la plupart des hémopathies malignes. Globalement, les estimations montrent une augmentation de près de 110 % – soit plus du double – du nombre de nouveaux cas de cancer en France métropolitaine entre 1980 et 2012. Cette hausse reflète pour moitié les évolutions démo- graphiques pendant la période.


Prévention primordiale

LA PREVENTION PRIMORDIALE : 7 CRITERES POUR RESTER EN BONNE SANTE CARDIO-VASCULAIRE
La prévention primordiale repose sur une approche récente populationnelle, récemment développée aux Etats-Unis par l’association américaine de cardiologie AHA. Située en amont de la prévention primaire, elle vise à favoriser l’adoption d’une bonne hygiène de vie pour tenir éloignés les facteurs de risques cardio-vasculaires. Pour viser une santé optimale, 7 critères volontairement simples sont à respecter :
• Pratique d’une activité physique régulière (30 minutes quotidiennes),
• Alimentation variée et équilibrée,
• Aucune consommation tabac depuis plus de 12 mois,
• Pression artérielle inférieure à 140/90 mmHg.
• Indice de Masse Corporelle (IMC) compris entre 18,5 kg/m2 et 25 kg/m2
• Glycémie inférieure à 126 mg/dl,
• Taux de cholestérol total inférieur à 200 mg/ml,

« La prévention primordiale s’appuie sur une volonté politique et de larges campagnes d’information » estime le Pr Claire Mounier-Vehier de la FFC, Fédération Française de Cardiologie. « Nous devons agir sur les comportements d’hygiène de vie. La prévention primordiale sous-tend l’éducation à la santé en milieu scolaire, au travail et tout particulièrement auprès des populations les plus précaires souvent en rupture de soins. Nos messages lors de la Semaine du Coeur s’inscrivent dans cette logique, en valorisant un mode de vie sain et équilibré, à travers de nombreuses actions destinées au grand public. »


Presbyacousie

La presbyacousie est un trouble auditif correspondant à une baisse progressive de l’audition liée au processus naturel de vieillissement. Elle concerne tout le monde et représente  la première cause des surdités de perception, qui sont les surdités les plus fréquentes. Elle touche 6 millions de personnes et selon les projections de  l’INSEE. Elle concernera 1 français sur 4 de plus de 65 ans en 2040. Elle se traduit par une déperdition de la perception des sons aigus et empêche ainsi une bonne compréhension des mots. Ses conséquences dépassent le seul champ de l’audition allant jusqu’au déclin cognitif et à la perte d’autonomie. Selon une enquête  OpinionWay, 84% des français estiment que «La perte de l’audition est un enjeu de société largement sous-estimé ». La perte d’audition, même légère, est associable à un handicap, et près de 40% sont d’accord pour dire que «Porter une prothèse auditive fait vieux ». Les réticences psychologiques associées à cette perception négative des équipements auditifs sont d’ailleurs désignées par 66% d’entre eux comme l’une des raisons principales du non-appareillage des personnes malentendantes, juste après le prix. Cette même étude montre que parmi les 1004 répondants, 70% déclarent avoir globalement une bonne audition alors même que parmi eux, 47% éprouvent au moins deux gênes auditives. Un paradoxe qui illustre l’existence d’un déni des presbyacousiques envers leur perte auditive.


Procréation médicalement assistée

L’assistance médicale à la procréation (AMP), ou procréation médicalement assistée (PMA), consiste à manipuler un ovule et/ou un spermatozoïde pour procéder à une fécondation. Elle permet de palier certaines difficultés à concevoir, sans nécessairement traiter la cause de l’infertilité. En France, en 2010, 22 401 enfants sont nés grâce à une AMP. Cela représente une naissance sur 40. Si les premières inséminations artificielles remontent au 19ème siècle, en France, le premier enfant conçu par fécondation in vitro est né en 1982. Un couple est considéré comme infertile s’il n’a pas pu concevoir d’enfant après 12 à 24 mois de tentatives. Après un an de tentatives sans contraception, 18 % à 24 % des couples restent sans enfant.
 Après deux ans, les couples toujours en attente d’une grossesse sont encore 8 % à 11 %.

Dans environ 15 % des cas, cette incapacité est inexpliquée. Dans d’autres cas elle est liée à une altération de la qualité de sperme chez l’homme (nombre et/ou mobilité des spermatozoïdes), à un trouble de l’ovulation ou encore à un problème de trompes chez la femme. Il s’agit aussi souvent de problèmes de fertilité mixtes, c’est-à-dire concernant les deux membres du couple.Le recul de l’âge des femmes désirant concevoir un premier enfant est une cause importante d’infertilité et de recours à l’AMP. En effet, après 38 ans, le stock de follicules  commence à s’épuiser et les ovocytes sont de moins bonne qualité, entrainant une augmentation du risque d’infertilité. 

De récents travaux de l’Institut de veille sanitaire montrent par ailleurs une tendance à la baisse de qualité du sperme chez les hommes représentatifs de la population générale sur la période 1989-2005 et sur la période 1998-2008. Ils montrent également une augmentation des taux de cancer du testicule, de cryptorchidie (absence de descente d’un ou deux testicules dans le scrotum) et d’hypospadias (malformation qui se manifeste par l'ouverture de l'urètre dans la face inférieure du pénis au lieu de son extrémité), avec des différences géographiques. Indépendamment des causes génétiques ou constitutionnelles, il existe probablement des facteurs environnementaux pour expliquer cette tendance : le surpoids, le tabagisme, l’obésité et les expositions environnementales, notamment à certains polluants organiques persistants (tels que les PCB) et métaux lourds. Certaines de ces substances agissent à faible dose et exercent des effets différés dans le temps. (Source Inserm)


Procréation médicalement assistée (PMA)

L’assistance médicale à la procréation (AMP), ou procréation médicalement assistée (PMA), consiste à manipuler un ovule et/ou un spermatozoïde pour procéder à une fécondation. Elle permet de palier certaines difficultés à concevoir, sans nécessairement traiter la cause de l’infertilité. Les différentes techniques utilisées sont l’insémination artificielle, la fécondation in vitro (FIV) et la fécondation in vitro avec micro-injection du spermatozoïde (FIV-ICSI). En France, en 2010, 22 401 enfants sont nés grâce à une AMP. Cela représente une naissance sur 40. Seuls les couples hétérosexuels chez lesquels une infertilité a été reconnue par un professionnel de santé peuvent avoir recours à l’AMP en France. La femme doit être en âge de procréer. Le médecin peut avoir décelé une cause d’infertilité ou avoir simplement constaté l’absence de conception malgré des tentatives répétées sans contraception.


Protection sociale

Les dépenses totale de protection sociale en France ont atteint 672 milliards d'euros en 2013 soit 31,8% du Produit intérieur brut du pays. L'essentiel de ces dépenses (609 milliards d'euros) est public et représente 28,8% du PIB. Dans ce total le risque vieillesse-survie comptait pour 307 milliards d'euros alors que le risque maladie-maternité-invalidité représentait 228 milliards d'euros, selon les données du Conseil d'analyse économique. Les dépenses de santé (consommation de soins et de biens médicaux ou CSBM) atteignent un total d'environ 240 milliards d'euros couverts à hauteur de 78% par la sécurité sociale et l'état, 13,5% par le organismes d'assurances complémentaires et 8,5% par les paiements directs des ménage (reste à charge).


Protonthérapie

La protonthérapie est une radiothérapie externe utilisant l’énergie d’un faisceau de protons pour détruire les cellules tumorales. En raison des propriétés physiques de ce faisceau, la dose d’irradiation délivrée au niveau la tumeur peut être augmentée alors que celle délivrées aux tissus sains proches de la tumeur est minimisée.

Cette forme de radiothérapie permet ainsi de délivrer des doses importantes et de détruire des tumeurs radio-résistantes proches d’organes sensibles comme les tumeurs malignes intra oculaires, les tumeurs de la base de crâne et du rachis. Demain, cette technique pourrait s’étendre à d’autres indications.

Elle réduit notablement le volume de tissus sains traversés par les rayons, comparativement aux photons, et permet dans certaines situations cliniques de diminuer le risque de toxicité. C’est une radiothérapie particulièrement adaptée pour l’irradiation de certaines tumeurs de l’enfant et du jeune adulte.

Source Inicancer


Psoriasis

Le psoriasis est une maladie inflammatoire multifactorielle de la peau (dermatose) qui touche environ 2% de la population française. Il survient chez des personnes présentant une prédisposition génétique et sous l’influence de facteurs favorisants. La maladie peut apparaître à tout âge, mais il existe un pic d’apparition entre 20 et 40 ans. Environ un tiers des cas se déclarent avant 20 ans, y compris chez des sujets très jeunes. Les débuts précoces ne sont pas plus sévères, mais ils sont associés à davantage de récidives. Le psoriasis est dû à un dérèglement immunitaire qui entraine une inflammation chronique et exagérée de la peau et une surproduction de kératinocytes, les cellules productrices de kératine qui composent majoritairement l’épiderme. Des cellules immunitaires (lymphocytes T activés et des polynucléaires neutrophiles) se retrouvent dans la peau pour des raisons inconnues et y produisent des molécules inflammatoires (cytokines Il-17, Il-22, TNF-alpha, autres). Ces dernières stimulent la prolifération des kératinocytes. Le délai de renouvellement de ces cellules, normalement de trois semaines, passe alors à trois jours. Il en résulte une accumulation des kératinocytes immatures à la surface de la peau, augmentant l’épaisseur de la couche externe (la cornée). On parle d'hyperkératose.

Les désordres immunologiques à l’origine de la maladie sont encore mal connus. Toutefois, ils semblent favorisés par différents facteurs déclenchants comme le stress, une infection ou encore l’alcool. Le psoriasis se caractérise par des plaques rouges dues à l’inflammation, présentant des pellicules blanches (les squames) qui correspondent à des dépôts de kératinocytes morts. Les localisations habituelles sont les zones de frottement - coudes, avant-bras, genoux, bas du dos - mais aussi le cuir chevelu et les ongles. Cependant, les plaques peuvent apparaître partout (plus rarement au niveau du visage), y compris sur les muqueuses. Elles peuvent s’étendre sur de grandes surfaces du corps. L’évolution de la maladie est imprévisible. Elle progresse par poussées d’intensité variable, entrecoupées de rémissions de durée également variable. Il peut s’écouler plusieurs années entre deux poussées. (Source Inserm)


Q


Qualité de l'eau

La qualité bactériologique de l’eau est évaluée à partir de deux germes indicateurs de contamination fécale (Escherichia coli et entérocoques) qui doivent être absents dans un échantillon de 100 ml d’eau. En 2015, 2,4 % de la population (soit environ 1,5 million d’habitants) sont alimentés par de l’eau ayant été au moins une fois non conforme aux paramètres microbiologiques au cours de l’année (contre 8,8 % en 2000). La protection des captages et l’amélioration des conditions de gestion des installations de production, de stockage et de distribution de l’eau concourent notamment à l’amélioration progressive de la situation. Cependant, cette diminution est moins forte depuis 2009, traduisant les difficultés à distribuer sur l’ensemble du territoire de l’eau en permanence conforme vis-à-vis des paramètres microbiologiques, en particulier en zone rurale dans les petites unités de distribution. 


R


Radon

Le radon est un gaz radioactif naturel inodore, incolore et inerte, présent partout dans les sols mais plus fortement dans les sous-sols granitiques et volcaniques. Ce gaz s’accumule dans les espaces clos, notamment dans les bâtiments. 
Il a été reconnu cancérigène pulmonaire certain pour l’homme depuis 1987 par le centre international de recherche sur le cancer (CIRC) de l’Organisation mondiale pour la santé (OMS).
En France, il constitue la principale source d’exposition aux rayonnements ionisants et le second facteur de risque de cancer du poumon après le tabagisme.

Le nombre annuel de décès par cancer du poumon dû à l’exposition domestique au radon est estimé entre 1 200 et 2 900 en France.

Source Ministère des Solidarités et de la Santé



Résistance aux antibiotiques

La résistance aux antibiotiques (RATB) constitue un problème de santé publique majeur. L’étude BURDEN conduite par Santé publique France en 2015 estime que 158 000 infections à bactéries multirésistantes (BMR) surviennent chaque année en France, dont 16 000 infections invasives (12 500 décès sont associés à ces infections dont 2 700 aux infections invasives). Le développement de la RATB se traduit par une réduction de l’arsenal thérapeutique et peut conduire par l’émergence de multirésistances à des impasses thérapeutiques. Son développement est lié à la pression de sélection exercée par les antibiotiques prescrits en santé humaine et animale (animaux d’élevage et animaux domestiques) et à la diffusion des BMR. La diminution de l’exposition des populations aux antibiotiques est ainsi un point majeur dans la lutte contre la RATB. L’autre déterminant principal de la résistance aux antibiotiques est le respect des règles d’hygiène et la bonne gestion des excrétas qui sont indispensables pour maîtriser la dissémination des bactéries multirésistantes. Les surveillances de la RATB et de la consommation d‘antibiotiques sont, depuis le début des années 2000, des actions cible des plans nationaux successifs d’alerte sur les antibiotiques.


Rectocolite hémorragique (RCH)

La rectocolite hémorragique (RCH) est une maladie inflammatoire intestinale pouvant atteindre le rectum et le côlon. Les autres segments du tube digestif (intestin grêle en particulier) ne sont jamais concernés par l’in ammation. C’est une maladie chronique comportant des phases d’activité (ou « poussées ») d’intensité variable alternant avec des phases de rémission complète. Lors des phases d’activité, l’in ammation atteint la muqueuse, c’est-à-dire la partie interne de la paroi intestinale, qui devient rouge, fragile, ulcérée. La maladie touche toujours le rectum et peut « remonter » sur le côlon, d’un seul tenant sans laisser d’intervalle de muqueuse saine. Selon l’étendue des lésions au niveau du côlon, on distingue schématiquement trois types de RCH :

Les RCH distales (60%) atteignant le rectum (il s’agit alors d’une rectite, le suffixe ite désignant une inflammation), le rectum et le sigmoïde (rectosigmoïdite).
Les RCH pancoliques (15%) atteignant le rectum et la totalité du côlon.

Les formes intermédiaires (25%) entre les formes distales et pancoliques. 

 

Source AFA

Téléchargez la fiche complète éditée pa l'AFA


Rougeole

La rougeole est une maladie virale grave extrêmement contagieuse. En 1980, avant que la vaccination ne se généralise, on estimait à 2,6 millions par an le nombre de décès dus à la rougeole. On estime que 134 200 personnes, dont une majorité d’enfants de moins de 5 ans, sont mortes de la rougeole en 2015. C'est une affection due à un virus de la famille des paramyxoviridés. Le virus rougeoleux se transmet habituellement par contact direct ou par l’air, infectant les voies respiratoires puis se propageant à tout l’organisme. La rougeole est une maladie humaine et on ne connaît pas de réservoir chez l’animal. 

L'intensification des activités de vaccination a permis de faire baisser considérablement le nombre de décès dus à la rougeole. Entre 2000 et 2015, on estime que la vaccination antirougeoleuse a évité 20,3 millions de décès, faisant de ce vaccin le meilleur investissement dans la santé publique. Le nombre de décès à l’échelle mondiale a diminué de 79%, passant de 651 600 en 20001 à 134 200 en 2015.  Le premier signe d’infection est en général une forte fièvre qui apparaît environ 10 à 12 jours après l’exposition au virus et persiste 4 à 7 jours. Au cours de ce stade initial, le tableau peut comporter une rhinorrhée (nez qui coule), de la toux, des yeux rouges et larmoyants, et de petits points blanchâtres sur la face interne des joues. L’éruption apparaît plusieurs jours plus tard, habituellement sur le visage et le haut du cou. En 3 jours environ, elle progresse pour atteindre les mains et les pieds. Elle persiste 5 à 6 jours avant de disparaître. On l'observe en moyenne 14 jours après l’exposition au virus, dans un intervalle de 7 à 18 jours.

La plupart des décès sont dus aux complications de la maladie. Celles-ci sont plus fréquentes avant l'âge de 5 ans ou chez l’adulte de plus de 20 ans. Parmi les complications les plus graves, on observe des cécités, des encéphalites (qui peuvent s’accompagner d’oedèmes cérébraux), des diarrhées sévères (susceptibles d’entraîner une déshydratation), des infections auriculaires et des infections respiratoires graves comme la pneumonie.  Les formes sévères surviennent plus particulièrement chez les jeunes enfants malnutris, notamment si les apports en vitamine A sont insuffisants ou si leur système immunitaire est affaibli par le VIH/sida ou d’autres maladies.

Dans les populations fortement touchées par la malnutrition et qui ne bénéficient pas de soins de santé adéquats, jusqu’à 10% des cas de rougeole sont mortels. Contractée pendant la grossesse, la rougeole peut également donner lieu à de graves complications et entraîner une fausse couche ou un accouchement prématuré. Les personnes qui guérissent de la rougeole sont immunisées à vie. (Source OMS)


Rubéole

La rubéole est une infection virale contagieuse, généralement bénigne, qui touche le plus souvent les enfants et les adultes jeunes. C'est la principale cause d’anomalies congénitales évitables par la vaccination. Chez la femme enceinte, la rubéole peut entraîner la mort du fœtus ou des malformations congénitales (syndrome de rubéole congénitale). Il n’y a pas de traitement spécifique contre la rubéole mais il existe un vaccin. Si l’infection par le virus entraîne généralement une fièvre modérée et une éruption cutanée chez les enfants et les adultes, l’infection pendant la grossesse, en particulier pendant le premier trimestre, peut provoquer une fausse couche, la mort du fœtus, une mortinaissance ou des malformations congénitales, appelées syndrome de rubéole congénitale (SRC). Le virus de la rubéole se transmet par les gouttelettes nasales expulsées par les personnes infectées lorsqu’elles éternuent ou toussent. L’homme est le seul hôte connu.

Chez l’enfant, la maladie est généralement bénigne et se manifeste par une éruption cutanée, une légère fièvre (< 39 °C), des nausées et une conjonctivite modérée. L’éruption cutanée, qui survient dans 50% à 80% des cas, débute généralement sur la face et le cou avant de s’étendre au reste du corps et dure 1 à 3 jours. Le signe clinique le plus caractéristique de la maladie est l’augmentation du volume des ganglions lymphatiques derrière les oreilles et dans le cou. Les adultes infectés – généralement des femmes – présentent parfois une arthrite et des douleurs articulaires, en général pendant 3 à 10 jours. Le virus se propage dans l’organisme en 5 à 7 jours et les symptômes apparaissent en général 2 à 3 semaines après l’exposition. L’infectiosité atteint son maximum 1 à 5 jours après l’apparition de l’éruption cutanée. Quand une femme contracte la rubéole en début de grossesse, la probabilité de transmission du virus au fœtus est de 90%. Chez la femme enceinte, la rubéole peut entraîner une fausse couche, une mortinaissance ou de graves malformations congénitales (syndrome de rubéole congénitale). Les nourrissons atteints d’un syndrome de rubéole congénitale peuvent excréter le virus pendant au moins un an. (Source OMS)


Rythme circadien

Le fonctionnement de l’organisme est soumis à un rythme biologique, calé sur un cycle d’une journée de 24 heures. Ce rythme régule la plupart de nos fonctions biologiques et comportementales. Sa dérégulation entraîne des troubles du sommeil et d’importantes perturbations physiologiques. La chronobiologie est l’étude de ces rythmes et des conséquences de leur perturbation. C’est aussi l’étude des mécanismes biologiques impliqués, et celle des approches cliniques découlant de cette connaissance. Des fonctions de l’organisme aussi diverses que le système veille/sommeil, la température corporelle, la pression artérielle, la production d’hormones, la fréquence cardiaque, mais aussi les capacités cognitives, l’humeur ou encore la mémoire sont régulées par le rythme circadien (circa : "proche de", dien : "un jour"), un cycle d’une durée de 24 heures.

Plus généralement, les données de la recherche scientifique montrent que presque toutes les fonctions biologiques sont soumises à ce rythme. Les exemples de cette activité cyclique sont innombrables : Grâce à l’horloge circadienne, la mélatonine est secrétée au début de la nuit, le sommeil est plus profond vers deux heures du matin, la température corporelle est plus basse le matin très tôt et plus élevée en fin de journée, les contractions intestinales diminuent la nuit, l’éveil est maximal du milieu de matinée jusqu’en fin d’après-midi, la mémoire se consolide pendant le sommeil nocturne…Des études ont montré que des individus isolés durant plusieurs semaines dans des conditions proches de l’obscurité et sans repère de temps continuent de maintenir un cycle où le repos et l'activité alternent sur une période d’environ 24 heures. Cette persistance prouve que le rythme circadien est endogène, c'est-à-dire qu'il est généré par l’organisme lui-même. 

C’est une horloge interne, nichée au cœur du cerveau, qui impose le rythme circadien à l’organisme, tel un chef d’orchestre. Toutes les espèces animales et végétales ont leur propre horloge interne calée sur leur rythme. Chez l’Homme, cette horloge se trouve dans l’hypothalamus. Elle est composée de deux noyaux suprachiasmatiques contenant chacun environ 10 000 neurones qui présentent une activité électrique oscillant sur 23h30 à 24h30 en moyenne. Cette activité électrique est contrôlée par l’expression cyclique d’une quinzaine de gènes "horloge". (Source Inserm)


S


SAOS

Le SAOS touche 4% de la population adulte en France 
Le Syndrome des apnées obstructives du sommeil : le SAOS est la survenue, durant le sommeil, d’épisodes anormalement fréquents d’obstruction complète ou partielle des voies aériennes supérieures, responsables d’interruptions (apnées), ou de réductions significatives (d'hypopnées) de la ventilation) 


Sarcopénie

La sarcopénie se caractérise par une dégénérescence de la masse, de la qualité et de la force musculaire. Les stratégies développées aujourd’hui pour lutter contre cette pathologie se heurtent à l’absence d’outils de diagnostic précoce et affichent des efficacités variables, souvent associées à des effets secondaires. L’exercice physique, bien que présentant l’inconvénient majeur d’être souvent impraticable ou infructueux chez les individus dont les capacités motrices sont réduites, est souvent considéré comme l’approche la plus efficace.  Or, le maintien des capacités fonctionnelles des séniors est essentiel afin de préserver leur indépendance et leur qualité de vie. Associée à une limitation de la mobilité, la sarcopénie apparaît comme une des premières causes de la perte progressive d’autonomie et du développement de pathologies liées à l’âge (ostéoporose, altérations cardiaques et/ou cognitives) et par conséquent comme une des raisons principales de placement en institut médicalisé. En 2016, l’OMS a reconnu la diminution des capacités musculaires – aussi appelée sarcopénie ou dystrophie musculaire liée à l’âge – comme une maladie. (Source Inserm)


Sclérose en plaques (SEP)

La sclérose en plaques est une maladie auto-immune qui affecte le système nerveux central. Elle entraine des lésions qui provoquent des perturbations motrices, sensitives et cognitives. A plus ou moins long terme, ces troubles peuvent progresser vers un handicap irréversible. Les traitements actuels permettent de réduire les poussées et améliorent la qualité de vie des patients, mais ils ont une efficacité insuffisante pour lutter contre la progression de la maladie.  La maladie fait intervenir des mécanismes auto-immuns complexes qui attaquent les cellules chargées de synthétiser la gaine de myéline qui entoure les axones dans le système nerveux central. Ce phénomène entraine des lésions à l’aspect scléreux (épais et dur), dispersées dans le système nerveux central. Ces lésions sont appelées plaques, d’où le nom de la maladie. Elles traduisent une démyélinisation et souvent le début d’une dégénérescence axonale. Attaquées par les lymphocytes, les gaines de myéline sont altérées, ce qui perturbe ou empêche la circulation de l’information. La maladie se manifeste par des poussées inflammatoires qui entraîne la démyélinisation. C'est une maladie du jeune adulte qui représente la première cause de handicap sévère non traumatique chez les trentenaires. L’âge moyen de début des symptômes est en effet 30 ans. La maladie touche davantage de femmes, avec un sex-ratio de 1 homme pour 3 femmes environ. Environ 100 000 personnes sont touchées en France (environ 1 personne sur 800).  (Source INSERM) 
 

 

 


Scope santé

Scope santé est le site d’information sur les établissements de santé français développé par la Haute Autorité de Santé (HAS). Il met à disposition des internautes les données sur la qualité et la sécurité des soins dans les hôpitaux et les cliniques, issues de la certification des établissements de santé et du recueil des indicateurs de qualité et de sécurité des soins par la HAS. En 2016, la HAS a mis en ligne une nouvelle version plus accessible destinée à faciliter la comparaison des établissements. Scope santé a également intégré de nouvelles données comme e-Satis, le score de satisfaction des patients sur leur prise en charge hospitalière, permettant des comparaisons entre établissements ainsi qu’un nouvel indicateur relatif à l’évaluation de la douleur postopératoire. www.scopesante.fr 


SER

Le SER, Syndicat des énergies renouvelables  regroupe 360 adhérents, représente un chiffre d’affaires de 10 milliards d’euros et plus de 75 000 emplois. Elle est l’organisation professionnelle qui rassemble les industriels de l’ensemble des filières énergies renouvelables : biomasse (FBE), bois, biocarburants, biogaz, éolien, énergies marines, géothermie, hydroélectricité, pompes à chaleur, solaire photovoltaïque (SOLER), solaire thermique et thermodynamique.
Pour suivre le SER : www.enr.fr - sur twitter : @ser_enr


SFNV

Créée en 1996, La Société Française Neuro-Vasculaire est la société savante qui regroupe l’ensemble des professionnels concernés par les pathologies vasculaires cérébrales dont les accidents vasculaires cérébraux (AVC), leur diagnostic, leur traitement et leur prévention. Elle développe des actions à destination des filières de soins pour une prise en charge optimale des patients (avant, pendant et après l’hôpital) ; elle accompagne la formation des professionnels (médecins et professions paramédicales) et la recherche. Pour cela, la société soutient et participe à des études clés, distribue des bourses et favorise les contacts entre cliniciens et chercheurs. Son Conseil d’Administration, composé de 10 membres élus, est présidé depuis novembre 2015 par le Pr Serge Timsit, chef du département de Neurologie - hôpital La Cavale Blanche de Brest. https://www.societe-francaise-neurovasculaire.fr/

 


Slime

Le Slime, une pâte à malaxer gluante et élastique, est actuellement très prisé des enfants et adolescents. Il se trouve dans le commerce sous forme prête à l’emploi ou en kits. Le Slime peut également être fabriqué à la maison, pour en faire varier l’aspect et la texture (couleur, paillettes...). Les tutoriels de fabrication de Slime se multiplient sur Internet et de nombreuses recettes sont proposées, à base de constituants comme la colle à papier et la lessive. Plusieurs cas d’atteintes cutanées en lien avec la fabrication et la manipulation de Slime « maison » ont été rapportés à l’Anses, par les Centres antipoison, le réseau de vigilance en dermato-allergologie Revidal-Gerda et le réseau AllergOS. Dans ce contexte, l’Anses et la DGCCRF attirent l’attention sur les risques liés au contact avec des produits toxiques, détournés de leur usage, lors de la fabrication puis de la manipulation de Slime « maison ». Concernant les coffrets vendus en magasins de jouets, elles appellent par ailleurs les utilisateurs au respect des précautions d’emploi des kits.

L’ingrédient de base pour la fabrication du Slime est la colle à papier liquide, parfois vendue en flacons de grande contenance. Or, ces colles liquides contiennent des conservateurs, notamment des libérateurs de formaldéhyde ou des isothiazolinones, substances très allergisantes par voie cutanée, ainsi que de nombreux solvants (éthanol, acétate d’éthyle, acétate de méthyle) responsables d’irritation des voies respiratoires. Une substance permettant de rendre la pâte élastique est obligatoirement ajoutée : il s’agit quasi- exclusivement du bore sous forme d’acide borique et ses dérivés. Il est utilisé directement en poudre ou via des produits médicamenteux ou commerciaux : liquides pour lavage des yeux ou des lentilles de contact, lessives diverses dont l’usage est détourné à cet effet. 

L’acide borique et ses dérivés, quels que soient les produits en contenant, ne doivent pas être manipulés par des enfants de manière répétée. En effet, ces composés toxiques pour la fertilité et le développement embryofœtal ne doivent pas être utilisés en dehors des usages pour lesquels ils sont commercialisés, et ce d’autant plus que les quantités utilisées lors de la fabrication de Slime sont plus importantes que dans les usages recommandés. (Source ANSES) 


Société Française de Radiologie (SFR)

La Société Française de Radiologie est une association à but non lucratif régie par la loi de 1901. La SFR a pour objectif de développer une expertise sur tous les sujets concernant l'imagerie et en assure la diffusion sur son site, pendant les JFR, ou au travers de publications écrites ou électroniques.
Propriétaire du Journal de Radiologie, la Société Française de Radiologie en a confié l'édition à Elsevier Masson. La Société Française de Radiologie organise un congrès annuel qui a lieu à Paris, les Journées Françaises de Radiologie. Elle décerne des bourses et des prix pour favoriser le développement de travaux de recherches en France et à l'étranger. Elle publie des recommandations de bonnes pratiques et des ouvrages pédagogiques.
La SFR est affiliée à toutes les Institutions Européennes et Internationales Radiologiques, et a construit un réseau de relations privilégiées avec de nombreuses Sociétés Savantes principalement francophones.
www.sfrnet.org/sfr/


Soins hospitaliers

Avec 90,8milliards d’euros en 2015, les soins hospitaliers réalisés dans les établissements publics et privés, (hors soins de longue durée) représentent 46,7% de la consommation de soins et de biens médicaux (CSBM) en France. Cette part est croissante sur la période récente (elle représentait 45,8 % de la CSBM en 2007). En 2015, la croissance totale de la consommation de soins hospitaliers est de 1,9 % en valeur.  Le secteur public représente à lui seul 77 % de la consommation de soins hospitaliers en 2015 et cette part est stable depuis 2006. 


SPCJD - sédation profonde et continue jusqu'au décès

La loi Claeys-Leonetti de février 2016 a eu pour ambition de renforcer les droits du patient et son autonomie face à sa  n de vie. Dans cette pers- pective, elle a ouvert la possibilité pour les patients de demander l’accès, sous certaines conditions, à la sédation profonde et continue jusqu'au décès (SPCJD). Celle-ci soulève de nombreuses questions d’ordre à la fois éthique et pratique non seulement en France, mais aussi dans la com- munauté internationale.

Ce que dit la loi
Les patients atteints d’une maladie grave et incurable dont le pronostic vital est engagé à court terme et présentant des douleurs réfractaires aux traitements, ainsi que ceux qui demandent que soit interrompu un traitement vital et craignent de ce fait l’apparition de douleurs ré- fractaires, ont le droit de recevoir à leur demande une SPCJD. Chez un patient qui ne peut pas expri- mer sa volonté, le médecin se doit de mettre en œuvre une SPCJD en accompagnement de la procédure d’arrêt thérapeutique au titre du refus de l’obstination déraisonnable, sauf si le patient s’y est opposé dans ses directives anticipées.
Cette disposition ne s’applique pas en situation d’urgence et un médecin trouvant la demande du patient non-appropriée par rapport à son état peut refuser de l’honorer, à condition que ce refus soit collégial et consigné de façon argumentée dans le dossier du patient...

 

Source CNSPFV - Centre national des soins palliatifs et de la fin de vie

Livre l'intégralité du rapport de novembre 2018


Staphylocoques

Cette famille de bactéries fait naturellement partie de la flore cutanéo-muqueuse et peut devenir pathogène dans certaines circonstances. Le plus redouté est le staphylocoque doré (staphylococcus aureus) responsable de nombreuses et graves infections nosocomiales. Les infections cutanées ou des muqueuses peuvent rapidement évoluer vers des septicémies. En milieu hospitalier, ces bactéries contaminent souvent les prothèses ou les dispositifs médicaux implantés. L'antibiothérapie reste le traitement de référence mais de nombreux cas de résistance aux antibiotiques disponibles y compris la vancomycine ont été rapportés.


Syndrome de Prader-Willi

Maladie génétique rare, le syndrome de Prader-Willi se caractérise par des troubles neuro-développementaux associés à de multiples déficits hormonaux. Les nourrissons présentent des difficultés à téter et grossir (anorexie) et des troubles du tonus (hypotonie). Vers l’âge de 2 à 3 ans, leur comportement alimentaire s’inverse et ils développent alors une hyperphagie et une addiction alimentaire qui les conduisent à une obésité morbide. Plus tard, ces enfants souffriront de faibles habiletés sociales et de troubles divers (du comportement, des apprentissages, psychiatriques et endocriniens). Il n’existe, à ce jour, aucun traitement pour traiter la pathologie dans son ensemble ni en modifier son évolution.


Syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS)

Le SRAS-CoV est le premier coronavirus qui a entrainé une maladie grave chez l’Homme. Il a sévi sous forme épidémique entre novembre 2002 et juillet 2003. Plus de 8 000 cas ont été recensés dans 30 pays (dont près de 20% chez des soignants) et 774 personnes sont décédées (soit près de 10% de mortalité). L’épidémie est partie de quelques cas dans la province du Guangdong, en Chine du Sud-Est, suite à la consommation de viande de civette infectée. Ces cas ont ensuite déclenché une chaîne de transmission interhumaine. Plusieurs cas graves sont survenus dans différentes villes des environs de Guangzhou, puis le virus a été introduit à Hong Kong en février 2003. Il s’est ensuite propagé au Vietnam, à Singapour, au Canada, aux Philippines, au Royaume-Uni ou encore aux Etats-Unis, suite aux déplacements de personnes infectées. Il a été possible d’établir un lien entre plus de la moitié des infections et un seul patient arrivé à Hong Kong le 21 février 2003. Comme avec les coronavirus communs, la transmission du SRAS-CoV a eu lieu de personne à personne par voie aérienne via des gouttelettes respiratoires, par contacts directs avec des sécrétions ou liquides biologiques, ou encore par l’intermédiaire d’un objet contaminé. Néanmoins, le SRAS-CoV était modérément transmissible et une fraction de patients semblait incapable de le transmettre. A l’inverse, quelques cas ont été à l’origine de très nombreux cas secondaires. Les experts ont parlé de super contaminateurs. L’épidémie a pu être contrôlée grâce à une alerte mondiale déclenchée le 12 mars 2003 par l’Organisation mondiale de la santé, l’arrêt de la consommation de civettes en Chine, la détection précoce des cas suspects, l’isolement des malades dès les premiers symptômes, la prise en charge des personnes avec qui ils avaient été en contact et la protection des soignants. Lors de l’épidémie de 2003, en France, tous les cas possibles de Sras devaient être signalés et les patient étaient placés en isolement strict. Les personnes contacts étaient également mises en quarantaine pendant 10 jours (à domicile) et suivies quotidiennement. Au total, 437 cas possibles de Sras ont été signalés entre mars et juillet 2003 et 77 personnes contacts ont fait l’objet d’un suivi. Sept cas probables ont été identifiés, dont un est décédé. Aucune transmission secondaire n'a été mise en évidence. (Source Inserm)


T


Tabagisme

Le tabac constitue la première cause de mortalité prématurée évitable : chaque année, en France, il entraînerait le décès de plus de 75 000 personnes, dans un contexte où le niveau de consommation reste élevé, comparé notamment aux autres pays occidentaux. Après la hausse observée entre 2005 et 2010, la prévalence du tabagisme se stabilise en 2014 parmi les 18-75 ans (34,3 % de fumeurs actuels) et le tabagisme quotidien apparaît même en légère baisse (de 29,7 % en 2010 à 28,6 % en 2014). Chez les adolescents, après une décennie de baisse continue (de 41,1 % en 2000 à 28,9 % en 2008), la consommation quotidienne augmente légèrement depuis 2008 : elle atteint 32,4 % en 2014, progressant ainsi de plus de 3 points en six ans. Toutefois, à 17 ans, l’expérimentation du tabac est devenue plus tardive puisqu’en 2014, garçons et lles confondus, l’âge moyen est de 14 ans pour l’initiation et de 14,9 ans pour l’en- trée dans le tabagisme quotidien, contre respecti- vement 13,5 ans et 14,5 ans en 2000.


Tabagisme

Après plusieurs décennies de baisse, la prévalence du tabagisme a augmenté entre 2005 et 2010 puis elle s’est stabilisée entre 2010 et 2014 à un niveau toutefois élevé, avec 34,3 % de fumeurs actuels parmi les 18-75 ans. En 2014, l’usage quotidien de tabac concerne 28,6 % des adultes (32,9 % des hommes et 24,6 % des femmes) et diminue nettement avec l’âge. Dans l’en-semble de la population de 18 à 75 ans, la part des fumeurs quotidiens, qui avait augmenté de 2 points entre 2005 et 2010, apparaît en baisse légère mais néanmoins significative (de 29,7 % en 2010 à 28,6 % en 2014). Cette moindre consommation globale correspond en fait à une diminution du tabagisme quotidien uniquement chez les femmes, le niveau étant resté inchangé chez les hommes. Par ailleurs, cette évolution reste assez différenciée selon les classes d’âges. Parmi les hommes, la prévalence du tabagisme quotidien augmente significativement chez les 65-75 ans ; parmi les femmes, c’est déjà le cas pour celles âgées de 55 à 64 ans (prolongeant la tendance déjà observée en 2010 pour la tranche d’âge 45-64 ans). 


Télémédecine

La télémédecine est une forme de partique médicale à distance fondée sur l'utilisation des technologies de l'information et de la communication. Elle a pour objectif d'améliorer l'accessiblité à l'offre de soins (notamment dans les territoires fragiles) et la qualité de vie des patients en permettant une prise en charge et un suivi sur leur lieu de vie. Cinq catégories d'actes font partie de la télémédecine : la téléconsultation, la téléexpertise, la télésurveillance, la téléassistance et la régulation médicale.
 


Télémédecine

Selon le Code de la santé publique (L. 6316-1), la télémédecine se définit comme une pratique médicale (effectuée par un médecin) à distance (en mobilisant des technologies de l’information et de la communication ou TIC).

Il s’agit donc d’une innovation organisationnelle qui se traduit par une nouvelle façon de consulter et non par une innovation médicale qui implique une nouvelle façon de soigner.

On distingue cinq types d’actes : la téléconsultation (soit une consultation à distance au cours de laquelle un patient et un médecin se parlent et le plus souvent se voient, la télé-expertise (quand un médecin sollicite à distance l’avis d’un autre médecin), la télésurveillance (qui permet à un médecin d’interpréter à distance des données recueillies sur le lieu de vie d’un patient), la téléassistance (pour assister à distance un autre médecin) et la régulation dans le cadre des urgences (via le 15 qui permet d’effectuer un premier niveau de conseil médical par téléphone notamment pour orienter le patient). 

Source CNAM


Techniques immunocytochimiques

Les techniques immunocytochimiques (ICC) permettent de mettre en évidence un couple antigène-anticorps en localisant les molécules virales reconnues dans un anticorps spécifique à l'aide d'un marqueur coloré. Les techniques ICC (double immuno-marquage p16INK4A/Ki67) ne peuvent être réalisées que sur milieux liquides. Il est alors nécessaire de suivre strictement les conditions du pré-analytique établies par le fabricant des anticorps concernés. Parmi les nombreuses applications de ces techniques figurent la détection des tumeurs indifférenciées, l'identification des leucémies ou encore la détermination de l'origine d'une métastase.

 


Temps d'écran

En 2006-2007, selon les études ENNS et INCA-2, les adultes passent en moyenne entre 3h20 et 3h30 par jour devant un écran (télévision ou ordinateur). Chez les enfants, le temps moyen passé devant un écran est d’environ 3 heures (3 heures et demie chez les 15-17 ans). Les enquêtes réalisées en milieu scolaire apportent des informations en matière d’évolution du temps passé devant un écran. En 2005-2006, 78,4 % des enfants de grande section de maternelle passent plus d’une heure devant un écran les jours sans classe. Cette proportion atteint 83,4 % en 2012-2013. Les enfants de cadres passent en moyenne moins de temps quotidien devant un écran, même les jours de classe : seuls 25 % y consacrent plus d’une heure, contre 59 % pour les enfants d’ouvriers. Ces derniers disposent aussi plus souvent d’un écran dans leur chambre (34 % contre 9 %). 


Test HPV

Le test HPV (Human Papilloma Virus) consiste en un prélèvement cellulaire afin de rechercher l’ADN des virus HPV et ainsi de savoir si la personne est porteuse d’une telle infection HPV. La majorité des virus n'engendreront qu'une infection passagère qui régressera rapidement. Quelques uns, comme les HPV 16 & 18, sont toutefois des virus à Haut risque, responsables de la survenue de cancers génitaux dont le plus fréquent est le cancer du col. D'où l'intérêt de réaliser un test HPV à partir d’un frottis, prélevé en milieu liquide validé. Si le frottis initial a été réalisé sur lame, le test HPV peut être pratiqué à l’aide d’un second prélèvement en milieu dédié, par exemple dans un laboratoire de biologie médicale.


Tetanos

Le tétanos est une maladie toxi-infectieuse de pronostic très sévère, due à l'atteinte du système neuromusculaire par une neurotoxine, la tétanospermine, sécrétée par le bacille tétanique, Clostridium tetani, Gram positif, anaérobie strict, sporulant, dont les spores sont souvent retrouvées dans la terre et les fèces animales. Même une introduction superficielle de ce germe tellurique ubiquiste, par une plaie souillée ou anfractueuse parfois minime (piqûre, écharde) ou par une plaie chronique d'ulcère variqueux de la jambe, provoque la contamination. Les équidés et les bovidés porteurs de la bactérie dans leur tube digestif peuvent être source de contamination. Le diagnostic du tétanos est essentiellement clinique. Après une incubation de deux jours en moyenne, le symptôme inaugural est le trismus, contracture des masséters bloquant l'ouverture de la mâchoire, sans fièvre, s'étendant au pharynx avec dysphagie et à la face. L’évolution en tétanos généralisé peut s’avérer très grave, associant des contractures musculaires généralisées permanentes avec des renforcements paroxystiques et un syndrome dysautonomique aboutissant à l'opisthotonos (incurvation de la colonne vertébrale, membres en extension), puis au blocage spastique des muscles respiratoires, au spasme laryngé et à la mort par anoxie. La conjonction d'un statut vaccinal défectueux, d'un trismus sans fièvre et d'un faciès caractéristique doit faire évoquer un tétanos et impose une hospitalisation d'urgence. Le site internet Santé publique France  mentionne que 108 cas ont été déclarés en France sur la période 2005-2016, dont 30 mortels (soit environ deux par an). La primovaccination antitétanique (anatoxine tétanique) est réputée pour son efficacité et son innocuité quasiment parfaites. À ce jour, la vaccination antitétanique est obligatoire chez le nourrisson, et les rappels de l’adulte sont recommandés aux âges fixes de 25 ans, 45 ans et 65 ans, puis tous les dix ans. 


Thérapie génique

La thérapie génique consiste à traiter une maladie en introduisant un gène fonctionnel dans des cellules au génome altéré de manière à pallier le dysfonctionnement d’un gène défectueux, ou en apportant un gène à effet thérapeutique. Le "gène-médicament" est introduit dans les cellules malades grâce à un système appelé "vecteur".

Dans le cas des maladies génétiques, une anomalie sur un gène (mutation) provoque la fabrication d’une protéine anomale incapable de remplir correctement son rôle et sa fonction, ou empêche la production d’une protéine indispensable au bon fonctionnement des cellules. Ce dysfonctionnement altère l’organisme et le met en péril : les maladies génétiques rares sont le plus souvent invalidantes, évolutives et mortelles.

L’objectif de la thérapie génique est de permettre aux cellules de fabriquer la protéine manquante ou déficiente en leur apportant un gène fonctionnel. Les vecteurs actuellement les plus efficaces sont des virus dont on a modifié le génome de manière à ce qu’ils perdent leur pouvoir pathogène et qu’ils portent le gène thérapeutique. Mais d’autres vecteurs sont testés aussi, comme des molécules chimiques, des capsules lipidiques ou des plasmides.

La thérapie génique fait partie des biothérapies innovantes grâce auxquelles on espère pouvoir prochainement limiter la progression voire guérir des maladies rares incurables aujourd’hui. Tant au niveau de la recherche académique qu’au niveau du lancement d’essais cliniques, la France figure parmi les leaders mondiaux de la thérapie génique. (Source Génopole)

 


Tiques

Les tiques sont des arthropodes hématophages qui effectuent plusieurs repas sanguins au cours de leur cycle de vie (larve, nymphe, adulte). Au cours de leurs repas elles peuvent se contaminer avec des agents pathogènes présents chez les animaux sauvages sur lesquels elles se nourrissent. Ces agents pathogènes sont alors transmis par les tiques à d’autres hôtes vertébrés dont les humains au cours de leurs prochains repas. Les tiques constituent un réel problème de santé publique et vétérinaire. En Europe elles sont les premiers vecteurs de maladies infectieuses chez l’Homme et l’animal. Chez l’Homme, la maladie transmise par les tiques la mieux connue est la maladie de Lyme. elle est due aux bactéries appartenant au groupe Borrelia burgdorferii sensu lato.

Chaque année 85 000 nouveaux cas sont déclarés en Europe. D’autres micro- organismes (bactéries, virus, parasites) sont également transmis par les tiques et sont à l’origine de maladies chez l’Homme et l’animal.


Troubles bipolaires

Anciennement appelés psychoses maniaco-dépressives, les troubles  bipolaires appartiennent à la catégorie des troubles de l'humeur. Ils se caractérisent pas des phases d’exaltation avec augmentation de l’énergie et des activités (manie ou hypomanie), et des périodes de baisse de l’humeur (dépression), qui entraînent des difficultés importantes au niveau de la pensée, des actes, des émotions, du comportement et de l’état de santé global. Classés parmi les dix pathologies les plus invalidantes par l’Organisation Mondiale de la santé (OMS), ils restent associés, en cas de prise en charge insuffisante, à une mortalité prématurée due principalement à l’association à des pathologies médicales, en particulier cardio-vasculaires, ainsi qu’à une désinsertion sociale et professionnelle. Entre 650 000 à 1,6 million de personnes sont atteintes de troubles bipolaires en France et l'âge du pic d'apparition de la maladie se situe entre 15 et 25 ans. Près d'un quart des patients atteints de ces troubles risquent de commettre une tentative de suicide. Des réponses à la fois médicales, médico-sociales et associatives existent qui permettent de freiner l’évolution chronique et de préserver l’insertion familiale, sociale et professionnelle des malades.

 


Troubles bipolaires

Anciennement connus sous le terme de « psychose maniaco-dépressive », les troubles bipolaires (TB) recouvrent un large spectre de manifestations cliniques et comprennent des épisodes maniaques, mixtes ou hypomaniaques, accompagnés habituellement d’épisodes dépressifs majeurs. Ils se caractérisent par un début souvent précoce, à l’adolescence ou au début de l’âge adulte, un diagnostic souvent tardif (une dizaine d’années peut s’écouler après le début de la maladie), un taux de rechute élevé, un risque de désinsertion familiale, sociale, professionnelle et un risque suicidaire important en l’absence d’une prise en charge adaptée. Leur prévalence en population générale est difficile à mesurer :  elle se situerait entre 0,2 % et 1,6 % de la population en France.  On évalue à environ 216 000 le nombre de personnes souffrant de TB et prises en charge en 2014 par le système de soins, ce qui correspond à une prévalence estimée à 3,4 pour 1 000 habitants, 4,2 ‰ chez les femmes et 2,6 ‰ chez les hommes. La prise en charge des patients est à tout âge, excepté chez les enfants, plus fréquente chez les femmes que chez les hommes (en moyenne 1,6 fois plus fréquente). La population prise en charge est principalement composée de sujets d’âge moyen et élevé : les trois- quarts d’entre eux ont entre 35 et 74 ans (77 % des hommes et 75 % des femmes). 


Troubles dépressifs

Le diagnostic de la dépression répond à des critères précis fixés par l’Organisation mondiale de la santé et l’Association américaine de psychiatrie. Pour que le diagnostic puisse être posé, le patient dépressif doit présenter au moins cinq des neuf symptômes caractéristiques de la maladie, presque tous les jours depuis au moins deux semaines, dont obligatoirement l’un parmi les deux suivants : humeur dépressive et anhédonie (incapacité à ressentir des émotions positives). En France, la prévalence des épisodes dépressifs caractérisés est estimée à 7,5 % parmi les personnes âgées de 15 à 85 ans. Si globalement le recours aux établissements de santé est relativement faible (environ 10 %), il est cependant plus élevé pour les cas de dépression les plus graves.  En 2014, environ 350 000 patients ont été hospitalisés dans un établissement psychiatrique public ou privé et/ou suivis en ambulatoire dans le secteur public, ce qui représente 17 % de l’ensemble des patients pris en charge dans ces établissements et correspond à un taux de recours de 5,3 pour 1 000 habitants, 6,6 ‰ pour les femmes et 3,9 ‰ pour les hommes. Avant l’âge de 15 ans, la prise en charge pour troubles dépressifs dans un établissement psychiatrique est relativement rare et concerne à peu près autant les garçons que les filles. À partir de 15 ans et jusqu’à un âge avancé (80-84 ans), les femmes sont entre 1,6 et 2 fois plus souvent prises en charge dans un établissement psychiatrique que les hommes.


Troubles des apprentissages (troubles DYS)

Différents troubles de l’apprentissage se manifestent chez des enfants qui ont une intelligence et un comportement social normaux et qui ne présentent pas de problèmes sensoriels (vue, ouïe). Ces enfants éprouvent des difficultés à apprendre à lire, à écrire, à orthographier, à s’exprimer ou encore à se concentrer. Les aires cérébrales impliquées, les manifestations et les prises en charge diffèrent selon les troubles. Cependant, l’association de plusieurs de ces troubles (deux ou plus) est fréquente chez un même enfant : cela suggère l’existence possible d’un mécanisme commun qui serait à l’origine de ces dysfonctionnements, vraisemblablement au cours du développement. Cette piste est actuellement explorée par les chercheurs. Dans près de 40 % des cas, un enfant concerné par les troubles DYS présente plusieurs types de troubles des apprentissages. La dyslexie ou la dyscalculie sont fréquemment associées à des troubles de la coordination motrice (dyspraxie) ou de l’attention. En outre, un problème de langage oral (dysphasie) est associé à un risque de dyslexie dans 50 % des cas. (Source INSERM)

Les troubles de l’apprentissage comprennent :

  • Les troubles de la lecture (acquisition du langage écrit) : on parle de dyslexie 
  • Les troubles du développement moteur et de l’écriture : on parle de dyspraxie 
  • Les troubles des activités numériques : on parle de dyscalculie.
  • Les troubles du langage oral : on parle de dysphasie.
  • Les troubles de l’attention

 


Troubles psychotiques

Les troubles psychotiques comprennent la schizophrénie ainsi que les troubles psychotiques aigus, les troubles schizotypiques, les troubles schizo-affectifs, les troubles délirants persistants et autres psychoses non organiques. La schizophrénie est considérée par l’OMS comme l’une des pathologies les plus préoccupantes du XXIe siècle, à l’instar d’autres maladies psychiatriques telles que les troubles bipolaires, les addictions et la dépression. Ces troubles sévères se caractérisent par un début souvent précoce, à la fin de l’adolescence ou au début de l’âge adulte, un risque de désinsertion familiale, professionnelle et sociale, un risque suicidaire important en l’absence d’une prise en charge adaptée, et des comorbidités somatiques, iatrogènes ou associées à des conduites addictives. Ils sont source d’incapacité, de souffrance et d’exclusion et contribuent largement à la morbidité ainsi qu’à la mortalité prématurée. En raison de leur faible prévalence dans la population générale, ces troubles sont peu accessibles par des enquêtes en population. Les données disponibles concernent surtout la seule schizophrénie et montrent que la prévalence vie entière pour cette dernière est de l’ordre de 4,0 pour 1 000 personnes, sans différence entre hommes et femmes. Environ 470 000 personnes souffrant de troubles psychotiques ont été prises en charge en 2014 par le système de soins français, ce qui correspond à une prévalence annuelle de 7,4 pour 1000 habitants. Tous âges confondus, elle est 30 % plus élevée chez les hommes (8,3 pour 1 000 versus 6,4 pour 1 000 chez les femmes). La population souffrant de troubles psychotiques prise en charge par le système de soins est principalement composée de sujets jeunes ou d’âge moyen: 79% des hommes et 66% des femmes sont âgés de 25 à 64 ans. Chez les hommes, la prévalence augmente régulièrement avec l’âge, pour atteindre un pic autour de 14 ‰ entre 35 et 49 ans, et décroître ensuite. 


Tuberculose

La tubercolose est connue depuis l'antiquité.

C'et actuellement la seconde maladie infectieuse la plus meurtrière. Un tiers de la population mondiale est porteuse de la bactérie et 10% développe la maladie. La maladie est due au bacille Mycobacterium tuberculosis découvert par Robert Koch en 1882. Le bacille de Koch ou BK se propage par aérosols de personne à personne et se développe dans les poumons. Cette forme appelée autrefois phtisie est la plus répandue, mais il existe des atteintes osseuses, rénales, intestinales, génitales ou cutanées. Depuis les années 50, la TB est soignée par antibiothérapie et le traitement dure six mois. Des souches résistantes à tous les antibiotiques connus sont apparues et contribuent à la réémergence de la maladie dans les pays en développement et dans les populations à risque. En fait la maladie frappe surtout les individus au système immunitaire affaibli ou vivant dans des conditions d'hygiène précaires. Il existe un vaccin (BCG) qui n'est plus obligatoire en France depuis 2007.


U



Urgences

En 2015, les 723 structures des urgences françaises ont pris en charge 20,3 millions de passages, soit 3,0 % de plus qu’en 2014. Cette progression prolonge la tendance observée depuis vingt ans. En 1996, le nombre de passage aux urgences s’établissait en effet à 10,1 millions pour la France métropolitaine et a augmenté ensuite, régulièrement, de 3,5 % par an en moyenne. Les urgences accueillent chacune en moyenne 28 000 patients par an, avec un nombre moyen de passages plus faible dans les services pédiatriques que dans les structures des urgences générales (25 000 passages en moyenne par an, contre 28 500). 18 % des passages aux urgences sont pris en charge par le secteur privé (pris dans sa globalité), une part qui a progressé dans les années 2000 pour se stabiliser depuis 2010. Les petites unités sont les plus nombreuses : 22 % des unités d’urgences traitent moins de 15 000 passages par an et deux structures sur trois, moins de 30 000. (Source Drees) 


V


Vaccin thérapeutique (contre le cancer)

La vaccination thérapeutique consiste à induire une réponse immunitaire, lorsque cette dernière fait défaut chez le patient atteint de cancer ou à fort risque de récidive. "C’est une situation très différente de celle de la vaccination préventive car l’intrus est déjà présent dans l’organisme et les défenses sont souvent débordées  par la prolifération tumorale ou freiner par les mécanismes de contrôle", précise l’immunologiste Vassili Soumelis. L’activation du système immunitaire nécessite d’une part qu’il reconnaisse l’intrus et, d’autre part, qu’il le considère comme dangereux.

Cet apprentissage repose sur l’identification d’un morceau spécifique de la cellule cancéreuse, un antigène tumoral qui, tel un chiffon rouge, va servir à diriger le système immunitaire sur les cellules tumorales. La "présentation" de cet antigène au système immunitaire peut passer par plusieurs options.

  • Injection d’une copie synthétique de l’antigène tumoral, éventuellement "dopé" par une molécule dite adjuvante carpable de stimuler la réponse immunitaire.
  • Injection des cellules dendritiques différenciées à partir de cellules sanguines du patient, matures et chargées en antigènes tumoraux pour stimuler les lymphocytes T.
  • Injection de virus modifiés en laboratoire pour produire des antigènes tumoraux

Quelle que soit l’option, le principe est basé sur la production d’anticorps par les lymphocytes B (réponse humorale) ou l’activation les lymphocytes T (réponse cellulaire) qui réagissent spécifiquement contre les cellules tumorales.

De telles approches d’immunothérapie active ont déjà fait leur preuve. Sipuleucel-T a même été le premier vaccin à obtenir une autorisation de mise sur le marché (AMM) aux Etats-Unis pour traiter certains cancers métastatiques de la prostate hormono-résistants. Il consiste en l’injection de cellules dendritiques "boostées".

De nombreuses stratégies vaccinales utilisant d’autres antigènes tumoraux sont actuellement à l’étude.

Les vaccins contre les cancers peuvent prendre différentes formes. A ce jour, ils ne peuvent toutefois être envisagés que si les cellules cancéreuses sont assez différentes des cellules de l’organisme pour être reconnues, et si le système immunitaire n’est pas trop réduit au silence, pour pouvoir réagir.

Source Institut Curie 


VIH/Sida

Le VIH est un rétrovirus qui infecte certaines cellules du système immunitaire de l’organisme hôte, majoritairement les lymphocytes T CD4 +, qu’il utilise pour se multiplier et se propager. Au bout de plusieurs années (jusqu’à dix ans parfois), la charge virale (nombre de copies du virus dans le sang) explose et les lymphocytes T qui protègent l’organisme des agressions extérieures sont massivement détruits. D’où une forte sensibilité à certains cancers et aux infections opportunistes (tuberculose, maladie de Kaposi, etc.) d’ordinaire contrôlées par le système immunitaire. Depuis la découverte du VIH en 1983, le statut de la maladie a considérablement évolué. Maladie mortelle dans les années 1980, le sida est devenu, depuis la mise sur le marché des trithérapies en 1996, une maladie chronique pour les personnes ayant la possibilité d’accéder au traitement – soit la moitié des 37 millions de personnes séropositives dans le monde. Cette combinaison d’au moins trois molécules antirétrovirales a permis de lutter efficacement contre le virus, en contrôlant l’une de ses principales caractéristiques : son extrême mutabilité.  Vingt ans après l’apparition des trithérapies, l’arsenal des traitements antirétroviraux comprend 25 à 30 molécules permettant à la majorité des patients traités de vivre normalement. Grâce aux antirétroviraux, la réplication du virus est bloquée et la charge virale maintenue au-dessous de 200 copies par millilitre de sang. Sous ce seuil, le risque de maladies associées et de transmission du virus est infime. Les patients précocement diagnostiqués et sous traitement ont aujourd’hui une espérance de vie équivalente à celle de la population générale. Environ 170 000 personnes vivent avec le VIH en France en 2014, dont près de 120 000 sont prises en charge par le régime général de l’assurance maladie. Le différentiel entre ces deux nombres s’explique par plusieurs facteurs : environ 25 000 personnes ignorent leur séropositivité, d’autres sont diagnostiquées mais non prises en charge et certaines personnes sont prises en charge par un autre régime d’assurance maladie. 



Les entretiens de Théragora
La médecine personnalisée en cancérologie est-elle possible?
Pour Claude Bertrand, vice-président en charge de la R&D chez Servier, le concept de médecine personnalisée est encore: "très loin de nous". Certes, les thérapies ciblées et les immunothérapies ont fait la preuve de leur efficacité, mais ces traitements ne concernent qu'une minorité de patients qualifiés de "bons répondeurs".
Archives vidéos Carnet Le Kiosque Théragora Mots de la semaine Derniers articles en ligne
Références

Contactez-nous

Théragora est le premier site d'information sur la santé au sens large, qui donne la parole à tout ceux qui sont concernés par l'environnement, la prévention, le soin et l'accompagnement des personnes âgées et autres patients chroniques.

contact@theragora.fr

www.theragora.fr

Suivez-nous et abonnez-vous sur nos 5 pages Facebook

Facebook Théragora
Facebook Théragora Prévenir
Facebook Théragora Soigner
Facebook Théragora Acteurs de ma santé
Facebook Théragora Soutenir